Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


29/06/2018

Pissevin -Fête de la musique, une première pour le quartier

DSC02820 (Copier).JPGLes Enchantés.

Pour leur première fête de la musique à Pissevin, organisée dans et autour de la salle Morise, les membres de l’association des Mille couleurs ont vraiment « assuré » comme il est coutume de dire. Beaucoup d’efforts d’annonces, une programmation musicale au top, un public fort nombreux, Raouf Azzouz, directeur de l’association et Eugénie Diolot, la médiatrice sociale et culturelle devenue responsable de la chorale les Enchantés, créée par l’association, avaient de quoi être ravis.

« C’est la première fois qu’un événement a lieu ici pour la fête de la musique. En voyant autant de monde, on se dit qu’on a eu raison de l’organiser, cela crée des liens plus forts entre habitants, nos efforts sont récompensés », confiait Raouf Azzouz. Quelques gouttes de pluie et un ciel un peu menaçant, c’est indoor que les premières chansons ont été interprétées et Claude Nougaro ou Joe Dassin, entre autres artistes à l’honneur, auraient certainement apprécié le spectacle tant la qualité était au rendez-vous, avec plusieurs rappels pour preuve.

L’édition de 2019 s’annonce prometteuse.

Saint-Césaire - Les Arénoises déballent

DSC02807 (Copier).JPGUne ambiance Sympa.

Dimanche 17 juin, l'association de majorettes les Arénoises organisait son premier vide-greniers annuels, sur le stade de la rue de Mascard à Saint-Césaire, près de la salle où elles ont l’habitude de s’entraîner. Soixante-deux exposants ont déballé devant un public venu nombreux. « Il y a de plus en plus d’exposants, confie Sandy Sachy, responsable de l’association avec sa maman Guylaine. Cette manifestation apporte une aide manifeste à notre association, c’est très bien. En plus l’ambiance est très sympa et il fait beau ».

Selon les avis, visiteurs et exposants confondus, les affaires étaient bonnes, ce qui semble être le cas dans presque toutes les manifestations de ce genre. Sur place buvette et petite restauration permettaient à tous de faire des pauses sympathiques. Succès oblige, les Arénoises organiseront un 4e vide-greniers en octobre. majorettes.lesarenoises@yahoo.fr.

Plaine du Vistre - Autour d'un méchoui la convivialité

DSC02799 (Copier).JPGLa fête a commencé près du méchoui.

Le pari n’était pas gagné en raison du Mondial et pourtant Jean Sonderer, président du comité de quartier de la Plaine du Vistre et de Saint-Césaire, peut se réjouir du succès obtenu par la fête qu’il a organisée au domaine du Petit Romain, samedi 16 juin, pour les habitants du quartier.

« Un grand merci déjà à la famille Angelras qui nous permet d’occuper cet endroit magnifique. Les riverains sont venus nombreux malgré le Mondial, ce qui montre une fois de plus l’intérêt porté à notre comité et la nécessité qu’il représente au sein de cette zone agricole. Cette fête est l’occasion de partager un bon moment de convivialité et resserrer les liens entre les familles. C’est aussi l’occasion pour les habitants de rencontrer des élus en toute simplicité, hors des réunions. »

DSC02802 (Copier).JPGRichard Tibérino, représentant Jean-Paul Fournier, était tout sourire : « Je viens toujours ici avec plaisir, c’est un bon moment très chaleureux ». Richard Flandin, adjoint délégué aux aménagements urbains, devait aussi être présent. Avant qu’un superbe méchoui ravisse les papilles de chacun, la bonne humeur et les conversations allaient bon train autour de l’apéro. Dans cette ambiance de fête, les riverains ont eu droit à l’arrivée surprise de Jean-Luc Descloux, maire de Milhaud, commune qui jouxte la plaine du Vistre, qui a tenu à partager ce moment en leur compagnie : « J’ai eu des empêchements en 2017, mais cette année je tenais à être présent ».

Une journée champêtre à laquelle rien ne manquait et surtout pas le concours de boules qui mettait de l’ambiance avant que chacun y aille de deux pas de danse. Le rendez-vous 2019 promet d’autres surprises.

Saint-Césaire - Le lycée Jules-Raimu joue le jeu du programme Eramus +

DSC02792 (Copier).JPGLes protagonistes de cette formation européenne.

