Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


29/05/2012

Saint-Césaire – L’encierro 2012

DSC03294 (Copier).jpgUn spectacle qui contribue aux poussées d'adrénaline.

A Saint-Césaire, il y a les habitués du lundi de Pentecôte, casquette vissée sur le crane et postés à l’abri derrière les barrières, voir sur l’escalier du bar Le Griffe. Ceux-là sont des séniors qui viennent admirer les bious lâchés dans le ‘‘village’’. Cette année encore, c’est la manade Briaux, de Bouillargues, qui amène ses bious à Saint-Césaire, comme c’est le cas depuis treize ans.

Chez les papets on compare, on analyse, on commente. « C’est mieux maintenant que la place a été refaite et que le parcours est plus court. On voit mieux qu’à l’époque où les taureaux partaient dans les petites rues », note l’un. « Tu te souviens de cette fois où l’un d’eux est entré dans le jardin d’une maison ? », dit l’autre.

Kilyann, Rémi et Romain, respectivement 8 ans, 7 ans et 5 ans, n’ont aucun élément de comparaison, c’est leur premier encierro. Mais côté commentaires, ça ne les gêne pas de faire comme si. « Tout le monde croit que le rouge, ça l’énerve, mais il ne voit pas les couleurs ! Ils sont bêtes ! », s’exclame Rémi. « Oh, mais il bave ce taureau, berk ! », se scandalise Kilyann avant s’asséner que l’animal est probablement « aveuglé par la colère », se qui relativise sans doute ses débordements salivaires. Le petit Romain pense que quand il aura 10 ans, le double de son âge actuel, il pourra lui aussi descedre « jouer au taureau ».

Ils sont pourtant un poil plus âgés ceux qui se faufilent entre le Beaucairoises (ces haute barrière de protection) pour aller narguer l’animal. Plutôt des ados et des jeunes. Devant la pharmacie, il y a Hicham Echaoui, de Garons. Le jeune homme fait carrément le spectacle et se fait applaudir. Ses rasets sont dignes des meilleures courses camarguaises et, dans le public, Laurent, un amateur d’encierro – il était à celui de Caissargues il y a deux jours – apprécie. « Il est fort, c’est super ce qu’il fait. Je trouve que l’encierro, même s’il n’y a pas les chevaux, c’est plus dangereux que les abrivado. Moi j’osais affronter les bious quand j’étais jeune, maintenant je reste derrière. » Ce qui ne l’empêche pas de se faire ratatiner contre le mur par le mouvement de foule quand le taureau vient taquiner la barrière.

Il est presque midi et l’encierro qui – fait exceptionnel – a commencé à l’heure se termine par le lâcher des six bious. « Avant, on en lâchait huit. Six, c’est mieux, ça permet de s’amuser, le parcours est mieux conçu qu’avant », estime un gardian. Pas de doute, l’encierro de Saint-Césaire se bonifie avec les années. Et comme il se termine par l’apéritif offert par la mairie, tout le monde repart avec le sourire !

Edith Lefranc

(Merci Edith ! - Vous pouvez consulter l'album photos sur ce site)

13/11/2011

Saint-Césaire - Les écoliers ont participé à la cérémonie

DSC01469 (Copier).jpgLes élèves de l'école élémentaire de Saint-Césaire.

Saint-Césaire a perdu plusieurs de ses enfants durant la Grande Guerre.

Ses habitants n’oublient pas et ils étaient nombreux, hier matin, pour assister à la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918. La cérémonie s’est déroulée devant le monument aux morts, en présence de nombreuses personnalités.

Les élèves de l’école élémentaire publique de Saint-Césaire ont lu le poème de Frédéric Passy. Jean-Paul Fournier, sénateur-maire, a, quant à lui, transmis l’hommage rendu par le président de la République aux combattants de toutes les guerres.

Les enfants ont ensuite déposé une gerbe, suivis de Jacky Cantareil, président départemental de l’Union des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, et Jean-Paul Fournier, accompagné de Richard Tibérino, adjoint à la sécurité et maire bis de Saint-Césaire.

(Voir album photos)

15/10/2011

Saint-Césaire - Qui connaît encore l’azerolier et son fruit la pommette ?

DSC01268 (Copier).jpgOscar, petit-fils de Lilou Clary, est bien décidé à perpétuer la tradition.

