Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


26/08/2016

Saint-Césaire - Studio passion fête ses vingt-ans ans de succès

IMG_1455 (Copier).JPGLes jeunes talents de l'école étaient là pour fêter l'anniversaire.

Entre Sophie Caminade et Saint-Césaire, l’histoire d’amour dure depuis vingt-cinq ans, quand elle a décidé d’y créer Studio passion, son école de danse. Animée depuis toujours par la passion de la danse, mais aussi par l’amour qu’elle porte à l’être humain et la nature, c’est dans ce quartier qu’elle a imaginé, en fin 1990, le lieu qu’elle a voulu idéal pour exercer son art.

« Je ne voulais pas être dans un système urbanisé. Saint-Césaire répondait à mes attentes d’espaces verts, de nature. Mon studio a été imaginé au milieu de la verdure, précurseur d’un mouvement bio. Je souhaitais aussi et surtout décentraliser l’art de la danse, créer des rencontres de proximité pour partager des expériences. A l’époque, il n’y avait pas grand-chose ici, l’idée était novatrice, depuis de nombreuses associations m’ont emboîté le pas. »

Durant ce quart de siècle, le Studio Sophie Caminade est devenu une référence dans le monde de la danse. « Il a servi de tremplin à bon nombre de professionnels et reste une pépinière de talents ».

Le secret de cette réussite réside dans les cours prodigués, sans cesse adaptés à l’évolution des périodes et à l’esprit qui en ressort. « Il y a eu surtout tous les courants, très nouveaux à l’époque, que j’ai importé des Etats-Unis, mais aussi le classique, les danses africaines ou la danse cabaret pour laquelle un collectif de recherche se crée autour de l’histoire du cancan. De nouveaux objectifs se précisent avec les danses à deux ou l’entretien corporel avec yoga, gymnastique respiratoire et autres ».

Lors de la fête organisée pour la soirée anniversaire les anciens, pour qui les retrouvailles étaient chaleureuses ont échangé avec les passionnés actuels sur les projets de l’école.

Studio Sophie Caminade, 103 rue Charles-Perrault, 04 66 64 16 40.

19/08/2016

Pissevin - Ils disent non au terrorisme

DSC09108 (Copier).JPGJeunes et adultes ont voulu faire passer un message d'unité.

Vendredi 12 août, sur la place Debussy à Pissevin, l’appel lancé par l’association Espace de coopération de Nîmes-Pissevin (ECNP) et celle des Mille couleurs, pour un rassemblement en solidarité avec toutes les victimes du terrorisme, a été suivi par une soixantaine de personnes.

Les deux associations ont relayé l’idée d’Edmond Coute, adjoint au directeur du centre de loisirs jeunesse de la police nationale (CLJ), qui explique : « Les jeunes, ont été sensibles aux récents événements. Ils ont tous adhéré à cette idée de rassemblement. Nous avons voulu y associer tout le monde car c’est un mouvement citoyen ».

Les organisateurs voulaient faire passer un message fort contre le terrorisme, comme l’explique Soumia Hdoudou, la nouvelle présidente de l’ENCP : « Il faut effacer ensemble toutes les différences entre les personnes et nous rassembler sur ce qui nous unit. Cette mobilisation n’est pas celle des habitants d’un quartier prioritaire, c’est celle de Nîmois et Français que nous sommes, qui veulent témoigner leur solidarité et leur peine vis-à-vis des victimes du terrorisme. Face aux événements nous restons debout, et montrons notre attachement à l’être humain en lui-même et aux vrais valeurs républicaines ».

Pour Kheira, habitante du quartier, « Nous sommes là pour apaiser les jeunes et leur expliquer ce qu’est la véritable vie et qu’ils ne doivent pas croire aux mensonges divulgués ». Les nombreux jeunes présents ont lu des messages ou en ont écrits sur le mur installé pour l’occasion. Après une minute d’applaudissements en mémoire des victimes, les jeunes du CLJ ont chanté la Marseillaise reprise par tous les manifestants.

Véronique Gardeur-Bancel, élue municipale et départementale, a félicité l’initiative, « car il faut rester unis face aux évènements » et Raouf Azzouz, secrétaire des Mille couleurs, espère que « tous les quartiers prioritaires se mettent dans la même démarche car c’est la cohésion sociale qui est en jeu ».

