19/12/2016

Saint-Césaire - Un tremplin pour l’emploi

DSC09728 (Copier).JPGSabri, Aïcha Bouchouane, Yacine, Bernardo Pereira, Hassan, Oussam, Paul Hubeau.

Le bailleur Un toit pour tous soutient depuis longtemps les projets innovants et enrichissants émanant de leurs locataires. Certains projets, grâce au partenariat avec Présence 30, contribuent à repositionner dans la vie des jeunes en quête de repères, grâce aux chantiers d’insertion professionnelle.

Bernardo Pereira, médiateur social d’Un toit pour tous, est à l’origine du projet de rénovation des sous-sols de la résidence des Ecoles, rue de Mascard à Saint-Césaire. Il explique : « Nous écoutons nos locataires et mettons en route leurs projets, entre 15 et 20 par an, s’ils nous paraissent aider au bien-vivre ensemble, cela grâce au Fond de soutien aux initiatives locales (FIL) crée par notre société. Ainsi,un jardin potager partagé entre locataires, au centre- ville ou encore un café citoyen, quartier Gambetta ont vu le jour. Certaines demandes correspondent à des rénovations de peinture, comme c’est le cas dans cette résidence, puisqu’il s’agit d’une remise en état des garages. Nous définissons les bases du chantier avec Présence 30 qui va recruter des jeunes en insertion professionnelle. C’est cette association qui se charge de les rémunérer ».

Paul Hubeau et Aïcha Bouziouane, de Présence 30, sont responsables technique de l’encadrement. Pour Aïcha ces chantiers sont des bouffées d’oxygène pour les jeunes : « Ils sont souvent dé scolarisés ou au chômage, à la recherche de repères. Ces chantiers leur permettent d’entrer dans la vie active, d’avoir un but lorsqu’ils se lèvent le matin. Ces stages leur permettent aussi d’avoir des contacts. Il y a beaucoup de réussite à la sortie car ils sont suivis par l’association. »

Hassan, 20 ans, fait partie de ces jeunes en quête d’espoir : « J’étais au chômage. L’association, que j’ai contactée, m’a proposé ce travail de peintre. Je sais que c’est pour un temps limité, mais cela permet de montrer mon savoir-faire, de me faire connaître. C’est valorisant de travailler, on se sent indépendant ».

Des projets sont à l’étude, comme explique Bernardo Pereira : « Nous allons rénover notre centre social. On réfléchit à l’idée d’y faire participer des jeunes en réinsertion, pour leur permettre de côtoyer le milieu professionnel », beau programme.

Les commentaires sont fermés.