Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


30/06/2016

Plaine du Vistre - Vente à le ferme, un plus pour les agriculteurs et les clients

Yves Bonfils, entre melonière et légumes de saison.

Si Yves Bonfils fait toujours la part belle au melon, dont il est un spécialiste reconnu au niveau international, il s’est ouvert à la diversité, proposant fruits et légumes de saison.


Le melon est-il devenu moins attractif ?
Pas du tout, mais nous devons faire face à d’importants problèmes. La météo, qui cette année a été mauvaise, d’où un melon de plus petit calibre en général, et nous a gênés en début de campagne avec les importations espagnoles. Par contre aujourd’hui, je peux affirmer que qualitativement, nos melons sont nettement meilleurs. L’autre problème réside dans la distribution par les grandes surfaces qui ne jouent pas le jeu en s’approvisionnant à l’étranger, où les coûts de production sont faibles. Pour quelques centimes au kilo, on sacrifie le producteur français.


Quel est l’intérêt de la diversification ?
Ces problèmes nous obligent à rentabiliser notre production par d’autres moyens. La vente à la ferme en est un qui convient parfaitement aux clients. Ils y trouvent de nombreux avantages comme acheter, à un prix très compétitif, des produits frais et de qualité, qui n’ont pas trainés sur les étals. Ici, c'est de la ferme à l'assiette. Ils discutent avec le producteur, c’est formidable de comprendre comment naissent les fruits, les légumes.


Que proposez-vous ?
Des melons, bien sûr, qui représentent notre activité principale et, en fonction de note production, les légumes de saison : aubergines, courgettes, tomates, poivrons et quelques abricots. Tout cela avec un grand sourire car nous aimons notre métier et tenons à le montrer. Nous exportons cette philosophie sur le marché du Jean-Jaurès, tous les vendredis.


En tant qu’ancien président de la fédération des coopératives des fruits et légumes, que pensez-vous de la décision votée en Grande-Bretagne ?
Le monde agricole risque d’être handicapé par des droits de douane qui ne manqueront pas d’être mis en place. Il faudra que les instances agricoles de Bruxelles que sont la Copa (Comité des organisations professionnelles agricoles) et la Cogeca (Comité général de la coopération agricole), soient très attentives aux décisions prises dans le cadre de la renégociation de la Pac (Politique agricole commune) en matière de ces droits.


Melons Bonfils, 510 chemin du Mas-Sagnier, Nîmes, ouvert du lundi au vendredi de 9h 30 à 12h 30 et de 15h 30 à 18h 30, le samedi matin de 9 heures à 12 heures. Tél. 06 09 98 60 45

Les commentaires sont fermés.