Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


22/05/2018

Saint-Césaire - Populaire encierro

DSC02582 (Copier).JPGDepuis plus de cinquante ans l’encierro de Saint-Césaire reste un événement incontournable de la feria nîmoise. Une véritable institution qui a rassemblé en cette dernière journée de fête, les familles, les amis,les amoureux de traditions, au cœur du village.

Cette année encore, passionnés et festaïres s’étaient donné rendez-vous sur la place du Griffe pour assister au spectacle animé par une peña. Ambiance garantie avec les taureaux de la manade Aubanel qui ont assuré le spectacle.

18/05/2018

Canteperdrix - Pause zen pour un jardin de garrigue plein d'essences

DSC02551 (Copier).JPGMarie-Jo et Jean-Paul Fontaine dans leur petit paradis.

Au milieu de la garrigue, sur le chemin de Canteperdrix, le gîte de Baradot offre un véritable havre de paix. Il y a près de 50 ans, alors qu’ils cherchaient une maison dans la région, Marie-Jo et Jean-Paul Fontaine sont tombés amoureux du lieu : « Il n’y avait qu’un chalet dans cet espace de garrigue qui, bien que constructible, ne possédait ni eau, ni électricité, confie Jean-Paul. Nous avons eu le coup de foudre. » Pour Marie-Jo, « Dompter un hectare de nature sauvage ne nous paraissait pas insurmontable, nous étions jeunes. Notre idée était de repenser l’endroit pour mieux le préserver et éviter l’érosion tout en préservant les plantes et arbres existants. Néophytes, nous avons consulté de nombreux livres concernant la garrigue et son fonctionnement. Aujourd’hui c’est magnifique, les seuls problèmes étant la présence des sangliers et l’arrivée de la galéruque de la viorne qui attaque les feuilles. »

Une première étape consistait à débroussailler et tondre cette pelouse naturelle où cohabitent chèvrefeuille, thym, fétuque, bourrache, iris, coronilles et autres cistes, roses ou de Montpellier. « Pas question de passer la tondeuse, explique Jean-Paul, le sol est caillouteux et irrégulier. Je pratique les tailles au coupe-bordure, en juin et octobre pour maîtriser cette nature qui, sans arrosage, reste verte. J’ai réservé un espace à une taille plus haute pour des massifs à la française. »

DSC02552 (Copier).JPGLa découverte ne s’arrête pas là. Les anciens sentiers de chasseurs et les clapas qui les bordent ont été préservés permettant une balade au milieu d’essences enracinées depuis fort longtemps. Pin, laurier tin, olivier, chêne vert, arbre de Judée, arbousier, cade, térébinthe, orchidée et clématite sauvages, osiris ou encore nerprun alaterne sont autant d’espèces qui font bon ménage et offrent des senteurs et une palette de couleurs exceptionnelles. Devant la villa, un bassin avec poissons et plantes d’eau apporte une touche zen supplémentaire et un figuier révèle une histoire : « Je voulais un figuier arbre me rappelant ma jeunesse landaise, explique Marie-Jo. En 1969, dans une pépinière proche de Nîmes, un monsieur a écouté attentivement notre description du sol qui allait recevoir le plant et nous a fort bien conseillé, il s’appelait Philippe Lamour ».

Bien d’autres aspects auraient pu être évoqués mais il est temps de quitter ce magnifique jardin.

Pissevin - La colline aux Oiseaux attire toujours plus

DSC02515 (Copier).JPGL'escalade entre les arbres a fait sensation.

Ce n’était pas encore la grande mobilisation des habitants de Pissevin mais samedi 5 mai, pour la deuxième journée Tous ensemble sur la colline organisée par les acteurs associatifs de Nîmes et les Mille couleurs, ils étaient plus nombreux à se retrouver sur la colline aux Oiseaux pour une journée festive.