03/08/2016

Saint-Césaire - Gérard Elie honoré

DSC09004 (Copier).JPGRichard Tibérino a remis la médaille de la Ville à Gérard Elie.

Président du comité de quartier de Saint-Césaire – Mas Roman depuis 25 ans, Gérard Elie s’est vu honoré de la médaille de la ville de Nîmes pour ses 25 ans d’actions bénévoles au service du quartier.

C’est hors de la salle de la rue de Mascard devenue trop petite pour l’occasion , que Richard Tibérino, adjoint délégué à Saint-Césaire représentant Jean-Paul Fournier, à salué les mérites du bénéficiaire, en présence de nombreux élus : « Le dynamisme de ce comité et de son président est marqué par de nombreuses actions, dont l’Echo du moulin, véritable journal, deux importants vide-greniers et le grand déballage qui attire des milliers de personnes. En tant que président tu as su créer cette fonction indispensable : assurer le lien entre habitants et services municipaux. Tu es reparti pour un nouveau mandat avec deux objectifs, la lutte contre la délinquance et l’embellissement des différentes entrées du quartier. Tu pourras compter sur mon implication car ce sont aussi mes objectifs en tant qu’élu. »

Arrivé à Saint-Césaire en 1983, Gérard Elie, natif de Cusset dans l’Allier, a tout de suite souhaité s’intégrer à la vie du village : « Quand le comité de quartier s’est reformé, en 1986, j’en suis devenu adhérent pour aller à la rencontre des habitants et participer à la vie du quartier, car je pense que les actions apportent plus que les paroles ». Très vite, la passion qu’il porte au quartier et l’activité qu’il déploie pour lui apporter des améliorations sont reconnues. Il est tout naturellement élu président du comité en 1991, poste qu’il occupe toujours. L’homme, devenu personnage incontournable, a œuvré et œuvre toujours pour le bien-être des habitants et leur environnement qu’il souhaite obtenir le meilleur possible. Toujours calmement, malgré quelques rares « coups de gueule », il a su faire adopter par toutes les instances dirigeantes, bon nombre d’améliorations indispensables au village, s’attirant parfois les foudres de personnes opposées à ses idées, qui en reconnaissent souvent aujourd’hui le bien-fondé. « Grâce à une excellente équipe, soudée et volontaire, qui m’accompagne depuis des années, d’une quinzaine d’adhérents en 1991, on est passé à près de trois-cents. On doit faire de bonnes choses », sourit-il. Cette reconnaissance est pour lui tout un symbole : « Cette médaille représente la consécration d’une vie associative bien remplie ».

02/08/2016

Saint-Césaire - Lucien Zammit part à la retraite

IMG_1386.JPGLucien Zammit, à gauche, avec Jean-Paul Fournier et Richard Tibérino.

Entouré de ses proches, Lucien Zammit a fait ses adieux au quartier saint-césairois en tant que chargé de mission auprès de Richard Tibérino, à la mairie annexe de Saint-Césaire, lors d’une cérémonie sympathique et émouvante. Il prend une retraite bien méritée après un parcours atypique.

Entré en mairie durant le mandat d’Emile Jourdan, avec son diplôme d’horticulteur, il a été durant de nombreuses années le fidèle chauffeur de Jean Bousquet. En 2008, il intègre la mairie-annexe de Saint-Césaire pour un poste de chargé de mission qu’il assumera avec efficacité, associant gentillesse naturelle et réactivité.

Dans son discours, Richard Tibérino n’a pas manqué de souligner les mérites de son adjoint : « J’espère que l’administration va remplacer Lucien sur ce poste, mais j’avoue qu’il sera très difficile de trouver quelqu’un d’aussi efficace que lui ». Lucien Zammit a su se faire apprécier des Saint-Césairois, à qui il va beaucoup manquer. Ils étaient d’ailleurs très nombreux pour lui souhaiter une bonne retraite. Il leur a promis de venir régulièrement leur rendre visite, entre parties de pêche et de chasse. Jean-Paul Fournier, sénateur-maire, lui a remis la médaille de la Ville.