Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


31/03/2018

Pissevin - Bientôt un sentier traversera la colline

DSC02418 (Copier).JPGAprès le nettoyage, les habitants songent à de futurs aménagements.

Dans le cadre de la deuxième édition de la Semaine de la Fraternité et du vivre ensemble, l'association des Mille couleurs a invité les habitants de Pissevin à participer à un événement écologique, festif et, surtout, rassembleur : le nettoyage de la colline aux Oiseaux.

L'appel a été plus qu'entendu : malgré un mistral décourageant, jeunes ou moins jeunes furent nombreux à se mobiliser. Raouf Azzouz, directeur des Mille couleurs, et Eugénie Diolot, médiatrice sociale et culturelle de l'association, ne pouvaient qu'être satisfaits. « Le projet de réappropriation de la colline par les habitants est né lors d'un Café seniors. Nous avons demandé à toutes les associations d'y participer C'est la première année qu'il y a autant de monde. Le but est de valoriser ces cinq hectares de verdure, que les habitants puissent en profiter en toute quiétude, avec des espaces de jeux, jardinage ou repos. Une première étape sera l'aménagement du sentier qui traverse la colline. »

Du côté des élus et pouvoirs publics, le projet a été salué à l'unisson. « C'est une belle initiative , confiait Laurent Burgoa, adjoint en charge du dossier de l'ANRU (Agence Nationale de Renouvellement Urbain). Ce programme de rénovation du chemin entre l'école Wallon et la crèche Eugénie-Cotton est un bel exemple de gestion urbaine de proximité auquel s'associent la Ville et l'État. Cette colline, véritable poumon vert, doit être préservée. » Michèle Añel-Dios, déléguée du préfet à Pissevin, en est persuadée : « Il faut que les habitants se réapproprient l'espace : pour cela, il va falloir aménager les accessibilités. En attendant les grandes réalisations prévues, autant commencer petit. À voir toutes les associations, écoles et habitants présents aujourd'hui, on se dit que la dynamique est là. »

Isabelle Knowles, directrice de la cohésion sociale du Gard, notait qu'il y a « une mobilisation très forte du tissu associatif qui montre de manière intergénérationnelle tout le respect porté pour ces lieux. L'idée est de prévoir des espaces enfants et adultes. C'est une belle opération, il faut continuer...»

24/03/2018

Pissevin - Journée de retrouvailles avant un "made in Etincelles-Voltaire"

DSC02353 (Copier).JPGGuillaume Renouard, 3e à partir de la droite, avec anciens et futurs "anciens".

Décidément, rien n’arrête Guillaume Renouard, passé maître dans l’événementiel, quand il s’agit de permettre aux anciens élèves du lycée professionnel l’Étincelle (aujourd’hui Voltaire) de garder le contact entre eux et les réunir une fois l’an, lors d’une joyeuse journée de retrouvailles. Lui « l’ancien » à l’origine de l’association, fort d’une réussite exceptionnelle, a réussi à réunir, pour la septième année, soixante et quinze autres « anciens » venus d’un peu partout de France.

Ils se sont retrouvés le mardi 13 mars dans les locaux de l’établissement où leur avenir professionnel s’est un jour dessiné. La joyeuse ambiance tournait autour des rires, embrassades, anecdotes, avec toujours, en fond, une émotion certaine. Quel plaisir de revoir ses amis de promotion ! « Aujourd’hui, notre réseau s’est étoffé et nous sommes de plus en plus nombreux à nous retrouver, anciens élèves et enseignants, confie Guillaume Renouard. L’association est plus forte et nos partenaires sont de plus en plus nombreux. A court terme l’idée est de créer un « made in l’Étincelle-Voltaire » en faisant découvrir et en valorisant les produits d’anciens élèves du lycée. La promotion sera facilitée par le fait que nous sommes présents un peu partout en France et dans le monde. »

DSC02325 (Copier).JPGEn parfait organisateur, Guillaume Renouard a programmé une journée riche en surprises. Aurore Degos, enseignante, s’est vue confier l’accueil des participants avec la mission de faire dans l’original et le ludique. « On ne peut rien refuser à Guillaume, c’est un formidable rassembleur. Avec mes élèves de seconde bac pro services, nous avons choisi le thème du casino et de sa salle de jeux. Chacun a pu tester ses connaissances sur ce qui touche la gastronomie, avec informations et quiz. Pour les élèves la situation était valorisante car elle leur permettait de mettre en application dans un contexte original ce qu’ils apprennent au lycée. » Assia, élève, confirme: « Cela change du service normal, ce ne peut être que bénéfique, en tout cas c’est formidable ».

