Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


13/11/2016

Pissevin - Débat agité autour des nouvelles lignes Tango

DSC09540 (Copier).JPGLa salle Morise était trop petite pour le débat.

Alain Lorgeas, président du comité de quartier de Pissevin, l’avait annoncé : « Le nouveau schéma des lignes Tango ne nous convient pas, il y a trop d’arrêts supprimés, notamment sur la rue Utrillo. Tout cela a été fait sans la concertation des habitants. J’ai demandé qu’il y ait enfin une réunion sur le sujet, c’est malheureux d’en être là ». Du côté des habitants, son appel a été largement entendu, la salle Morise était comble, ce jeudi 10 octobre, à l’entame du débat.

Face aux habitants, William Portal, délégué aux transports de Nîmes Métropole, était entouré de responsables de l'agglomération et Tango. Avant les questions, une présentation du nouveau réseau mettait en évidence les points forts pour le quartier : deux lignes, la 2 et la 3, avec un bus toutes les 10 minutes et toute la journée ; un service allant jusqu’à 21 h 30 (ligne 3) ou 22 heures (ligne 2), l’hiver et minuit l’été ; des temps de parcours réduits ; la desserte de Pôle emploi par la ligne 51.

Michel Perfettini voyait surtout « une hausse des tarifs et une baisse des services pour un quartier défavorisé ». Concernant la tarification, Marc Duchene, de Nîmes Métropole insistait sur l’obligation d’augmenter les tarifs, « Si on veut maintenir ce service public qui n’est pas rentable ». Quant au service, William Portal affirmait : « Il n’y a pas d’intention de pénalisation. C’est un grand chambardement des transports qui concerne 250 000 personnes, s’agissant d’une structuration intercommunale. Dans les villages aussi il y a des gens à faibles revenus qui ont les mêmes exigences qu’à Nîmes ». Ces explications ne faisaient pas l’unanimité dans le public.

Une maman s’énervait : « En supprimant ces arrêts nos enfants ont des temps de trajet plus long, ça les perturbe dans leur scolarité. On veut qu’ils aillent à l’école normalement. En plus, c’est très pénalisant aussi pour les personnes handicapées et âgées ».

Un habitant demandait si, concrètement, la situation allait être revue. Pour William Portal, « On est dans un temps d’échanges, nous ferons remonter les doléances, on verra comment on pourra s’adapter ». C’est dans le brouhaha que le test du nouveau réseau a été annoncé. Les habitants, qui veulent le maintien de tous les arrêts, promettent une action pour le 3 décembre, jour de l’inauguration du nouveau réseau, s’ils n’obtiennent pas satisfaction d’ici là.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.