Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


14/07/2018

Pissevin - Festival de la joie avec le bus spectacle de Toucouleurs

DSC02832.JPGOrganisateurs et élu devant les enfants heureux.

L’association toulousaine Dell’Arte prône le développement culturel dans les quartiers populaires, avec son festival Toucouleurs qui sillonne la France. Samedi 23 juin, à la demande de Beladel Taoufiq, responsable de Pas sans nous 30, le bus-spectacle a fait étape à Pissevin.

Pour Nicky Tremblay, co-fondatrice et directrice de Dell’Arte, le but est précis : « Ce festival Toucouleur a été créé il y a 19 ans pour utiliser la culture comme outil d’insertion et de transformation des rapports sociaux. Notre association a été labellisée '40 ans de la politique de la ville – inventons les territoires de demain' ».

Cette étape à Pissevin réjouit Beladel Taoufiq : « Il faut casser la mauvaise image donnée à nos quartiers et mettre au contraire un coup de projecteur dans ces lieux qui veulent aussi faire la fête. Aujourd’hui, plus de vingt associations locales, venues de Valdegour, Mas-de-Mingue, Chemin-bas d’Avignon et Pissevin se sont jointes à la manifestation en proposant animations interactives et jeux éducatifs. Sur scène, des artistes toulousains et nîmois font le show. C’est tout un quartier animé, avec des habitants heureux. » Effectivement, la joie des jeunes n’était pas feinte. Rires autours des jeux de piste, sérieux près de la table d’échecs ou déhanchement au rythme des chansons rap interprétées sur scène, tous étaient ravis.

Richard Tibérino, adjoint délégué au quartier, était présent. Il avoue ne pas avoir hésité lorsque la demande pour cette manifestation lui a été faite : « L’accord sur cette journée a été immédiat car très souvent, dans ces quartiers, la population attend que tout vienne des institutions. Or j’attends que les habitants se prennent en main, bien sûr avec le soutien des institutions. Ici, c’est une première réussie. »

Si tout le monde regrette  l’absence d’un ministère dédié à la politique de la ville, la volonté des responsables d’associations est bien là. « Pour 2019, outre une manifestation au niveau départemental, j’espère que ce festival sera organisé dans le centre de Nîmes, comme l’esplanade Charles-de-Gaulle, car il faut réunir gens de la ville et des quartiers », conclut Beladel Taoufiq.

Les commentaires sont fermés.