Dégustation de vins issus de domaines dans lesquels au moins un « ancien » est impliqué, déjeuner au restaurant d’application, animations et débats, les invités ont eu beaucoup d’occupations, pour leur plus grand plaisir.

Contact : renouard_g@hotmail.com.

23/03/2018

Saint-Césaire - Les lycéens adoptent le recyclage

DSC02291 (Copier).JPGLes concepteurs du projet.

Beaucoup de personnes en parlent, ils le font. Comment réduire les problèmes dus aux déchets de toute sorte ? Les lycéens de première CPRM, préparant au métier de chauffeur-routier, de Jules-Raimu ont planché sur le problème de façon tout à fait volontaire et ludique. Sur une idée de Géraldine Comps, conseillère principale d’éducation, Ludivine El Mahzouli, professeur d’arts appliqués et Odile Perrin-Vidal, professeur documentaliste, ils ont décidé de débuter leur longue action sur le recyclage des récipients métalliques de boissons gazeuses, ou pas.

De là est née une idée fort originale : construire un bac de récupération des canettes à partir de… canettes vides, il suffisait d’y penser. Aidés de deux élèves de la section carrosserie pour la réalisation, ils ont présenté le bac multicolore, original et très « parlant », ce lundi 12 mars, dans la cafeteria du lycée.

Après une campagne de sensibilisation auprès de leurs collègues lycéens, Ils savaient leur pari gagné. Aujourd’hui la récupération est devenue systématique. Le fruit de la collecte est amené à l’association K net partage, afin de participer aux actions pour les handicapés. Le Cema Guillaumet est associé à cette action. « Cela fait suite à l’intervention de Jean-Michel Testard, sur le tissage des matières de toutes sortes et les liens procurés, confie Géraldine Comps. Il faut sensibiliser les gens, et particulièrement les jeunes, au développement durable. D’ailleurs, en partenariat avec le Sitom du Gard, l’idée de former des ambassadeurs du tri est en cours de réalisation. Dans les ateliers de ce lycée tout est recyclé, j’ai pensé que les élèves pourraient aller jusqu’au bout de cette idée en participant au recyclage d’emballages de produits consommés à la cafétéria. Il faut souligner que les élèves souhaitaient aussi le faire. La récupération des canettes fonctionne maintenant très bien, la prochaine idée est d’y associer la récupération du pain. »

22/03/2018

Georges-Besse - Le Cema Guillaumet crée une fresque

Les artistes et leur oeuvre,créée avec une céramiste.

Lundi 12 mars, la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) à Nîmes, présentait dans son hall l’exposition d’une céramique réalisée par des personnes accueillies au Cema Guillaumet (Centre d’évaluation et de mobilisation des aptitudes).De nombreux visiteurs étaient présents à ce vernissage pour admirer l’œuvre réalisée sur une idée d’Adeline, céramiste, qui possède aussi une grande qualité éducative, dixit Christian Folcher, directeur du Cema.

L’idée que cette exposition soit organisée dans les locaux de la MDPH a tout de séduit Rose-Lison Vignal, la directrice de l'établissement : « Cela a beaucoup de sens que des personnes en situation de handicap mettent leur talent à disposition d’autres personnes qui se trouvent dans leur cas et démystifient ainsi l’environnement qui pourrait en être l’image. Avec ce genre d'événements les gens que nous recevons peuvent se sentir ici comme chez elles. »

Le Cema Guillaumet prépare d’autres activités mais surtout s’oriente vers l’avenir, comme le confie Christian Folcher : « Nous sommes en pleine réflexion sur un accompagnement plus large des personnes avec le Rapt, réponse accompagnée pour tous. Aujourd’hui l’accueil que nous proposons est à temps plein, nous aspirons à devenir un établissement mixte et une plate-forme de services, pour recevoir plus de personnes avec des services qu’on peut qualifier à la carte. Les personnes viendraient en fonction de leur besoin. Certains n’aspirent pas à avoir en continu une vie dans un établissement. Chaque individu est personnel et possède à ce titre son projet. Le notre de projet est de pouvoir l’accompagner individuellement. »

Puech-du-Teil - Le tour de France de l'égalité hommes-femmes fait étape au Telquel théâtre

DSC02378 (Copier).JPGMise en condition avant le spectacle de la compagnie.

L’égalité entre femmes et hommes, voila le thème on ne peut plus d’actualité avec lequel l’association des Mille couleurs a voulu sensibiliser les esprits des habitants de Pissevin. Ces derniers, des plus jeunes au plus âgés, étaient invités à participer à l’une des représentations de Décontes du quotidien et autres chroniques féminines proposées au Telquel théâtre, rue Edmond-Carrière à Pissevin entre le 12 et le 16 mars, par la compagnie Les Boudeuses, quatre actrices formidables .