L’azerolier, du nom savant de crataegus azarolus, est un arbrisseau, atteignant tout de même la taille d’un arbre en vieillissant, très répandu dans notre garrigue. Lui qui dans le patrimoine nîmois était aussi connu que l’olivier, le platane ou le micocoulier, est aujourd’hui injustement oublié. Et pourtant ! A la fin janvier il blanchit nos collines et les fruits rouges dont il se pare en automne ont fait le régal de nos parents et grands-parents.

la Nîmoise Lilou Clary veut le réhabiliter pour son appartenance au patrimoine et surtout sa beauté et les vertus que possède son fruit, l’azerole. « Quand nous étions petits, c’était notre arbre de prédilection à la rentrée scolaire. Celle-ci s’effectuait au début du mois d’octobre, au moment où les azeroles sont bonnes à cueillir, ce qui nous occupait le jeudi. Malheureusement de nos jours, seules les personnes âgées connaissent encore les "azoroles", comme on dit à Saint-Césaire, et leur goût un peu acidulé. » Pour Lilou Clary, le fruit appelé aussi pommette aurait plus de vitamines qu'un citron ou une orange. « On peut déguster ce fruit sur l’arbre ou en faire des gelées d’une couleur extraordinaire : un rose translucide qu’un sommelier qualifierait de cuisse de nymphe émue. Ces gelées ravissent mes petits-enfants. Elles demandent un peu de savoir-faire que je voudrais voir transmettre aux jeunes générations. »

Elles ravissent surtout Oscar, le petit-fils de Lilou Clary, qui a commencé son apprentissage dans la pure tradition : « Je me régale le matin avec les tartines de mamie. La gelée avec du beurre sur du pain frais, ça vaut un croissant ! » Un bonheur que mamie ne voudrait pas voir disparaître, prête à  donner ses recettes pour le perpétuer.

DSC01260 (Copier).jpg DSC01262 (Copier).jpg

15:24 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : azerolier, pommette, gelée |  Facebook | | |

14/06/2011

St Césaire - Une féria 2011 réussie

DSC03937.JPGComme chaque lundi de Féria, St Césaire est le lieu incontournable de tous les amoureux des traditions camarguaises pour l’encierro qui s’y déroule sur la place du Griffe.

L’année 2011 n’a pas failli à la règle et une foule nombreuse est venue, des tous horizons, défier les taureaux. Si ces derniers étaient rodés à l’exercice, il en n’était pas de même pour certains festaïres plus habiles au comptoir qu’au sautoir. La formidable ambiance aidant, chacun a pu relater ses exploits, réels ou imaginaires : c’est aussi ça la Féria !

Après, l’encierro, formidable gâteau de fête, la cerise venait  bien évidemment de Céret , exactement de Sant Joan Pla de Corts : des habitants de cette région perpétuent avec leurs amis de Salt, près de Gerona, une tradition qui relève de l’exploit sportif tout en associant la culture. Ainsi les collas des Angelets del Vallespir et des Marrecs, dont les membres représentent plusieurs générations, présentaient un événement exceptionnel : les castells catalans, pyramides humaines réalisées grâce à de véritables prouesses physiques et acrobatiques.  

L’année 2011 a été un grand millésime et, intégration réussie chez les catalans, le dernier mot d’ordre a été pour Jean-Paul, le Belge de la colla de Sant Joan Pla de Corts : « A l’an qué ven ! » … Il a osé !

(Retrouvez les photos dans les albums de ce blog)

31/05/2011

Saint-Césaire - Fête au Clos des Gallines

Monique,Andrée,YvesGrosse affluence et pari réussi pour cette première fête des voisins aux Clos des Coqs et des Gallines I et II.

 C’est dans une belle ambiance musicale et festive que plus de cent personnes se sont retrouvées place Max Linder. Chacun avait amené victuailles et boissons mais, bon goût oblige pour ce coin « fermier », personne ne s’était aventuré à mettre du poulet au menu.

Yves Charlot, l’instigateur de l’événement, était tout heureux : « Beaucoup d’habitants ne se connaissaient pas et tout le monde a joué instantanément le jeu, dans la convivialité et la bonne humeur. Le fait remarquable de ce genre de rencontres c’est de voir des voisins si proches alors qu’ils nous paraissaient si loin.» Son épouse Monique avoue même : « Depuis vingt ans que nous habitons ici, c’est la première fois que je viens sur cette place ! ».

