Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


26/09/2017

Saint-Césaire - 25 ans célébrés sur la colline, autour du moulin

DSC06514 (Copier).jpgL'association se bat pour la protection de la colline.

L’association du Patrimoine de Saint-Césaire se bat depuis des années, avec les Saint-Césairois, pour la protection de la colline du moulin à vent, lieu historique à l’origine de la création de Saint-Césaire. C’est ce lieu qu’a choisi Francis brun, le président, pour célébrer le 25e anniversaire de l’association.

La journée retenue est le samedi 30 septembre avec au programme : apéritif offert par l’association suivi par un buffet campagnard partagé et offert par les participants, chacun amenant un plat à sa convenance. L’après-midi, ces derniers pourront participer à des visites commentées du site (moulin, parcours botanique, four à chaux, particularité géologique) ainsi qu’à un nettoyage citoyen des abords. Cette journée sera précédée de deux journées de sensibilisation pédagogique proposées aux élèves des établissements scolaires saint-césairois.

Une belle journée est à prévoir pour tous le souhaitent, habitants et amoureux du quartier ou passionnés d’histoire. Une solution de repli a été envisagée en cas de mauvais temps. Renseignements auprès de Francis Brun, 04 66 23 94 21, patrimoine-stcesaire@hotmail.fr.

25/09/2017

Pissevin - Le relais Saint-Pierre a fêté ses cinquante ans d'existence

DSC01525 (Copier).JPGLe père Cauvas, deuxième à gauche, a présenté l'exposition.

Le Relais Saint-Pierre, qui est pour de nombreux habitants l’église Saint-Pierre, a fêté, dimanche 17 septembre ses cinquante ans d’existence. Pour l’occasion, une très belle exposition de photographies accompagnées d’explications retraçait son histoire. C’est cette histoire que le père Serge Cauvas, curé de la paroisse, nous a racontée : « En 1962, de nombreux rapatriés sont venus augmenter la population en place dans ce quartier. Les membres de l’importante communauté chrétienne qui s’implantait ont voulu avoir un lieu pour se retrouver et échanger. Ils ont bâti un petit hangar, vers l’endroit occupé par la station-service aujourd’hui, qu’ils ont appelé Notre-Dame de la Baraque, lieu bien nommé. En 1967, la municipalité nîmoise leur a attribué l’espace actuel sur lequel ils ont construit le Relais Saint-Pierre ».

Le nom de relais plutôt qu’église surprend les néophytes mais trouve tout son sens dans la volonté essentielle de ces chrétiens. « Ils ont donné le nom de relais et non d’église car ils voulaient un lieu de ressourcement et célébration pour soutenir leur présence active dans ce quartier alors en pleine construction, poursuit le père Cauvas. Ils avaient à cœur de s’impliquer dans les différents organismes sociaux comme parents d’élèves, comité de quartier ou secours catholique et ce relais était là pour montrer qu’ils étaient au service de tous. D’ailleurs, l’architecture de l’église n’est pas neutre, elle ne domine pas et se trouve, au contraire, bien insérée dans le quartier en rappelant aux chrétiens qu’ils ont à être sel de la terre, artisans de fraternité ».

Depuis les choses ont changé : « Il y a eu une évolution démographique, la population est devenue très mobile. En dix ans le quartier est devenu multiracial, il s’est aussi paupérisé. A ce sujet il convient de souligner l’action des associations qui favorisent l’ouverture et le lien social. Nous sommes en très bons termes avec elles ce qui nous permet de créer des actions en commun, avec beaucoup d’échange et de collaboration comme la galette des Rois que nous avons instaurée à l’origine et que nous organisons aujourd’hui avec d’autres, pour réunir les plus démunis et qui sont le plus dans la solitude, conclut le père Cauvas ».

Une messe a été célébrée pour l’événement, avant le partage d’un repas.

20/09/2017

Saint-Césaire - Succès au rendez-vous pour le grand déballage

DSC01494 (Copier).JPGLes chineurs étaient nombreux.

Le 12e grand déballage organisé par le comité de quartier aura marqué les esprit de ses responsables, comme le confie Gérard Elie le président : « Alors que tout était prévu pour occuper les rues du vieux village, comme chaque année, de nouvelles mesures de sécurité nous ont obligés à modifier l’organisation ce qui a pris beaucoup de temps. Le périmètre de la manifestation a été fortement réduit, limitant le nombre d’emplacements. La nouvelle a mis émoi de nombreux riverains auxquels il a fallu expliquer longuement les raisons de ces changements, les habitudes sont difficiles à changer. En plus, Bernis et Caissargues organisaient leur vide-grenier. On a quand même réussi notre manifestation, même si comme chaque année des exposants nous ont fait faux bond, j’en suis très heureux comme tous les membres de l’équipe qui on fait un travail remarquable ».

Exposants et visiteurs, nombreux, étaient ravis de profiter de l’événement animé par la peña de la Vaunage, comme l’a expliqué Gisèle Segrelles, une exposante : « Ici c’est vraiment l’ambiance d’un vide-greniers, à la fois familiale et chaleureuse ». Les organisateurs donnent rendez-vous à tous, le dimanche 8 octobre sur la place Gallieni pour le vide-greniers du Mas Roman.

Jean-Jaurès - La musique, une matière à part entière à l'école primaire

DSC01476 (Copier).JPGLes enseignants ont donné le "la" de la rentrée.

En interprétant l’accordéon et le tourbillon, avec Isabelle Dubois, professeur de chant et accordéoniste de l’Atelier musical à Nîmes et Myriam Lanquetin, les enseignants de l’école primaire de Stanislas ont donné le La de la rentrée.

Une rentrée en musique comme l’ont souhaité Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et Françoise Nissen, ministre de la culture. Brigitte Isseulé, la directrice, ne pouvait que se réjouir d’une telle nouveauté : « Cela fait près de vingt ans que dans notre établissement la musique est une discipline obligatoire et fait partie du temps scolaire dans toutes les classes primaires. Les élèves, à partir de la grande section maternelle, sont en classe orchestre en musique avec professeurs de piano, de violon et de chant, qui est aussi pianiste et accordéoniste. En 6e les élèves se voient proposer une classe « violon ». Nous donnons des concerts réguliers de musique et chants à Nîmes. Aujourd’hui on n’a pas de mal à répondre à la proposition de nos ministres et pour moi c’est une joie et un plaisir de commencer comme ça. La rentrée scolaire est un moment de partage et de cohésion, le point de départ pour une année ambitieuse et réussie ».

Lundi matin, les classes de primaire étaient réunies dans la cour de l’école où ambiance et enthousiasme ont été partagés avec les parents. « C’est la joie d’apprendre basée sur un comportement citoyen », conclut Brigitte Isseulé.

Les élèves, en tenue réglementaire, ont ensuite été appelés, chacun par leur nom, pour rejoindre leur classe tandis qu’un café était proposé aux parents dont certains paraissaient plus stressés que leurs enfants pour qui tout semblait simple, comme confiait Charles : « J’aime bien la rentrée, je vais trouver une nouvelle maîtresse, je suis content ».