« Ce spectacle s’inscrit dans le cadre du tour de France de l’égalité entre les femmes et les hommes, explique Raouf Azzouz, directeur de l’association. Nous le proposons avec de nombreuses autres actions en partenariat avec la Ville, le Département et l’Etat avec pour but de dénoncer et combattre le sexisme encore beaucoup trop présent aujourd’hui. Il est bon de bousculer l’état d’esprit de certains. »

Lors de la représentation du mercredi 14 mars, de nombreux jeunes ont assisté mais surtout participé au spectacle des Boudeuses. A travers des scènes de la vie, accompagnées d’émotion, fous rires, rires, elles questionnent sur le rôle et la place des femmes : « Qui sont-elles ? Que pensent-elles ? Pensent-elles ? » Dès le début le ton était donné : chaque spectateur se voyait attribuer un badge avec un nom et un rôle de personnage imaginaire. Puis il passait sous les jupons d’une femme, belle mise en scène, et pénétrait dans l’univers des Boudeuses pour jouer un rôle dans différentes situations au cœur desquelles on retrouvait les femmes et leurs problèmes au quotidien. Si la poésie et l’humour étaient bien présents, ce questionnement a interpellé plus d’un jeune et le débat n’en a été que plus riche. Lors de chaque séance les quatre artistes composant la compagnie ont adapté rôles et textes en fonction de l’âge des personnes présentes. 

« Toutes les séances ont affiché complet, note Raouf Azzouz. C’est important pour nous que les gens puissent prendre conscience qu’il existe encore malheureusement une inégalité entre hommes et femmes, notamment dans des quartiers souvent décrits comme porteurs de ce genre de problème. » D’autres actions ont été réalisées autour du respect de l’égalité entre sexes, dont une exposition présentée en parallèle dans la salle Morise : « Nous, les hommes et les femmes ». Raouf Azzouz et Eugénie Diolot, médiatrice sociale et culturelle de l’association ont su mobiliser sur un sujet sensible.

Saint-Césaire - Le lycée Jules-Raimu montre son savoir-faire

DSC02262 (Copier).JPGProviseur et responsables de sections ont présenté le lycée.

La journée portes ouvertes organisée par le lycée professionnel Jules-Raimu de Saint-Césaire, samedi 10 mars,  a permis de mettre en évidence les structures accueillant les élèves et l’enseignement et le savoir-faire sur la formation professionnelle pratiqués dans l’établissement. Le réseau Edgard était présent pour ce qui concerne les transports scolaires et les parents d’élèves ont présenté un stand.

Pour Fabrice Barthélémy, le proviseur, cette journée revêt une importance particulière pour les jeunes collégiens : « Tout d’abord ils ont une approche de l’ambiance d’un lycée et peuvent dialoguer avec les enseignants et les élèves des différentes sections. Ensuite ils ont des explications sur les métiers préparés ici mais aussi sur l’après-lycée, leur avenir. Il est intéressant qu’ils se rendent compte aussi que certains métiers, concernant l’automobile notamment, ont beaucoup évolué techniquement. La section maintenance équipements industriels est aujourd’hui plus recherchée car elle touche à de nombreux domaines, électricité, automatisme ou mécanique et offre énormément de débouchés. Il y a beaucoup d’offres en poursuite d’études en BTS  ou en poursuite d’apprentissage ».

Olivier Bacques, responsable de cette section insiste sur « ces débouchés au niveau des emplois qui touchent beaucoup de domaines de la maintenance, ascenseurs, cave coopératives, etc. et des entreprises aussi différentes que la SNCF, Perrier ou Royal-Canin ». Pour  Valérie Carle venue avec son fils Tom de Gallargues et Frédéric Martin venu avec son fils Axel de Saint-Jean-de-Cuculles, l’établissement correspond à ce qu’ils recherchent : proximité et enseignement dispensé, la mécanique et le tout dans un lycée très accueillant. Sur ce dernier point, Tom Belhomme, élève de la promo 2016-2017, va créer une association des Anciens du lycée, idée qui ravit Fabrice Barthélémy.

15/03/2018

Saint-Césaire - Du sport 100 % pour valoriser l'ASPTT

DSC02275 (Copier).JPGLes activités de l'ASPTT présentées dans un cadre naturel

Avec le Sport donne des elles, l’ASPTT, en partenariat avec la ville de Nîmes, a proposé samedi et dimanche sur l’esplanade Charles-de-Gaulle et au golf de Vacquerolles, un événement 100 % féminin qui faisait suite à la Journée internationale des droits de la femme du 8 mars. Pour l’association, le pari était à la fois simple et ambitieux, comme l’explique Ingrid Vallée, chargée de communication : « Avec cette journée nous voulons sensibiliser les femmes au sport, à la santé et au bien-être. Des animations et initiations à quelques unes des nombreuses activités proposées par notre association comme yoga, zumba, fit gym ou golf, sont mises en valeur toute la journée et dimanche. Les enfants ont aussi droit à leur atelier initiation. La santé est aussi abordée, nous avons invité l’Etablissement français du sang (EFS) et un ostéopathe.»

Esplanade : un week-end dédié aux femmes

DSC02268 (Copier).JPGAvec le Sport donne des elles, l’ASPTT, en partenariat avec la ville de Nîmes, a proposé samedi et dimanche sur l’esplanade Charles-de-Gaulle et au golf de Vacquerolles, un événement 100 % féminin qui faisait suite à la Journée internationale des droits de la femme du 8 mars. Pour l’association, le pari était à la fois simple et ambitieux, comme l’explique Ingrid Vallée, chargée de communication : « Avec cette journée nous voulons sensibiliser les femmes au sport, à la santé et au bien-être. Des animations et initiations à quelques unes des nombreuses activités proposées par notre association comme yoga, zumba, fit gym ou golf, sont mises en valeur toute la journée et dimanche. Les enfants ont aussi droit à leur atelier initiation. La santé est aussi abordée, nous avons invité l’Etablissement français du sang (EFS) et un ostéopathe.» Léa Cesses, chargée de communication de l’EFS, se réjouit de « la notoriété de la manifestation pour sensibiliser les gens aux dons de sang, plasma et plaquettes qui sont une urgence aujourd’hui ». Pour Olivier Dirheimer, ostéopathe, « c’est l’occasion de montrer que l’ostéopathie est bien plus que le cliché de manipulation de la colonne vertébrale qu’elle a longtemps montré, avec entre autres des manipulations musculaires, faciales ou viscérales ». Le côté humanitaire et fort sympathique était présent avec deux nîmoises remarquables qui partiront, en 2019, à la conquête du trophée Roses des Andes, en Argentine. Ce rallye raid permettra à Delphine Porte et Sophie Eldin, qui ont créé l’association Crocod’elles, « mettre en avant l’équinothérapie, le cheval devenant un partenaire thérapeutique, auprès d’enfants handicapés à Salta, en Argentine. Pour financer l’opération nous cherchons des partenaires et organisons divers événements ». Axel Doloir, président de l’ASPTT, ne pouvait que se réjouir du succès obtenu par cette manifestation : « Notre but et de développer et faire encore mieux connaître le club et ses vingt et une sections qui regroupent les activités sportives comme celles de loisir. S’il a été créé à la base pour les Postiers, il est important de rappeler qu’il est ouvert à tous depuis longtemps et que nous tenons énormément à ce développement vers l’extérieur. »

.Léa Cesses, chargée de communication de l’EFS, se réjouit de « la notoriété de la manifestation pour sensibiliser les gens aux dons de sang, plasma et plaquettes qui sont une urgence aujourd’hui ». Pour Olivier Dirheimer, ostéopathe, « c’est l’occasion de montrer que l’ostéopathie est bien plus que le cliché de manipulation de la colonne vertébrale qu’elle a longtemps montré, avec entre autres des manipulations musculaires, faciales ou viscérales ».

Le côté humanitaire et fort sympathique était présent avec deux nîmoises remarquables qui partiront, en 2019, à la conquête du trophée Roses des Andes, en Argentine. Ce rallye raid permettra à Delphine Porte et Sophie Eldin, qui ont créé l’association Crocod’elles, de « mettre en avant l’équinothérapie, le cheval devenant un partenaire thérapeutique, auprès d’enfants handicapés à Salta, en Argentine. Pour financer l’opération nous cherchons des partenaires et organisons divers événements ».

Axel Doloir, président de l’ASPTT, ne pouvait que se réjouir du succès obtenu par cette manifestation : « Notre but et de développer et faire encore mieux connaître le club et ses vingt et une sections qui regroupent les activités sportives comme celles de loisir. S’il a été créé à la base pour les Postiers, il est important de rappeler qu’il est ouvert à tous depuis longtemps et que nous tenons énormément à ce développement vers l’extérieur. »

ASPTT Nîmes, 1133 avenue Fleming à Nîmes, tél. : 04 66 23 37 34

L’EFS met à disposition son camion sur l’esplanade Charles-de-Gaulle les premier et troisième mercredis et vendredis de chaque mois, tél. 0 800 972100                

Association Crocod’elles, tél. 06 20 99 50 77 ou 06 64 44 60 91