07/10/2011

Saint-Césaire - Le four à chaux, témoin du passé

four à chauxC’est sous la main experte de Maurice Roustan, restaurateur et conservateur du petit patrimoine, que la rénovation du four à chaux de Saint-Césaire a débuté. Le côté remarquable de ce four est qu’il le dernier sur la commune de Nîmes, véritable miraculé : « On peut imaginer qu’il date du XIXe siècle, confie Maurice Roustan. A l’époque, il fallait pour la construction d’un tel four, une autorisation préfectorale qui en définissait la durée d’utilisation. Passé ce délai, le four devait être détruit. Ici, seule la partie arrière a été enlevée. »

Le lieu d’implantation n’avait pas été choisi au hasard : « Il fallait qu’il y ait beaucoup de pierres, qui devenaient de la chaux une fois calcinées et du bois en abondance pour alimenter le four, poursuit Maurice Roustan. Ici c’était la pleine garrigue et les gens y trouvaient ces deux éléments à profusion. La chaux obtenue servait uniquement aux habitants de Saint-Césaire. »

Les fours modernes ont eu raison de leurs aînés fabriqués en pierres dont celui de Saint-Césaire reste le seul témoin d’un  riche passé.

27/09/2011

Saint-Césaire - L'église s'ouvre pour une première visite

Eglise de Saint-Césaire.jpgL'église construite au XIe siècle.

De plus en plus présente, l’Association du patrimoine de Saint-Césaire a, pour la première année,  participé activement aux Journées nationales du patrimoine qui ont eu lieu le week-end dernier. Son président, Francis Brun, a organisé une visite guidée de l’église qui est l’édifice public le plus ancien pouvant être visité au cœur de Saint-Césaire, « village-quartier » de Nîmes. 

Durant près de deux heures de nombreux amateurs ont suivi avec beaucoup d’attention ses commentaires qui permettaient une découverte à la fois historique et architecturale du lieu. De la partie extérieure romane du XIe siècle à l’intérieur, daté de la même époque, en passant par la façade au clocher asymétrique du XVIIe siècle, de nombreux détails de construction ont étayé les propos du guide occasionnel. Mme Naval, archiviste à l’évêché, apportait en fin de visite les compléments d’informations sur la coquille Saint-Jacques du frontispice et sur l’histoire locale de la Charité. Le public ravi quittait à regret ce lieu dont un classement au niveau régional vient d’être déposé auprès de la Direction régionale des affaires culturelles.

Un très intéressant voyage dans le temps et une véritable réussite pour cette première initiative, ce qui laisse augurer d’autres rendez-vous.

CIMG1226 (Copier).jpgFrancis Brun, président de l'Association du patrimoine de St Césaire, en guide occasionnel.

26/09/2011

Mas Roman - Vide-greniers

vg mr 2010 7.JPGLe comité de quartier de Saint-Césaire / Mas Roman organise son 14e vide-greniers sur la place Gallieni, le samedi 1er octobre. Le rendez-vous est donné pour les chineurs qui pourront s’en donner à cœur joie toute la journée. L’accueil des exposants se fera dès 6h 30. Le prix d’un emplacement est de 5€ (gratuit pour les adhérents au comité de quartier). Attention, le nombre d’exposants étant limité, il est prudent de réserver.

Renseignements et réservations : Gérard Elie au 04 66 64 88 62

14/09/2011

La Bastide - Un championnat inédit de monte équestre

Catherine Robin, Patrick Juan et Claude Comte.jpgLes organisateurs Catherine Robin, Patrick Juan et Claude Comte.

Le dimanche 25 septembre verra un événement nouveau à la Bastide avec le premier championnat de Gard open de monte équestre, parcours terrain libre. Pourquoi un championnat open ?

Patrick Juan, un des responsables de la Tour Magno Gardiano qui organise cet événement, nous explique : « La première réussite sera pour nous de créer un échange entre les différents types d’équitation : camarguaise bien sûr, traditionnelle ou autre, tous les cavaliers étant les bienvenus. Pour laisser à chacun sa chance en fonction de son niveau, ce premier championnat comportera trois séries : débutants, confirmés, élite. Il se déroulera en deux épreuves chronométrées. Le matin une épreuve d’endurance autour du lac sur un parcours balisé. L’après-midi, les concurrents s’affronteront sur une épreuve plus technique, se rapprochant fortement des épreuves camarguaises avec la gaze (traversée d’une roubine inondée) et franchissements d’obstacles naturels. »

Claude Comte, le vice-président, insiste sur ce dernier point : « C’est un des charmes du lieu et nous y tenons. Les buttes, troncs d’arbres ou autres cours d’eau étaient déjà présents, nous n’avons pas créé d’autre obstacle. Pour certains candidats ce sera l’occasion de découvrir une compétition différente de celles qu’ils connaissent.»

Les organisateurs donnent rendez-vous à tous les candidats dès 8h, la première épreuve débutant à 9h. Ils ont tout prévu pour la réussite cette première compétition du genre : stationnement, restauration et cadre idyllique. Tout est réuni pour un très beau championnat, la remise officielle des titres est prévue en fin de manifestation.

Contacts et inscriptions : 04.66.38.36.30 ou 06 59 05 52 34

01/08/2011

Mas de Cheylon - Les jardins ouvriers permettent une évasion à petit prix

Robert Atsmane à gauche Joël Favre à droite 1.jpgRobert Atsmane (à gauche), employé de l'association et son vice-président Joël Favre (à droite).

Sur la route du mas de Cheylon, en allant vers La Bastide, quelques haies bien taillées laissent entrevoir un petit havre de paix, mais il est  difficile d’imaginer que derrières celles-ci  245 jardins occupent une superficie de 9ha.

