Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


30/03/2017

Plaine du Vistre - Les riverainsont suivi le parcours des collectes sélectives

DSC00191 (Copier).JPGLes participants attentifs lors de la visite de la chaîne.

Que deviennent les papiers, bouteilles en plastique et autres revues récoltés grâce au tri sélectif, cela vaut-il la peine de pratiquer ce tri ? Ce sont deux des nombreuses questions posées par les habitants de la Plaine du Vistre à Max Portal, directeur général des services du Sitom Sud Gard, lors de la visite du site du centre de tri Valrena, organisée le mardi 14 mars à l’initiative de Jean Sonderer, président du comité de quartier.

En présentation, Max Portal a insisté sur le choix stratégique fait par le Sitom en se dotant de son propre centre de tri : « Il d’abord fallu convaincre de son utilité. Valréna a été mis en service en mai 2015. Pour son exploitation, on fait jouer la concurrence, actuellement il s’agit de Paprec recyclage. Il ne faut pas oublier qu’à la sortie, des entreprises vont utiliser les produits récupérés pour en faire de nouveaux objets. Ce centre rapporte un million d’euros tous les ans qui réduit la facture pour les contribuables ».

Les visiteurs étaient invités à suivre le parcours des collectes sélectives qui commence par la zone de réception, plus de 23 000 t par an. Le module de pré-tri suivant permet aux employés d’éliminer tous les éléments mis à tort. Celui du tri optique situé après est très performant. « Il nous permet de trier plus d’éléments », explique Max Portal avant de poursuivre : « Toutes ces machines sont soumises à rude épreuve et demandent un renouvellement rapide. De plus, il faut sans cesse innover au niveau technique pour pouvoir traiter certains conditionnements nouveaux avec des composants difficiles à recycler ».

Avant d’arriver à la presse à balles, qui permet de conditionner les produits acceptés, soit 19 000 t, les éléments passent par le tri des corps plats et creux. Un espace est réservé au stockage des refus de tri. A la fin de la visite les habitants ne voyaient plus le tri sélectif de la même façon, comprenant l’intérêt que met en avant le Sitom : « Le tri sélectif est une priorité. Nous sensibilisons particulièrement les enfants sur le sujet. Ce centre est muni d’un parcours pédagogique interactif unique en France », termine Max Portal.

En quittant le site les visiteurs regrettaient que le centre de compostage de la Saur situé sur un espace voisin ne soit pas traité de la même façon, « car il s’en dégage, quand il y a de l’activité, une odeur pestilentielle perceptible à des kilomètres ».

29/03/2017

Saint-Césaire - Opération « Bus découverte »au lycée Jules-Raimu

DSC00169 (Copier).JPGLes collégiens ont découvert l'univers de la mécanique en BTP.

Dans le cadre de l’opération « Bus découverte », le lycée Jules-Raimu à accueilli mardi 14 mars, quarante élèves venus du collège Les Fontaines de Bouillargues et de celui de Bellegarde.

« Cette journée a pour vocation de faire découvrir aux collégiens, toujours en quête de repères en matière d’emplois, le métier de la maintenance des engins de chantiers, de levage et de manutention », explique Hakim Ouchan, professeur de maintenance au lycée. Et de préciser : « Cette profession est encore trop méconnue, on pense trop souvent à la mécanique automobile. Elle est génératrice d’emplois avec évolution de carrière, 1 500 postes sont proposés chaque année.».

Dans la matinée, après avoir été accueillis par Fabrice Barthélémy, le proviseur, les élèves ont eu droit à une présentation et une visite de l’établissement et plus particulièrement de l’atelier de maintenance. « Cette opération est intéressante en bien des points, explique Alexandra Nunez, conseillère principale d’éducation au collège Les Fontaines. Elle permet aux jeunes d’affiner leurs choix d’orientation et d’avenir professionnel et de découvrir le monde du lycée, très différent de celui du collège. Autre motivation, ils retrouvent d’anciens camarades qui étaient en difficultés et qui aujourd’hui s’épanouissent. »

L’après-midi les jeunes se rendaient à Saint-Césaire pour la visite de l’entreprise de location de matériel BTP Régis location, partenaire du lycée. Jean-Philippe Page, le responsable d’agence, explique l’intérêt du partenariat : « Je reçois les bac-pro mécanique pour des stages dont la durée varie. Ici ils se retrouvent en immersion en entreprise et découvre vraiment la mécanique en mettant en pratique bien des choses apprises en théorie. Durant les périodes estivales nous en intégrons quelques uns en tant que salariés. Ils découvrent le monde du travail ».

Les questions ont été nombreuses montrant tout l’intérêt de cette initiative.

Mas de Cheylon - Un nouvel accident

accident mas de cheylon.jpgUn accident de plus à ce carrefour.

