Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


20/02/2011

Plaine du Vistre - Des riverains qui ne baissent pas les bras

ag vistre 3.JPGLe comité de quartier de la plaine du Vistre et de St Césaire n’est pas le plus connu et pourtant il regroupe les habitants d’une zone agricole très en vue pour de multiples raisons : qui n’a pas entendu parler de la Bastide, d’incinérateur ou de station d’épuration ? Réunis en assemblée générale ce mercredi, ils ont dénoncé tous les problèmes rencontrés.

La sécurité routière en général : « La route de Générac est devenue un point noir, s’exclame cette riveraine, les camions qui vont à l’incinérateur roulent à vive allure, notamment le soir. Bien souvent ils ne sont pas bâchés et des déchets tombent sur la route, c’est devenu l’enfer, il est même difficile de rentrer chez nous ». Jean Sonderer, le président, rappelle que c’est tout le secteur qui pose problème.

Bernard Auzon-Cape, conseiller général, va soumettre la création d’un rond-point, chemin du Mas de Cheylon. Richard Tibérino, adjoint municipal, promet une vigilance accrue dans ce domaine. Il dissipe aussi une autre crainte : il n’y aura pas un deuxième four mis en service à l’incinérateur.

ag vistre 1.JPGDes problèmes d’un autre ordre ont fait l’objet d’énervement : cette plaine agricole est menacée par des dépôts sauvages de toutes sortes, des constructions illicites, l’arrivée d’un centre de compostage. La réaction d’un agriculteur, à la fois remonté et désabusé, en est le reflet : « Avec tous ces déchets sauvages notre nappe phréatique est foutue car il y a de tout : des gravats, des pneus, peut-être de l’amiante. De plus, pourquoi tout le monde n’est pas contrôlé au niveau sanitaire ? »

Jacques Perotti, adjoint à l’urbanisme, donne la règle légale à ce sujet : « La ville constate l’infraction, envoie un recommandé au fautif pour qu’il régularise. Si rien n’est fait, l’affaire est transmise au procureur et là, la procédure s’arrête pour la ville car elle n’a pas de pouvoir d’action de police ». Un maraîcher note que si les terres concernées avaient servi pour un bassin de rétention, il n’y aurait pas eu de problème. Pour réponse, Jacques Perotti met en avant le coût trop important des fouilles liées à un telle création.

La réunion s’est achevée sur une note optimiste : Ville et Conseil Général unissent leurs efforts pour résoudre les principaux problèmes.

17:11 Publié dans Associations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plaine du vistre |  Facebook | | |