Lorsque Théophile Tholozan créait en 1901 les 110 premiers jardins ouvriers de Nîmes , à la route d’Arles, il espérait certainement que son idée prendrait de l’ampleur. C’est ce qui c’est produit en 1972, date de la création des jardins du Mas de Cheylon. Aujourd’hui Claude Nebeker est président de l’association, mais c’est  Joël Favre,  vice-président et responsable de cette zone ouest, que nous avons rencontré.

Qu'elle est l'utilité de cette association ? « Ces jardins ouvriers sont remarquables pour différentes raisons : il y a le côté ludique, on est heureux de pouvoir ramasser la récolte qu’on a suée, mais il y a aussi le côté qu’on pourrait appeler indispensable. Compte tenu du coût de la vie toujours plus cher, nombreux sont ceux qui cherchent un jardin pour pouvoir faire leur production mais aussi s’évader dans la nature sans partir de chez eux, car il n’en ont pas toujours les moyens. Ici ils partagent de temps en temps un bon repas et oublient leurs soucis pendant quelques heures. »

Qui sont demandeurs ? « On compte environ 35 % de retraités, 30 % d’ouvriers, 10 % de demandeurs d’emploi. Mais on peut parler aussi de mixité sociale, car dans le pourcentage restant on trouve aussi des artisans ou commerçants. Le problème financier que j’évoquais se traduit aussi par les demandes de plus  en plus nombreuses de femmes, mères de familles. » 

Les jardins sont bien entretenus, n’est-ce pas difficile de faire respecter le règlement ? « Nous sommes stricts sur son application. Robert Atsmane, employé de l’association veille à ce qu’il ne soit pas fait n’importe quoi. Ces parcelles sont faites pour du potager. En cas de manquement aux règles, nous sommes appelés parfois à prendre des décisions drastiques comme le non renouvellement de l’adhésion, mais c’est rare. »

Le coin doit être très recherché ?  « Chaque année les inscriptions se font sur place le premier samedi de septembre, mais  on ne peut pas satisfaire toute les demandes. Malheureusement le bonheur simple est aussi très recherché. »

Jose Cano 2.JPGJosé Cano, un jardinier heureux. 

05/06/2011

La Bastide - Un raid handicap pour les juniors gardois

DSC03889.JPGMercredi dernier était un jour un peu spécial pour certains jeunes : atteints d’un handicap physique ou moteur, ils ont participé à un « raid handicap junior ». C’est le comité départemental handisport du Gard, avec le soutien du conseil général,  qui organise ces journées.

 Pour Vivien Fournier, chargé de mission au sein de ce comité, ce genre de manifestations est indispensable : « Nous en organisons dans plusieurs villes de tout le département, tous les mois. Elles permettent aux enfants de s’affirmer, malgré leur handicap, dans des disciplines variées comme le vélo, façon vitesse ou ludique, la sarbacane,  le canoë kayak ou la course d’orientation. Il y a bien sûr l’esprit compétitif, chaque épreuve est chronométrée et notée pour un classement symbolique, mais aussi l’esprit solidarité et surtout le bonheur d’avoir réussi. D’autant que  rien n’est évident, pour qui que ce soit d’ailleurs : par exemple il n’est pas aisé d’utiliser correctement une pagaie pour la première fois.»

Mais les jeunes apprennent vite et lors de la remise des récompenses, ils étaient une vingtaine à être surpris et formidablement heureux des exploits qu’ils venaient d’accomplir. 

09:47 Publié dans Associations, Sport | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : handisport |  Facebook | | |

21/03/2011

St Césaire - L’association du Patrimoine a fêté ses 20 ans lors de la dernière assemblée générale

patrimoine 2011 3.JPGFrancis Brun (à gauche) succède à Jean-Jacques Bernard (au centre), René Poujol (à droite) restant un fidèle membre du bureau.

Séquence émotion lors de la dernière assemblée générale : après 20 ans de présidence Jean-Jacques Bernard  tenait à passer le flambeau à Francis Brun qui devient le nouveau président de l’association créée en 1991. Nommé président d’honneur Jean-Jacques Bernard continuera à œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine public du village.

C’est dans ses nouvelles fonctions que Francis Brun abordait devant une salle garnie les différents thèmes de la réunion. Au bilan des activités 2010, il mettait en évidence la pose d’une plaque signalant la présence du puits à l’origine du village et la bonne tenue du lavoir.

Il évoquait ensuite les tâches futures : « Paradoxalement, pour s’occuper du passé il faut prévoir l’avenir. En 2011 nous allons travailler sur trois demandes essentielles. Tout d’abord la rénovation de four à chaux, seul représentant dans la région de ce type de fours dits « primitifs » : la municipalité a voté son financement, nous allons en suivre le chantier. Puis, de concert avec la communauté catholique et la municipalité, nous demandons le classement aux bâtiments de France de l’église romane de Saint-Césaire, tant pour le côté architectural pour que celui historique. Datant du XIe siècle c’est la seule de l’époque vraiment conservée sur le territoire nîmois. Enfin, nous demanderons à préserver la colline du Moulin à Vent en tant que zone de garrigue. »

Jacques Perotti, adjoint délégué à l’urbanisme, assurait du soutien de la ville pour toutes ces démarches et Bernard Auzon-Cape, conseiller général, informait que le Conseil Général pouvait aussi apporter sa contribution. Les membres du Patrimoine de Saint-Césaire ne pouvaient être que ravis.

Contact : Francis Brun, 04 66 23 94 21 ou sur patrimoine-stcesaire.blogspot.com

patrimoine 2011 2.JPG

patrimoine 2011 15.JPG