Un nouvel accident a eu lieu au chemin du Mas de Cheylon, à l’intersection du chemin Sous-Fondame, ce jeudi matin 23 mars, vers 8 heures. Les riverains et le comité de quartier ne cesse d’alerter les élus sur la dangerosité de ce lieu. Ils espèrent que le dossier ouvert sur la création d’un giratoire à cet endroit (lire Midi Libre du 8 mars 2017) aboutisse. Il semble que le fait qu’il s’agisse d’une route départementale, la RD 613, à vocation communale à cet endroit retarde la décision.

16/03/2017

Pissevin - Les anciens de l’Etincelle pour de joyeuses retrouvailles

DSC00157 (Copier).JPGLes anciens se sont retrouvés dans la bonne humeur.

Formidable rassembleur et animateur hors pair, Guillaume Renouard a réuni, mardi 7 mars, près de soixante anciens élèves et professeurs du lycée de l’Etincelle (rebaptisé Voltaire). Pour la 6e année consécutive, lui l’ancien de la promotion 99 devenu maître dans l’événementiel, a organisé ce rendez-vous festif. « Ce lycée dispense une formation exceptionnelle depuis 1959. J’ai voulu réunir les anciens dans un moment de convivialité et de partage, afin de se remémorer des souvenirs, mais aussi échanger sur le fonctionnement de l’hôtellerie de nos jours, sans oublier la façon de voir l’avenir. C’est un grand moment de bonheur. »

Et, après une visite au château de Campuget, les souvenirs ressortaient dans une joyeuse ambiance. Serge Laugier, professeur de cuisine, a eu comme élève Damien Sanchez, chef du Skab récemment étoilé, « un gars formidable ». Un autre nom revenait souvent, celui de Jérôme Nutile.

DSC00140 (Copier).JPGPour rien au monde Jean-François Guyot, aujourd’hui restaurateur-traiteur à Vauvert, n’aurait manqué le rendez-vous : « Que de souvenirs ! Ici, c’est la formation dans l’excellence, en cuisine comme au service dans une bonne ambiance. D’ailleurs, Marlène, mon maître d’hôtel, est une ancienne élève. Je suis venu avec ma fille Julie qui souhaite intégrer l’école et je retrouve mon professeur, Jean-Claude Pelenc, je suis heureux ».

Fatima Rabah, monitrice d’atelier à l’ESAT Elisa30, organise des actions en partenariat avec son ancien lycée.

Ces retrouvailles également ont fait la joie de Jean-Sébastien Desmedt, directeur de formation du lycée et Bernard Holvoet, le proviseur agréablement étonné « du nombre d’anciens élèves et professeurs qui sont là. Guillaume est un fédérateur, l’événement prend chaque année de l’ampleur, un esprit maison s’est créé », avant d’ajouter : « Cela confirme la réputation de notre lycée qui va bientôt ouvrir un deuxième restaurant et cuisines en rez-de-chaussée. »

Les festivités se sont terminées tard dans la soirée. Le restaurant d’application est ouvert à midi du lundi au vendredi et au soir le mardi et jeudi, hors vacances scolaires, tél. 04 66 28 76 77.

11/03/2017

Saint-Césaire - Les jeunes recrues présentées à l’étendard du régiment

DSC00127 (Copier).JPGLe général André devant la section des engagés volontaires initiaux.

Les jeunes recrues du 4e Régiment du matériel, engagés volontaires initiaux de la promotion de novembre 2016, ont été présentées à l’étendard du régiment. Cette présentation témoigne leur intégration au régiment après leur cycle de formation. La cérémonie s’est déroulée vendredi 3 mars au 4e Rmat, à Saint-Césaire, en présence des autorités civiles et militaires et des familles accueillies par le lieutenant-colonel Léger, chef de corps.

Elle était placée sous la présidence du général de division André, commandant la maintenance des forces. Après la revue des troupes, les jeunes recrues se sont vues remettre les insignes du régiment.

DSC00113 (Copier).JPGPour les parents et amis des engagés volontaires l’événement revêtait un caractère particulier, empreint d’émotion et fierté de voir un des leurs intégrer un régiment prestigieux du service de la maintenance industrielle terrestre (SMITer), reconnu pour ses nombreuses compétences techniques dans les domaines de la mécanique et de l’approvisionnement ayant une mission de maintenance opérationnelle permanente à travers le monde. Il est à noter que le régiment participe également à l’opération Sentinelle.

Au cours de cette cérémonie, le général André a procédé à la lecture de témoignage de satisfaction et lettres de félicitations, pour trois bénéficiaires, avant de retracer la carrière de l’adjudant-chef Alepeleto pour qui c’était l’adieu aux armes. Les honneurs à l’étendard clôturaient la cérémonie.

10/03/2017

Plaine du Vistre : des problèmes récurrents évoqués en assemblée générale

DSC00073 (Copier).JPGJean Sonderer a évoqué les différents problèmes.