Cela fait maintenant neuf ans que le lycée Jules-Raimu a intégré le programme Erasmus + qui favorise les projets de mobilité en permettant les échanges entre jeunes européens. Cette année encore, ils ont durant un mois reçu six jeunes Espagnols en formation mécanique automobile, du lycée professionnel La Guineuata de Barcelone.

Si Erasmus + est un projet formidable dans sa finalité, échange entre jeunes pour favoriser un enrichissement professionnel et culturel, il nécessite un gros investissement de la part des professeurs de chaque pays. Céline Vignal, professeure de français, Pierre Fournier, professeur d’éducation physique et sportive et Martin Sumarriva, professeur en carrosserie, font partie de ces enseignants qui font vivre le projet avec grand plaisir, même s’il est compliqué à mettre en place chaque année, comme le confie Céline Vignal : « L’obtention de bourses pour ce projet est déjà compliqué. Cette année, nous n’avons pas eu de subvention, nous avons fait appel aux fonds de l’établissement. Mais le résultat est là, avec des échanges intéressants sur les façons d’enseigner de chaque pays et des connaissances de cultures différentes au niveau des établissements. Les jeunes apprennent beaucoup au niveau linguistique et professionnel. Les entreprises nîmoises réservent un excellent accueil à nos stagiaires espagnols, elles les apprécient beaucoup ».

Pierre Fournier y voit aussi « une diversité dans le travail qui est excellente et la création d’une dynamique au sein du corps enseignant ». Patrick Eiselé, responsable de Renault minute, à la concession Renault Nîmes, loue cette formation : « Les jeunes s’investissent à 200 %. Ils sont volontaires, tout est positif. Ils sont accompagnés jusqu’au bout par un technicien qualifié. Cette année nous avons reçu Bryan et je pense qu’il a beaucoup appris, d’autant qu’à Nîmes, l’espagnol n’est pas une barrière linguistique infranchissable ».

Bryan, justement, est « heureux d’avoir vécu cette expérience et une autre façon de travailler. Ici les ateliers semblent plus organisés que chez nous. » Toute l’équipe du Lycée est heureuse d’avoir obtenu des fonds pour 2019 qui permettront d’amener des jeunes de bac-pro mécanique de Jules-Raimu à Barcelone et d’autres de bac système-numérique à Prague, où les échanges auront lieu en Anglais.

25/06/2018

Puech-du-Teil - La première fête du quartier, une réussite pour le comité

DSC02764 (Copier).JPGLes habitants ont répondu à l'invitation du comité.

Les habitants du quartier Puech-du-Teil ont répondu nombreux à l’invitation de leur comité qui organisait, samedi 9 juin au foyer Hubert-Pascal, la première fête du quartier.

« Tous les ans on organise ici une exposition de peinture consacrée aux artistes d’ici, précise Deny Jean le président. Cette année on l’a élargie aux résidents du foyer Hubert-Pascal tout et on y a jumelé la fête du quartier ». L’organisation, parfaite, a permis aux visiteurs de se fondre dans une ambiance colorée, avec l’exposition et très détendue grâce aux diverses animations, comme l’explique Jean-Daniel Depoudent, le secrétaire : « Nous avons voulu une journée ludique et festive. Après le vernissage et un grand apéritif dînatoire, des jeux sont proposés aux enfants ainsi qu’un simulateur de pêche pour tous. »

Jean-François Valibouse, administrateur de l’association Hubert-Pascal était heureux : « La manifestation permet de montrer aussi le travail accompli tant en peinture qu’en poterie, par des personnes atteintes d’un handicap. Il faut savoir que notre atelier poterie est très côté. De plus, entre le foyer et le comité de quartier, c’est une longue histoire d’amour : c’est notre présidente-fondatrice de l’association, Alice Bellanger, qui a créé le comité de quartier en 1967. »

DSC02779 (Copier).JPGLes élus n’ont pas manqué le rendez-vous. Yvan Lachaud, Thierry Procida et Richard Tibérino ont tenu à être présents, le premier cité dévoilant un scoop : l’association musicale les Uns différents, créée au foyer Huber-Pascal et qui connaît un réel succès, sera reçue à Paris par Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, avec certainement l’annonce d’une programmation sur une grande scène française. Cela mérite bien un coup de chapeau.

