Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


23/04/2017

Plaine du Vistre - La mare aux anguilles des anciens

DSC08238 (Copier).JPGJean Bonfils, une mémoire de Saint-Césaire

La plaine nîmoise appelée plaine du Vistre et de Saint-Césaire, située autour de la route de Générac, entre l’autoroute et le chemin dit « des Canaux », a toujours été connue comme la plaine agricole de Nîmes. Rien ne pourrait la démarquer d’autres terrains agricoles si elle n’avait pas une histoire à raconter aux nîmois et particulièrement aux Saint-Césairois.

Jean Bonfils est avec ses 97 printemps le doyen de Saint-Césaire, représentant d’une des quelques familles qui ont marqué et marquent toujours l’histoire de Saint-Césaire. Les lieux n’ont pour lui aucun secret et c’est avec l’œil toujours aussi malicieux qu’il en dévoile un secret : « C’est parmi ces terres que nous venions à bicyclette nous distraire avec Louis Angelras. Les loisirs n’étaient vraiment pas nombreux à l’époque, nous avions quatorze ou quinze ans. Nous avons découvert un plan d’eau, créé autour du ruisseau qui longe la route de Générac face à l’actuelle zone commerciale, où foisonnaient les anguilles et quelques poissons tachetés de rouge dont il valait peut-être mieux ne pas en connaître le nom. Anguilles et poissons ne sont plus là, il faut dire qu’à l’époque pollution n’était pas un mot à la mode. Très souvent nous venions en pêcher pour en régaler nos papilles et celles de nos parents. Ce lieu nous paraissait magique car il y avait le calme, la fraîcheur et (rires) la nourriture ».

Si l’endroit a changé jean Bonfils n’en n’est pas nostalgique pour autant. « Les choses évoluent. J’ai connu dans ma jeunesse deux domaines, celui appelé aujourd’hui Mas de Galoffre et celui de la Bastide de la famille d’Oriola dont Pierre a été champion olympique d’équitation. Aujourd’hui, des constructions sont apparues ainsi qu’un camping avec un restaurant très animé, le centre de formation de Nîmes-Olympique, le centre équestre Tour magno gardiano et autres. Tout cela amène beaucoup de vie et… il faut suivre le cours de la vie. Je suis heureux et reste optimiste car il paraît qu’il y a toujours des anguilles et des poissons dans la Sibelle, l’autre ruisseau du coin, près du Vistre ».

Les commentaires sont fermés.