Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


31/03/2016

Mas Roman - La déchetterie sauvage

DSC07507 (Copier).jpgUn dépôt sauvage que les habitants voudraient voir disparaître.

En ce week-end de Pâques, c’est une bien triste image, sur un thème malheureusement devenu banal,  que proposait la rue Victorien-Sardou. A côté des conteneurs à ordures mis à disposition des HLM et sous un panneau indiquant l’interdiction à tout dépôt, des riverains du quartier, il semble que les locataires des immeubles ne soient pas les seuls concernés, ont pris le lieu comme s’il s’agissait d’une déchetterie, déposant toutes sortes d’objets et détritus, alors que la véritable déchetterie se trouve à 500 mètres, avenue Fleming.

Nombreux sont les habitants qui s’insurgent contre cette façon d’agir et qui réclament, comme lors de la dernière assemblée générale du comité de quartier, plus de sévérité contre les fautifs.

Saint-Césaire - Les Arénoises, nouvelles majorettes

DSC07449 (Copier).jpgDepuis septembre, elles sont 12, de 4 à 14 ans, à défiler. 

Relancer l’activité des majorettes, le défi est difficile à relever mais Guylaine Sachy et sa fille Sandy, y parviennent de façon remarquable avec les Arénoises. « Nous adorons nos arènes nîmoises d’où la compilation des deux mots pour en faire le nom du groupe », confie Sandy.

Fin 2015, en voulant remettre au goût du jour une mode délaissée depuis des décennies (lire Midi Libre du 17 septembre 2015), elles ne pensaient pas constituer, seulement quelques mois après, un groupe de douze majorettes de quatre à quatorze ans, déjà pointues au niveau synchronisation et dont le maniement de bâton se parfait au fur et à mesure des répétitions. « Il y a sept mois, personne savait tourner le bâton, aujourd’hui le mouvement est presque naturel, les filles sont très motivées », explique Guylaine Sachy avant de poursuivre : « Maintenant, il leur reste à participer à des spectacles. Nous aurions aimé défiler à la feria, aux sons d’une peña comme autrefois, mais la porte est fermée car les majorettes n’entrent pas dans le thème choisi le spectacle de cette année. C’est un gros regret et cela montre le travail qu’il nous reste à accomplir avant d’être reconnues ».

Cependant, un réel engouement s’est créé autour de cette renaissance, comme l’avoue Ange Inard, le papa de Louane, la plus jeune de la troupe : « Être majorette requiert beaucoup de valeurs morales et physiques. Pour les enfants c’est une excellente discipline ». Encouragées, mère et fille souhaitent créer une formation d’adultes. Il reste un problème, et non des moindres, le coût des costumes et autres accessoires pour lequel un appel aux sponsors est lancé car un bel avenir se prépare pour la discipline.

Les Arénoises, tél. 06 88 43 92 70. Tous les mercredis de 14 à 16 heures, complexe Gaston-Lessut.  

29/03/2016

Saint-Césaire : petits et grands ont fait la Grande lessive

DSC07483 (Copier).jpgDes artistes en herbe devant leurs œuvres.

Floriane Le Dœuff, directrice de la maternelle Yvette-Panafieu à Saint-Césaire, a pu vanter les mérites et les talents artistiques naissants des enfants, tant la qualité était au rendez-vous de la Grande lessive 2016 organisée, pour la première fois, dans les deux écoles de Saint-Césaire, maternelle et primaire.

« Pour les plus jeunes l’idée était de mettre en image les lignes qui bougent et l’Asie, d’où ces peintures de vagues ou dragons. Je suis surprise par l’imagination et le talent des enfants qui ne font pas n’importe quoi. Cette année est aussi une première car les élèves de primaire ont participé à l’événement. Le matin les petits sont allé voir l’exposition des grands et l’après-midi les grands étaient ravis de revenir dans leur maternelle ».

Ateliers de peinture, dessin ou de construction ont permis à tous les enfants de montrer leur sens artistique à leurs parents, avant de déguster les gâteaux et friandises qui leur étaient réservés.

28/03/2016

Saint-Césaire - Match gagné pour les étudiants de l’IUT

DSC07470 (Copier).jpgAu centre, Killian, Madison et Guillaume prêts à relever les défis. 

Jeudi 24 mars, au stade Marcel-Rouvière, différentes équipes universitaires s’affrontaient dans un tournoi de football organisé par Fungea, le club de football universitaire créé en 2011 par les étudiants en gestion et administration de l’IUT de Nîmes.

Cette année, c’est Guillaume Landraud qui a pris les commandes du club, assisté de Killian Rey, trésorier et Madison Andre de Souza, secrétaire, tous préparant leur licence . « Chaque année l’équipe est logiquement renouvelée, la réussite des anciens les propulsant sous d’autres horizons, explique Guillaume Landraud. La tenue du club et l’organisation d’un tel tournoi entrent dans le cadre de notre projet tuteuré. Nous devons créer des animations et des événements, cela nous permet d’apprendre à gérer une association dans tous ses étages, trésorerie, ressources humaines ou communication ».

