28/01/2016

Saut-du-Lièvre : le jeune comité est passé dans la cour des grands

DSC07171 (Copier).jpgChristophe Massal, Mickaël Régulier, Julie Clot, Karima Abassisse, Léon Rémia et Lylia Ménard. 

Le comité de quartier du Saut-du-Lièvre, dernière née des associations de riverains, souffle ses trois bougies. Il est devenu un relais essentiel entre habitants, comme l’explique Mickaël Régulier, membre du bureau : « Il faut que les gens apprennent à se connaître. Un site internet réservé aux habitants va être créé, car la communication est essentielle ».

Relais aussi entre habitants et instances publiques, car les problèmes ne manquent pas, comme le souligne Léon Rémia, le président : « Il y a l’insécurité, avec de nombreux cambriolages et toujours une faune inquiétante qui pose des problèmes la nuit, aux abords du parc. Outre la demande de caméras et d’une surveillance accrue par la police, nous mettons en place le dispositif de participation citoyenne. L’autre problème récurrent est celui du stationnement anarchique ».

DSC07174 (Copier).jpgA cela s’ajoute une pollution plus sournoise, celle du non-respect du cahier des charges de la Zac. « Il y a des ouvertures illégales, des clôtures ne respectant pas la charte et des habitations qui s’agrandissent, sans qu’on sache si c’est légal ». Tout n’est pas négatif, en témoignent les louanges adressées aux services de nettoyage et d’entretiens des espaces verts.

Lors de l’assemblée générale du comité, qui s’est tenue mardi 19 janvier en présence d’élus, si un espoir s’est envolé concernant la mise en place de caméras, « Ce n’est pas envisageable pour 2016 », a indiqué Richard Tibérino, adjoint délégué à la sécurité. « Après les événements de 2015, nous devons renforcer en priorité la surveillance de certains lieux » a ajouté l'élu qui a confirmé la mise en place de contrôles inopinés du stationnement, avec verbalisation à l’appui.

Plus tard, au fil de la réunion, c’est dans une ambiance détendue qu’ont été annoncées la fête des voisins et l’organisation d’un vide-greniers, avant qu'arrive le verre de l’amitié.

17/01/2016

Pissevin - Wako présente Colorité bonheur

DSC07148 (Copier).jpgJean Zaragozi, Raouf Azzouz, Gaël René et Cécile Plantin.

Colorité bonheur est un magnifique projet qui a pris vie à Pissevin depuis le mois de novembre 2015. Il est financé, dans le cadre du contrat de ville, par l’Etat, le Département et la Ville auxquels sont associés les Mille couleurs et Eurek’art. Ce projet a été confié à l’équipe artistique Wako, fondée par Cécile Plantin, réalisatrice et photographe et Gaël René, architecte et scénographe, qui lui a donné ce nom car il s’agit d’une création fondée sur la parole, la transmission et le partage.

« Nous sommes ici en résidence artistique, explique Gaël René. Le but est de récolter un maximum de témoignages afin de créer un portrait positif du quartier. » Pour Wako, Colorité bonheur est « une création plaçant l’humain au cœur de ses préoccupations et de son territoire ». Dans le cadre du projet, une première projection gratuite du film Human de Yann Arthus-Bertrand a eu lieu.

L’équipe artistique, qui maîtrise à merveille l’art de métamorphoser des lieux publics, fera la restitution publique des témoignages récoltés, prévue pour le 11 mars, sous deux formes très originales, commel'explique Gaël René : « Il y aura un musée à ciel ouvert avec des peintures, collages et autres sur quatorze points du quartier, c’est le street art. Il y aura aussi une projection grand format, sur un immeuble, représentant un discours. Les échanges verbaux entre habitants se feront grâce à des moyens multimédias afin de réinstaurer un dialogue et retisser un lien social car les gens sont souvent isolés. »

Une forte participation des habitants est souhaitée pour une réussite complète du projet. N’hésitez-pas à apporter vos témoignages, ils seront les bienvenus (1).

(1) Contact : Cécile Plantin au 06 19 11 06 71 ou Gaël René au 06 10 79 28 98 ; wakoprods@gmail.com.

16/01/2016

Saint-Césaire - Des riverains exaspérés

DSC07113 (Copier).jpgLe week-end, la place offre une image peu attirante.

Les riverains de la place de la Table ronde, située face à l’église de Saint-Césaire, n’en peuvent plus. Voilà des semaines que la place donne plus « l’image d’une déchetterie que d’une belle petite place de village », comme le dit un habitant. « Cette place a été réhabilité de très belle façon, pourquoi certains s’obstinent-ils à la salir ? », s’interroge un autre.