Pour l’assemblée générale du comité de quartier de la Plaine du Vistre et de Saint-Césaire, Jean Sonderer, le président, avait convié tous les habitants, le vendredi 24 février, au mas Affortit. On notait aussi la présence Richard Tibérino, élu au quartier, Richard Plantier et Thierry Procida, représentant Yvan Lachaud.

Conscient que la problématique dans son quartier, le dernier bastion agricole nîmois, est complètement différente de celle rencontrée dans les autres quartiers, il a abordé les différents points noirs notés par les habitants. Compte tenu d’une circulation toujours plus encombrée aux entrées de Nîmes, à laquelle s’ajoute le va-et-vient des camions se rendant au centre de tri et à l’incinérateur, le trafic routier est très important avec une vitesse souvent mise en cause. Sur ce sujet, Richard Tibérino a précisé : « Le conseil départemental refuse que la limitation de vitesse à 70 soit prolongée jusqu’au giratoire de la RD 13. Concernant la création d’un giratoire entre la RD 613, départementale à vocation communale à cet endroit et le chemin Sous-Fondame, un dossier a été déposé par la Ville qui attend une autorisation du Département ».

Un autre problème récurrent a été évoqué, celui des dépôts sauvages dont un nombre impressionnant de pneus usagés le long des fossés, vers les jardins ouvriers, ou, comme se plaint un participant, « Des artisans se débarrassent de leurs gravats la nuit, le matin on ne peut plus aller travailler dans les champs ».

Concernant les constructions illicites, nombreuses, Richard Tibérino a fait état des procédures en cours : « Il y en a environ 200 en cours. Il existe maintenant le Groupement local de traitement de la délinquance avec un magistrat en charge de ces dossiers. Cinq procédures iront, semble-t-il, jusqu’à la destruction ». Il en a profité pour citer les chiffres des interventions, toutes confondues : « Il y a eu 441 interventions sur le comité, 75 verbalisations dont 65 routières ».

A cela s’ajoute un phénomène nouveau, l’invasion des sangliers, au grand dam des agriculteurs qui demandent une solution rapide. Les derniers problèmes évoqués, raccordements au tout-à-l’égout et à la fibre optique, ont mis à mal les espoirs des habitants, aucune solution est prévue dans l’immédiat. Le traditionnel vin d’honneur clôturait la manifestation.

09/03/2017

Saint-Césaire - Lycée Jules-Raimu : un pas vers l’avenir professionnel

DSC00082 (Copier).JPGLes jeunes ont pu se renseigner sur plusieurs métiers.

Comment acquérir un savoir-faire et obtenir un diplôme permettant d’obtenir un emploi professionnel ? C’est la question posée par de nombreux jeunes et à laquelle le lycée Jules-Raimu s’attache à répondre. Samedi 25 février, il a ouvert ses portes pour présenter toutes les possibilités qui sont offertes à ces jeunes en matière de formation technique.

Pour Fabrice Barthélémy, le proviseur, cette journée revêt une importance particulière : « C’est un des événement les plus importants pour le lycée. L’accueil est le premier élément de la lutte contre le décrochage scolaire. Il y a un échange entre élèves, anciens et futurs, adultes et services. Au cours de cette journée particulière nous répondons aux sollicitations des jeunes et de leurs parents en matière de formation mais aussi de vie à l’intérieur de l’établissement. Tout ce que propose l’établissement est présenté, du côté éducatif au côté intendance, comme l’obtention d’une bourse ou la demande d’internat. Les jeunes qui viennent ont tous les éléments. De plus, ils peuvent s’inscrire à un mini-stage pour une meilleure connaissance de ce qui les attend ».

DSC00094 (Copier).JPGDes patrons d’entreprises sont venus à la rencontre des élèves, comme Vivien Trivella, entrepreneur de travaux publics à Arles : « Je suis à la recherche d’un technicien en alternance pour l’entretien du matériel, emploi recherché dans la corporation. J’ai moi-même fait de l’alternance, c’est un bon équilibre pour tout le monde. »

Alexis a quitté sa formation en 2016, il a trouvé un emploi de chauffeur-routier, il témoigne : « La formation de bac-pro obtenue dans ce lycée est reconnue par les entreprises, j’ai eu très vite un emploi chez Hérault transports express ».

Nombreuses sont les familles venues se renseigner, plus de quatre-cents visiteurs, comme Jean-Jacques Lefèvre, de Jonquière-Saint-Vincent, venu avec son fils Yohan : « Il est en 3e au collège de Martigues. Doué en informatique, il souhaite, après son brevet, intégrer un lycée. C’est tout naturellement que nous sommes venus ici où l’accueil a été parfait ».

D’autres événements sont prévus dont un qui aura pour thème la fibre optique.