« Les groupes restent motivés pour que les habitants s’impliquent et fassent de la Colline aux Oiseaux un lieu de rencontre, de bien-être. Il y a ici une richesse environnementale extraordinaire, ce doit devenir le lieu des habitants de Pissevin mais aussi de tous les Nîmois », confiait Jean-Paul Sposito, président des Mille couleurs. Raouf Azzouz, le directeur de l’association, était heureux de voir plus de personnes participer à l’événement : « L’idée première a été de créer un élan d’appropriation ce cette colline par les habitants. C’est le poumon vert de Pissevin, on l’a assez répété. Il faut maintenant amplifier cet élan. Pour cela nous faisons tout pour impliquer les habitants. L’idée d’opération nettoyage du lieu est bonne mais elle ne suffit pas. Nous lui avons ajouté de nombreuses activités intéressant les petits comme les adultes, pour mettre en exergue les nombreuses possibilités de détente et loisirs qu’offre le lieu. Il semble que les habitants commencent à prendre conscience de ce formidable potentiel et c’est heureux. »

Après le nettoyage, les participants ont partagé le repas de midi offert par les organisateurs, avant de s’activer autour de divers jeux, la pétanque ayant toujours ses adeptes, ou pour les plus jeunes, faire de l’escalade entre les arbres. Pour les passionnés de nature, Albin Duzer, jardinier-botaniste, offrait une escapade botanique : « Il y a un grand mélange de plantes de garrigue et de plantes échappées des jardins. Fait exceptionnel on peut voir des nectaoscilla hyacintoïdes, fausses jacinthes, une plante protégée au niveau national ». Les rythmes de batucada ont donné une ambiance particulière à cette journée ponctuée d’un bon goûter.

10/05/2018

Saint-Césaire - Devoir de mémoire

DSC02541 (Copier).JPGAutorités politiques, militaires, associations d’anciens combattants et habitants étaient présents devant le monument aux morts du square André-Gaujoux à Saint-Césaire, pour les cérémonies commémoratives de la victoire des armées alliées et de la Résistance sur l’Allemagne nazie.

Différents discours ont rappelé toutes les atrocités de cette guerre. Les dépôts de gerbes ont précédé le retentissement de la Marseillaise. 

Carémeau - L'innovation présente au salon des modélistes ferroviaires

DSC02705 (Copier).JPGLes créations de Jean-Claude Martin ont fait la joie de tous.

Venus de toute la France, soixante-deux modélistes ferroviaires, fabricants ou collectionneurs de miniatures au 1/43e, professionnels et amateurs, se sont retrouvés dans les salons de l’hôtel Vatel, samedi 21 avril, pour la troisième année consécutive.

Michel Louette, membre de l’association des Amateurs constructeurs (Amco) est l’instigateur de ce grand rassemblement : « Le but est qu’au moins une fois par an on puisse échanger nos idées et faire part de nos trouvailles, car ce monde du modélisme ferroviaire est en constante recherche de la perfection ».

DSC02496 (Copier).JPGCette année, Jean Huitorel et Fred Servant ont su captiver ces passionnés. Le premier fait vivre les modèles réduits en les sonorisant : « Je digitalise tous les modèle. Un décodeur est inséré dans chaque machine pour produire le son. Un haut-parleur lui est adjoint pour émettre ce son dont l’originalité est d’être capté par des spécialistes dans les dépôts SNCF et donc rendu identique au son réel ». Tout aussi surprenant mais dans un registre différent, Fred Servant qui est artiste-peintre en décor et trompe-l’œil, s’intéresse à l’aspect du matériel sur son dernier lieu de vie, celui des « casses » où il attend d’être démonté : « Après différentes nuances de gris sur la tôle, je passe plusieurs patines pour la rouiller au maximum. Avec ces peintures, je suis en récréation, cela me change d’univers de travail ».

DSC02498 (Copier).JPGPour ce rendez-vous, les participants ont eu droit à une belle surprise. En prélude au salon, ils étaient conviés chez Jean-Claude Martin, à Bagnols-sur-Cèze, pour goûter aux joies d’une autre facette du modélisme celle de la vapeur vive. Les locomotives à vapeur qu’il a conçues, à l’échelle 1/3,5e et 1/8e, circulent sur un réseau de 400 m dans un superbe environnement, avec les installations ferroviaires nécessaires, comme le quai de gare et sa grue à eau pour le ravitaillement ou la rotonde. Ce salon reste une véritable mine de passion et de savoir-faire, bientôt, peut-être, s’ouvrira-t-il au public... c’est à espérer.