L’appartement de Patrick Blanchet a une vue directe sur la place. Pour lui, il est temps que la municipalité mette un frein à ces agissements. « On en a marre des incivilités commises par certains qui n’hésitent pas à sortir leurs ordures juste après le passage du ramassage. Certes, une camionnette vide les conteneurs à ordures et un jeune employé chargé de la propreté fait très bien son travail, mais on ne voit plus ni le camion chargé d’évacuer les encombrants ni le service chargé de nettoyer avec l’eau à haute pression. » Et d'ajouter, fort logiquement : « Cela attire les bestioles comme les souris. »

D’après les riverains, ce problème a été exposé à plusieurs reprises auprès de la municipalité, sans résultat. Ils comptent bien revoir les élus pour qu’une solution efficace soit trouvée, tout en appelant au sens civique de chaque riverain.

14/01/2016

Pissevin - Une galette en toute fraternité

DSC07137 (Copier).jpgLa galette partagée en toute fraternité dans le quartier Pissevin.

Fraternité, partage, paix ou convivialité, samedi 10 janvier , tous les mots définissant le vivre ensemble étaient dans les discours et discussions lors du partage de la galette des Rois, dans la salle Morise.

Cette manifestation, qui en était à sa 4e édition, est proposée par la paroisse du Relais Saint-Pierre, qui en est à l’initiative et l’association éducative les Mille couleurs. Elle a permis aux habitants de Pissevin de se retrouver dans une ambiance conviviale et joyeuse, en présence de nombreux représentants d’associations, de l’état et d’élus.

Le père Serge Cauvas ne cachait pas sa satisfaction : « La fête de l’Epiphanie nous ouvre à l’universel. C’est ainsi qu’est née cette rencontre fraternelle amicale autour de la galette des Rois. Dans le contexte actuel, cette manifestation prend une toute autre ampleur ».                                                                                           Michèle Anel-Dios, déléguée du préfet pour les quartier Valdegour et Pissevin, reconnaît cette manifestation comme « exemplaire car réunissant tout le monde, sans aucune distinction. C’est un moment fort de partage et de fraternité. En ces temps difficiles il faut réaffirmer toutes les valeurs de la République ».                               De son côté, Richard Tibérino, adjoint au maire, mettait en avant le travail effectué dans ce quartier souvent décrit comme difficile : « Ici, on agit depuis bien longtemps pour le vivre ensemble. Pour moi il n’y a qu’une communauté, elle est républicaine, française et les gens d’ici ont cet esprit ».                                                                                    Raouf Azzouz, directeur des Mille couleurs, était tout heureux devant le succès obtenu : « Il faut expliquer ce qu’est la laïcité, il y a beaucoup d’ignorance à ce sujet. Nous devons tous être unis car Pissevin est un quartier d’avenir pour lequel pleins de projets existent. »

Une manifestation qui a donné une belle image des gens du quartier.DSC07140 (Copier).jpgDSC07138 (Copier).jpgDSC07133 (Copier).jpgDSC07134 (Copier).jpgDSC07122 (Copier).jpgDSC07126 (Copier).jpg

10/01/2016

Mas des Abeilles - Mode et handicap, une expo souvenir

00 (97) (Copier).jpgDes personnes souffrant d'un handicap mental avaient défilé.

Institution médico-sociale, le Cema Guillaumet (Centre d’évaluation et de mobilisation des aptitude), administré par l’Adapei 30, avait présenté en novembre 2014 un merveilleux défilé de mode.  Celui-ci marquait l’aboutissement de deux ans de travail réalisé par les personnes accueillies et leurs accompagnantes de l’atelier mode.

Sur le thème du cinéma, de nombreuses tenues artistiques avaient été créées à partir de matériaux recyclés. Ces mannequins d’un jour avaient pu faire partager leur émotion, leur sensibilité et leur immense joie à près de deux cents personnes venues les féliciter et les applaudir pour l’originalité et la beauté de leurs créations.

Afin de partager ce moment et de valoriser encore les compétences de ces personnes souffrants de handicap mental, une exposition des photos prises lors de ce défilé sera proposée du 13 janvier au 15 février, dans les locaux de l’IFME (Institut de formation aux métiers éducatifs sur Nîmes), 2117 chemin du Bachas à Nîmes. Une exposition pleine d’enseignements à ne pas manquer.

01/01/2016

Bonne Année 2016

Je tiens à vous adresser, à l'aube de cette année 2016, tous mes vœux de bonheur, qu'elle vous apporte ce que vous désirez le plus, ponctué d'instants de bonheur partagé et d'une sérénité dans toutes les épreuves.

Grâce à cette page de Midi Libre, vous pouvez suivre une grande partie de l’événementiel et de l’histoire des quartiers ouest de Nîmes, de Saint-Césaire à la plaine du Vistre, en passant par Pissevin, Carémeau, la route de Sommières et la Bastide. 

Ensemble continuons à mettre en lumière tout ce qui fait la vie de ces quartiers, n'hésitez pas à me contacter.

Bonne Année 2016,

votre correspondant.