Le côté trésorerie n’est pas forcément le plus facile, comme le confie Killian Rey : « Il nous faut trouver des sponsors pour payer les maillots, déplacements, ballons... Ce n’est pas simple mais cela fait partie de notre apprentissage ».

Tous sont conscients de l’enjeu, à la sortie leur diplôme leur permettra de trouver un emploi dans différentes structures privées ou publiques. Grâce à leurs capacités, aidés par la municipalité qu’ils remercient pour l’aide logistique indispensable et par leur tuteur sportif Pierre Lalague, ils ont organisé parfaitement la manifestation, un résultat de bon augure pour le diplôme final. 

26/03/2016

Pissevin - Echanges sur le racisme et la discrimination

DSC07461 (Copier).jpgLa banalisation des propos racistes a été abordée.

De nombreux habitants de Pissevin se sont donné rendez-vous, mardi 22 mars, à la salle Morise, pour parler et échanger sur le racisme et la discrimination, dans le cadre de la journée Regards croisés organisée par l’association des Mille couleurs, en partenariat avec la police nationale, sous l’égide du délégué à la cohésion sociale et la Licra.

Chacun a pu faire part de son ressenti ou de son vécu face à la situation quotidienne qui comporte certains travers comme le soulignait Philippe Mercier, vice-président de la Licra du Gard : « Dans les écoles ou dans la rue, il y a une banalisation des propos racistes, la même qu’on retrouve sur internet, ce n’est pas normal. Il faut savoir que nous n’avons pas le droit de parler comme ça. De plus, le racisme n’a pas de couleur. Nous sommes responsables du respect de la laïcité ».

Le capitaine Laporte, de la police nationale, a présenté le « discours réglementaire du racisme », comme il l’a défini, rappelant les règles, qui remontent à la Déclaration des droits de l’homme, et les sanctions encourues en cas de non-respect de celles-ci.

Après l’intervention de Bruno Fuster, délégué de la police nationale à la cohésion sociale, Raouf Azzouz, directeur des Mille couleurs, louait les mérites d’une telle journée : « Cela donne un sens à tous les mots que nous affichons de partout sur le thème fort de la fraternité. C’est bien que la police nationale vienne dans notre quartier pour aborder le problème du racisme et dialoguer avec les habitants ». Cette manifestation a été riche en enseignements de toutes sortes. 

24/03/2016

Pissevin - Alerte à la punaise des lits

IMG_0546.JPGLa punaise des lits inquiète les riverains de Pissevin.

Il y a quelques jours, des habitants de Pissevin, notamment logés dans l’immeuble Corot, ont commencé à signaler le phénomène : des punaises de lits, repérables par leur couleur rouge-brun et qui séjournent particulièrement dans les lits, planchers ou recoins de chambre, ont fait leur apparition.

Depuis, le phénomène a pris de l’importance, comme le signale un riverain : « Des familles ont désinfecté leur appartement, mais les punaises sont encore là ». Le problème est que la propagation de cette espèce est très facile, par simple contact. Il semble  urgent que tous les gens concernés, habitants et bailleurs, agissent de concert et rapidement.

D’après ce témoin, « Les bailleurs alertés ont simplement répondu aux habitants de voir une entreprise pour désinfecter et qu’ils verraient ensuite pour la facture. Par crainte de transporter des punaises, des personnes ont peur de sortir de chez elles, ou d’y entrer ». La place Corot prend un nouveau visage avec des démolitions  et des restaurations d’immeubles (Midi Libre du 19 mars), est-ce que ces démolitions ont  favorisé la prolifération de punaises et l’ensemble du quartier Pissevin peut-il  être menacé ?

22/03/2016

La Bastide - Revue de bétail à la Tour Magno Gardiano

Les cavaliers préparent leur saison..jpgLes cavaliers se sont entraînés à la conduite d'une abrivado.

La Tour Magno Gardiano prépare sa saison 2016. Comme chaque début d’année, c’est dans le magnifique cadre de la Bastide que ses cavaliers préparent les diverses manifestations, reflets des coutumes et traditions camarguaises qu’ils perpétuent pour le bonheur de tous.

Dimanche 20 mars, accompagnés des professionnels de la manade Briaux de Bouillargues, ils se sont exercés à la conduite d’une abrivado, exercice très difficile qui allie intelligence, savoir-faire et sécurité. L’après-midi, les entraînements étaient consacrés à divers jeux traditionnels dont celui du bouquet.

Cette saison 2016 est prometteuse en événements avec, dès le 24 avril, le 5e concours open organisé par l’association. Cette manifestation est devenue un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux du monde équestre et camarguais. Elle est ouverte à tous et permet de concourir dans diverses épreuves dont la maniabilité, le parcours de pays avec gase et le tri de bétail. La flamme d’amour entre la Tour Magno Gardiano et la Camargue est loin de s’éteindre.