Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


14/12/2017

Haute-Magaille - L'atelier peinture du Cema Guillaumet s'affiche dans les locaux de la Croix-rouge

IMG_8410.JPGA gauche, Thérèse Lyon, Christian Folcher et Sandra Rossi.

Jeudi 23 novembre, c’est dans les locaux du Centre d’hébergement en réinsertion sociale (CHRS) Henry Dunant de la Croix-Rouge, qu’a eu lieu le vernissage de l’exposition de l’exposition de peinture  des personnes accueillies au Cema Guillaumet (Centre d’évaluation et de mobilisation des aptitudes), en présence de Sandra Rossi, directrice du pôle social de la Croix-Rouge, Thérèse Lyon directrice de l’Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) et Christian Folcher, directeur du Cema.

Organisée conjointement par ces deux derniers organismes et avec la présence de l’association Créer, c’est vivre, cette manifestation met en évidence des paysages réalistes, portraits interpellant de ressemblances, visions et émotions mouvementées qui s'expriment  ou autres bouquets de fleurs. Pour Cendrine Pannier, animatrice en atelier peinture au Cema, « Cette soirée est un vif succès.  Près de cent personnes se sont rencontrées dans un lieu où nous n'avons pas l'habitude de voir une telle mixité sociale. Ces rencontres entre adolescents en quête d'identité, adultes dont l'identité est en péril ou personnes en perte d’identité nous permet d’aborder cette question de l'identité au travers d'une exposition pour justement lutter contre la menace de la perte d'une identité individuelle et collective. L'art est un porte-parole privilégié et indispensable qui rassemble et réunit avec le besoin de poser sa trace sur des papiers ou des toiles pour avoir une visibilité qui parle, affirmant cette nécessité de faire parti d'un collectif visible ».

Alli Abdoolraman, art thérapeute à la structure de Grézan, est tout aussi ravi de cette exposition : « L’art devient beau quand il est partagé. La mixité sociale part de nous, acteurs citoyens, au travers de qui les appréhensions peuvent évoluer, les peurs balayées, les parcours de vie valorisés. Un grand merci aux artistes, ceux qui nous permettent de vivre ces moments, au nom de leur différence et de leur force de vie ! "Relève-toi bonhomme et avance : tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie", c’est cette phrase d’un jeune slameur Guinéen que nous retiendrons ». 

Le produit des ventes des tableaux est intégralement reversé à la Croix-Rouge Française. A voir jusqu’au 31 janvier 2018, CHRS, rue Salvador-Dali à Nîmes.

Les commentaires sont fermés.