21/10/2016

Saint-Césaire - Paroles d'habitants (1) - "Une grande douceur de vivre"

Saint-Césaire est un des plus vieux quartiers de Nîmes, longtemps assimilé à un village qu’il n’a jamais été. Les habitants y apprécient le calme et l’environnement, même si depuis quelque temps, comme de partout, les actes d’incivilité sont de plus en plus nombreux.


DSC09364 (Copier).JPGPatrick Crépin : "Je ne peux que me réjouir d'être ici"

Patrick Crépin, agent SNCF, 57 ans, confie : "Au risque de tomber dans la banalité, qui pour le cas n’est pas un mot péjoratif, au contraire, je ne peux que me réjouir d’habiter le Mas Roman depuis 27 ans. Depuis tout ce temps, le quartier a conservé son calme et des efforts ont été faits au niveau de la voirie et des plans de circulation.

Il faut quand même souligner, dans ce domaine, les points noirs qui sont récurrents aux heures de pointe, notamment sur la route de Rouquairol. Il y a aussi les riverains qui, au fil des années, se sont attribué certaines libertés, notamment au niveau du stationnement, qui est devenu anarchique. Il suffirait de peu de choses pour que l’environnement soit parfait, comme le respect de propreté dans la rue, pour les propriétaires d’animaux et des règles de stationnement".


DSC09389 (Copier).JPGPhilippe Dufois : "Des gros points noirs de circulation"

Philippe Dufois, 43 ans, agent technique, se souvient : "Voila treize ans que nous sommes arrivés au Mas Roman et nous ne regrettons pas ce choix. Le quartier est calme et le voisinage très sympa. Parmi les avantages qu’offre l’endroit, il y a l’école primaire, que notre aînée a fréquentée et qui accueille notre plus jeune enfant et le service de transport en commun tout proche. Le petit centre commercial est aussi bien pratique.

Tout serait bien s’il n’existait pas les gros points noirs de circulation aux abords de Carémeau et de la gare SNCF, pendant les heures de pointe et pour lesquels il devient urgent de faire quelque chose. Par exemple, il serait temps de créer la rocade ouest pour désengorger ces lieux".

 

 

Les commentaires sont fermés.