Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


15/07/2017

Saint-Césaire - Le lycée Jules-Raimu veut pérenniser les échanges entre les élèves

DSC01243 (Copier).JPGStagiaires et enseignants ont fêté la fin de stage.

En place depuis quelques années, le programme Erasmus + favorise les projets de mobilité en permettant les échanges entre jeunes européens. C’est dans ce cadre que le lycée Jules-Raimu a accueilli au mois de juin huit stagiaires espagnols en mécanique automobile, du lycée professionnel La Guineuata de Barcelone, en partenariat avec certains concessionnaires automobiles nîmois : Auto 2000 (Opel), Espace RC Automobiles (Seat), Garage Citroën K2, Garage du Globe (Citroën), Garage Veyrunes (Toyota), Renault Retail Group, SN Méditerranée Automobiles (Ford) et Turini Autos (Fiat).

« C’est un échange complet de lycéens bac pro entre les deux établissements, précise Fabrice Barthélémy le proviseur, chaque groupe découvrant un travail et une culture d’un pays différent du leur. Les élèves sont courageux et font preuve d’une mentalité d’ouverture positive sur la mobilité et l’Europe. Les échanges entre enseignants sont aussi très constructifs. Ce projet doit perdurer, nous attendons l’accord de la Maison pour l’Europe. »

L’organisation de tels échanges demande beaucoup d’efforts, « Les professeurs s’investissent énormément, ce serait dommage d’abandonner ce projet », confie Thierry Metens directeur délégué aux formations professionnelles. Céline Vignal, professeure de français, note l’importance de la langue dans ces stages : « La langue parlée peut constituer un barrage pour les jeunes comme pour les entreprises qui les reçoivent et qu’il faut remercier. Nos stagiaires ont une professeure d’espagnol qui assiste celui d’atelier mécanique, dans le cadre de l’Enseignement général lié à la spécialité (EGLS) ».

Du côté des élèves et des entreprises, l’enthousiasme pour le projet est réel. Florian Grevot, chef d’atelier chez Turini-automobiles et François Santos, conseiller technique chez Seat-Skoda Nîmes, avouent de concert que « Chaque année c’est un plaisir d’apprendre la pratique à des jeunes qui sont très motivés et qui s’adaptent très vite », même si le barrage de la langue a été plus important chez Florian Grevot que chez François Santos qui parle l’espagnol. Pour les stagiaires, comme l’explique Wessam, « Le plus dur a été de s’adapter aux horaires français, mais l’ambiance est formidable et on apprend beaucoup ».

Jeudi 29 juin lors du traditionnel apéritif de fin de stage chacun n’espérait qu’une chose : voir l’expérience continuer.

Les commentaires sont fermés.