 Rires, bons mots et autres chansons étaient au rendez-vous. Andrée Bouallag, Parisienne installée à Nîmes depuis dix mois, n’y a trouvé  que du bonheur : « C’est hyper sympa ! Je me sens vraiment intégrée dans ce lotissement, les gens sont sociables, gentils, heureux de vivre. Cette fête me permet que côtoyer presque tous mes voisins, c’est super. En plus, cela crée une union bien utile pour la surveillance des maisons. »

Richard Tibérino, l’adjoint au maire délégué au quartier, n’en revenait pas : « Je suis surpris de voir autant de monde pour une première édition. C’est un succès. Le spectacle que je vois ce soir  s’inscrit véritablement dans l’esprit de la fête des voisins. »

 La soirée s’est terminée très tard dans la nuit, certains promettant même de ne pas se coucher comme les poules, préférant, pour ce faire, attendre le chant du coq.

(Retrouvez les photos dans l'album inclus dans cette page)

14/05/2011

La Bastide - A la découverte de la Tour Magno Gardiano

DSC03795.JPGPour découvrir ou redécouvrir ce lieu trop méconnu, les dirigeants du club équestre de la route de Générac frappent un grand coup : Ils veulent faire du dimanche 22 mai une journée exceptionnelle.

Pour Patrick Juan, dirigeant, il fallait créer l’événement : «  Les gens connaissent très mal la Bastide. Ils savent qu’il y a le campinget les terrains de foot, pour le reste c’est l’inconnu. Bien que créé depuis longtemps, le centre équestre de La Tour Magno Gardiano est encore trop méconnu. C’est de façon originale que nous essayons de remédier au problème avec cette journée exceptionnelle.Les visiteurs vont être surpris par la diversité des thèmes et des animations proposés, tout cela dans une ambiance chaleureuse. »

 L'animation a été confiée à  Nicolas Gallon du groupe, MagicEven,  qui dévoile le programme : « Les visiteurs iront de la découverte des métiers anciens ayant trait au cheval,, comme maréchal-ferrant, au vide-écuries, en passant par les arènes où les animations se succéderont : carrousel, jeux gardians entre autres. Il y aura également une exposition de peinture, avec les œuvres de Michel Tombereau et Jo Julian. Pour ne rien faire comme les autres, nous avons aussi prévu un vide-greniers géant. Des ballades à cheval et poney seront au programme ainsi que des jeux pour enfants. Tout se déroulera en musique et les gens pourront se restaurer sur place. »

Patrick Juan ne veut croire qu’au succès : « Tout est réuni pour un spectacle formidable. Il ne faut pas hésiter à venir, l’entrée est gratuite et le parcours sera fléché dès le camping. »

Tour Magno Gardiano route de Générac,infos et réservation au  06 21 17 87 86  ou au  06 33 75 07 45

DSC03804.JPG

DSC03793.JPG

06/04/2011

Mas Roman - Paroles de carnavaliers déguisés et comblés

MR 2011 54.JPGCe n’était pas un poisson ce vendredi 1er avril à l’école primaire du Mas Roman : des petits de maternelle aux plus grands de l’élémentaire, chacun avait revêtu l’habit de circonstance.

Les quelque 210 écoliers rivalisaient de créativité et d’élégance : des princesses côtoyaient le sosie de Justin Bieber, une inconnue en  costume vénitien semblait ignorer Zorro et Blanche-Neige était toujours aussi rêveuse. S’ils ne connaissent pas vraiment l’origine de cette fête, c’est une journée qui reste exceptionnelle.

Pour Sidji, Gladys et Medhi : « C’est l’occasion de faire la fête, de se déguiser et de défiler dans les rues sous le regard des grandes personne. C’est vraiment notre fête ». Manon adore les costumes : « Ils sont très beaux et me font rêver ». Toni, lui, est pragmatique : « ça déchire ! On se déguise et personne ne nous reconnait, on peut se défouler. En plus c’est une journée où on ne travaille pas en classe ! » Thomas est plus bucolique, le travail en classe ne le dérange pas du tout mais il retient d’une journée comme celle-ci le côté printanier : « J’aime le carnaval car c’est le début du printemps. Il fait beau et toutes les couleurs sont là. Mais ça me permet aussi de rire et de faire le fou avec mes copains ».  

Pour tous il semble que le carnaval représente, plus que le jour du nouvel an, l’arrivée d’une nouvelle ère.

MR 2011 58.JPGMR 2011 38.JPG(retrouvez toutes les photos dans l'album du blog)

11:56 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |