Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


14/10/2017

Saint-Césaire - L’insécurité, problème majeur des habitants du village

DSC01667 (Copier).JPGA la demande des référents de l’opération Participation citoyenne et du comité de quartier, ce mercredi 4 octobre, avait lieu dans la salle municipale de Saint-Césaire une réunion pour permettre aux habitants d’exprimer leurs problèmes et leurs craintes concernant l’insécurité qui semble s’amplifier sur le quartier. La liste des méfaits constatés par ces habitants est longue : cambriolages ou tentatives, vols avec violence, dégradations de véhicules, feux de haies, incivilités et à tout cela s’ajoutent le danger de la circulation, le centre du quartier sert d’échappatoire, avec vitesse excessive et non respect des règles de stationnement.

La rue de l’Espérance détient le triste record de tous les connaître. Les riverains demandent notamment une présence plus effective de la police, avec des contrôles accrus, la mise en place d’une zone à 30 km/h et de nouvelles caméras. Richard Tibérino, adjoint à la sécurité apportait des précisions : « Les chiffres montrent qu’il y a une baisse de la délinquance ici, alors ou c’est vrai ou c’est que trop peu de victimes portent plainte. Je vous encourage vivement à porter plainte dès qu’il y a lieu. Il y a huit caméras sur ce quartier, d’autres vont arriver. Concernant une zone à 30, il faut que son aménagement rende obligatoire cette limitation. Pour ce qui est de la dangerosité du passage à double sens de la rue du Temple, entre La Poste et l’avenue de la Gare, c’est la population qui a choisi cette solution. Si un jour elle n’en veut plus on mettra un sens unique. Saint-Césaire est un village ancien non adapté à la circulation actuelle ».

La responsable police municipale du secteur ouest revenait sur une présence policière bien réelle malgré les dires de certains, avec des rondes régulières et des patrouilles à pied. Le commandant Fuster, représentant la police nationale, évoquait une baisse de 38 % des cambriolages. A un habitant qui évoquait la présence permanente d’une caravane, au bout de la rue de l’Eglise vers l’arrêt de bus de la maison des compagnons, « ma fille a peur d’y prendre le bus, je dois l’accompagner »,  Richard Tibérino répondait que tous les services s’occupaient de ce cas épineux, « Mais je ne fais les lois ».

Après le long débat, de très bonne tenue, les habitants attendent des mesures.

Les commentaires sont fermés.