Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


29/04/2017

Carémeau - Les modélistes ferroviaires affichent leur passion

DSC00373 (Copier).JPGDes modèles à l'échelle zéro très fidèles aux originaux

Pour la deuxième année consécutive, les salons de l’hôtel Vatel ont accueilli, samedi 22 avril, soixante-cinq fabricants professionnels ou amateurs européens, de modèles réduits ferroviaires à l’échelle zéro (1 : 43,5).

DSC00363 (Copier).JPGPour Michel Louette membre de l’association des Amateurs constructeurs (Amco) et organisateur de cette manifestation internationale, celle-ci revêt une grande importance dans le milieu du modélisme : « La présence de grands professionnels mondialement connus, comme Fabio Ravasini, Lorenzo Lombardi, Thierry Magrou ou Patrick Fastelli, en est la preuve. Il y a surtout ce moment de partage et d’amitié qui lie les passionnés que nous sommes. Cette rencontre permet aussi les échanges entre fabricants sur l’évolution des techniques. Enfin, c’est l’occasion de voir quelques modèles uniques, certains valent plusieurs milliers d’euros ».

DSC00366 (Copier).JPGFabio Ravasini loue sans partage ce moment : « Ici chacun montre sa capacité de création, il n’y a pas de concurrence mais de la complémentarité. C’est toujours instructif de voir comment travaillent les autres. La France est différente des autres pays, on y trouve beaucoup plus de passionnés ». Patrick Fastelli est à la tête de la plus vieille maison française de modèles ferroviaires type laiton, Locodiffusion, située à Tornac près d’Anduze : « Depuis 1971 nous créons des modèles, échelle HO ou zéro, qui demandent beaucoup de précision, c’est pour cela faisons aussi appel à des fondeurs d’art ».

Tous ces artistes créent, usinent et assemblent leurs pièces de collection à la main, mais ils savent que des nouvelles techniques, comme l’imprimante 3D, vont dans un prochain avenir modifier sensiblement leur façon de travailler. Déjà l’utilisation de l’électronique est devenue courante, certaines machines sont digitalisées, sonorisées et la fumée d’échappement de machines à vapeur est réalisable. Cette exposition montre la face cachée du merveilleux monde du modélisme, dommage qu’elle ne soit pas ouverte au public. « J’y songe, avoue Michel Louette, mais l’organisation prend une autre dimension. »

DSC00354 (Copier).JPGThierry Magrou et Michel Louette

DSC00360 (Copier).JPGThierry Magrou, professionnel de Montpellier explique la naissance d’une locomotive en modèle réduit. « Pour cette BB 1500 de 1921 ex-Compagnie du Midi, il y a environ huit mois de travail après avoir reçu la documentation du service archives de la SNCF qu’il faut remercier. Je redessine la machine à l’échelle zéro pour concevoir l’ensemble de tôle qui, mis en forme, donnera la carrosserie dans ses moindres détails. Vient ensuite la partie fonderie pour chaque pièce et le calcul de la motorisation. Tout est très précis, par exemple un pantographe est composé d’une trentaine de pièces. Les pièces sont en laiton, sauf essieux et bogies qui sont acier et tout est démontable. La boulonnerie est aussi à l’échelle. La peinture termine le modèle. Je ne crée que pour les collectionneurs, aujourd’hui avec l’âge, c’est plus au compte-goutte. »

Les commentaires sont fermés.