L’espace d’une journée très conviviale, les habitants ont pu nouer des liens, discuter, et connaître les artistes qui œuvrent à deux pas de leur porte.

Saint-Césaire - Les lycéens initiés aux gestes salvateurs

cc.jpgLes élèves ont été initiés aux gestes salvateurs.

Les élèves de première du lycée professionnel Jules- Raimu on terminé leur formation de sauveteur secouriste du travail (SST). Ils ont eu douze heures de formation, réparties sur trois stages, pour obtenir un diplôme indispensable pour entrer dans la vie professionnelle, mais aussi fort utile dans la vie quotidienne.

« Ici tous les élèves de première passent ce diplôme, explique Fabrice Barthélémy le proviseur du lycée. Dès la seconde ils ont eu la certification à la Prévention des risques liés à l’activité physique (PRAP). Ils sont appelés à travailler en atelier, la formation SST est obligatoire. Outre la sensibilisation aux risques du travail, elle s’inscrit dans le parcours citoyen de l’élève. »

Les formateurs, au nombre de trois pour les élèves de seconde et cinq pour ceux de première, sont des enseignants volontaires formés par un instructeur régional et en partenariat avec l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Comme Eric Jammerbund, Fabrice Navarro est professeur dans l’atelier carrosserie. Il note l’importante motivation des élèves : « C’est l’envie de rendre utile, de dispenser les gestes qui risquent de sauver ». Catherine Peres, proviseure adjointe, souligne aussi cette volonté : « Ce matin (ndlr : 6 juin) les élèves passaient le BEP et cet après-midi ils terminent leur formation SST, c’est très bien. »

John est un élève convaincu : « Ce n’est pas une contrainte, je regarde le côté utile pour mon futur métier, on va me demander le SST, mais aussi pour la vie de tous les jours. Et la formation est gratuite, ce qui n’est pas négligeable ». Blandine est une élève qui a eu l’occasion de mettre en pratique ses acquis : « Récemment, une amie s’est brûlée à la jambe, j’ai eu le réflexe de mettre de l’eau sur la partie au-dessus de la plaie, en attendant les premiers soins ».

Durant cette année scolaire, 106 élèves ont été formés au PRAP et 155 au SST.

16/06/2018

Saint-Césaire - Le combat pour sauvegarder la colline se poursuit

DSC02659 (Copier).JPGFrancis Brun, au centre et une partie des membres de l'association.

Tout sera mis en œuvre pour préserver la colline du Moulin à vent de Saint-Césaire. C’est l’idée essentielle qui ressort de l’assemblée générale de l’association du Patrimoine de Saint-Césaire qui s’est tenue le 30 mai sous le préau de l’école primaire, la salle municipale du quartier n’étant pas disponible.

« L’année 2017 a été marquée par la défense du site de la colline du Moulin à vent, une journée de fête lui ayant même été dédiée. L’essentiel de nos actions en 2018 portera sur la sauvegarde de cet espace naturel que nous voulons maintenir en l’état », a rappelé Francis Brun, le président de l’association, avant de poursuivre : « Une première action consistera à la pose d’un panneau informatif du lieu avec des directives citoyennes. Il est en cours de réalisation par les élèves du lycée Frédéric-Mistral. Mais surtout, nous allons suivre de près l’évolution du dossier la concernant. On sait que la construction de la cité U, 300 logements, est actée entre l’IUT et la Maison des compagnons. On veut sauvegarder le peu d’espace qu’il va rester de la colline et que la Ville a promis de sanctuariser. Il faut déjà savoir ce qui est sous-entendu parce terme. Nous voulons une décision officielle rendant ce lieu inconstructible. »

Ce dossier épineux a quelque peu mis au second plan la décision de la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) de ne pas classer l’église du XIe siècle comme monument historique, décision basée sur le fait que le monument a été reconstruit en partie et ne présente plus d’intérêt lié à l’histoire. Francis Brun a ensuite évoqué l’implantation de nouvelles plaques sur le circuit du patrimoine créé par l’association, avant de mettre en avant un projet ambitieux : « Saint-Césaire va bientôt avoir mille ans, vers 2021. Je souhaiterais organiser en partenariat avec toutes les associations du quartier une grande fête, sur une durée d’une semaine, avec défilé en costumes d’époques et autres manifestations. Nous avons pas mal de temps pour y réfléchir. »