Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


27/12/2015

Mas Roman - Noël avant l'heure

DSC07060 (Copier).jpgVincent et Sophie ont fait leur cadeau aux clients.

Sophie et Vincent Garcia, les sympathiques propriétaires du tabac-presse du Mas Roman, ont joué aux Mère et Père Noël avant l’heure. Jeudi 24 décembre, avec sourires et bonne humeur qui les caractérisent, pour remercier leurs clients, ils leur ont offert l’édition de Midi Libre accompagnée du traditionnel calendrier.

Ce cadeau a ravi les lecteurs de notre quotidien qui remarquent qu’en fin d’année ils sont « plus habitués à donner qu’à recevoir ».

Saint-Césaire - Ce que souhaite le président du comité de quartier pour 2016

DSC07042 (Copier).jpgGérard Elie.

Le comité de Saint-Césaire-Mas Roman est le plus ancien de l'ouest nîmois. Il regroupe une importante communauté d'anciens habitants, au cœur du "village" et des plus jeunes, dans les villas du Mas Roman, sans oublier les habitants de jour, travaillant dans la zone industrielle. À la tête du comité, Gérard Elie compte vingt-cinq ans de présidence, avec une flamme toujours intacte.

« Hormis la mise en place de moyens pour lutter contre la délinquance, mais ce problème est général, il y a plusieurs beaux cadeaux à faire aux Saint-Césairois dont un m’est cher : rénover et embellir les différentes entrées de notre quartier. Entre la voie ferrée et l’avenue Dayan, le fossé est resté pratiquement en l’état depuis sa création. Il faut le repenser avec un aménagement paysager. Le chemin du Mas de Cheylon, entre la RN113 et la gare SNCF, est une vitrine à revoir totalement, ainsi que l’entrée ouest de Nîmes qui ne donne pas l’image d’une ville quatre Fleurs ».

D’après un élu, la Ville s’intéresse à un réaménagement de cette zone sans pour autant y intégrer un ensemble immobilier comme cela a été dit.

« Le réaménagement de tout l’espace de circulation en zone industrielle, avec réfection des chaussées, semble inévitable pour le bien des entreprises. Enfin, il faut maintenir le terminus du trambus à Saint-Césaire, le limiter à Carémeau pénaliserait la très nombreuse population. »

Peut-être les souhaits du président Elie seront-ils exaucés avec en prime la construction de la rocade ouest.   

Saut-du-Lièvre - Ce que souhaite le président du comité de quartier pour 2016

DSC06969 (Copier).jpgLéon Rémia.

Apparu en 2013, le comité de quartier du Saut-du Lièvre est l'un des derniers créés à Nîmes. Situé face au CHU de Carémeau, dans une zone en plein développement, ce secteur accueille principalement une population jeune. Depuis l’assemblée générale de 2014, Léon Rémia est le président du jeune comité de quartier du Saut-du-Lièvre. Il espère que  2016 sera un déclic.

« A très court terme, mes deux vœux les plus chers sont la mise en place de la fibre optique, qui apportera un confort individuel mais aussi permettra la mise en place d’un système de sécurité collective pour une vie paisible au quotidien. Mon second vœu est la desserte de notre quartier par les transports en commun, la seule desserte pour l’hôpital n’étant pas un aboutissement pour les riverains ». Léon Rémia poursuit : « Pour plus tard, deux remarques s’imposent : notre quartier est très récent et la population y est jeune. Il se situe dans une zone qui va fortement évoluer avec la zone Védelin. Il faudra palier le cruel manque de commerces et réfléchir rapidement à la création d’écoles pour accueillir tous les très jeunes arrivants ».

20/12/2015

Saint-Césaire - Débat autour des emplacements

DSC07047 (Copier).jpgDes emplacements supplémentaires ont été créés place du Griffe.

A Saint-Césaire, la création de quatre emplacements supplémentaires de stationnement sur la place du Griffe divise les habitants.

Gérard Elie, président du comité de quartier, regrette « La création d’un parking verrue, avec ces places supplémentaires, ne va pas régler le problème de stationnement ici. En plus, sans raison apparente, la Ville a supprimé une vingtaine d'emplacements dans la rue de l’Espérance, à 20 m de là, ce qui pénalise même les riverains. C’est à ne rien y comprendre. La réfection de la place avait coûté cher, le résultat était impeccable, avec une belle zone piétonne. C’est du gâchis ».

Francis Brun, président de l’association du Patrimoine est du même avis : « C’est un mauvais retour en arrière qui gâche l’embellissement fait il y a huit ans et qui ne règle pas le problème de stationnement. Une zone bleue permettant une rotation paraissait bien plus pertinente ».

Du côté des commerçants on voit la chose bien différemment.  Pour Vincent Gautier, patron du bar-restaurant du Griffe, « Ces sept emplacements supplémentaires créées en tout sont un plus pour nous. Aujourd’hui les gens veulent se garer devant les commerces ». Quant à Céline Sala et Lionel Hemmerlin, de la pharmacie de Saint-Césaire, c’est une excellente initiative pour les commerçants et les habitants : « Les commerces de proximité sont la vie d’un quartier. Ces places, nous les avons toujours réclamées car sans stationnement les gens s’en vont et le quartier perd ses commerces. Il faut penser aux personnes âgées qui ont besoins de nous ».

Interrogé sur sa décision, Richard Tibérino, adjoint délégué au quartier, explique : « Nous avons la chance d'avoir de nombreux commerces au cœur du village et plusieurs nouvelles entreprises ont été créées ces derniers mois sur et autour de la place du Griffe. Il est de mon devoir d'élu d'aider au maintien de ces activités commerciales et libérales ! Un village sans commerce serait un village qui se meurt, or pouvoir stationner est vital pour la clientèle. C'est pourquoi j'ai accédé à leur demande de création de quatre nouvelles places de parking. Ces travaux viennent d'être réalisés et franchement ils n'ont rien enlevé au charme de notre jolie place du Griffe ! ». Le débat semble ouvert.

Saint-Césaire - Conseillers en réunion.

IMG_0486.JPGL'assemblée a eu lieu dans la salle municipale de Saint-Césaire.

Le groupe des conseillers départementaux Les Républicains, présidé par Laurent Burgoa, a choisi Saint-Césaire pour réunir ses membres, mercredi 9 décembre, afin d'évoquer le budget 2016 du Département, ainsi que certains dossiers qu'il suit particulièrement tels la fiscalité, les aides aux communes ou encore la maîtrise des frais de fonctionnement.

Ce fut aussi l'occasion pour les élus d'Alès, Redessan, Villeneuve-les-Avignon et Aigues-Mortes de découvrir l’historique et le charme du  joli village cher à Véronique Gardeur-Bancel et Richard Tibérino, conseillers départementaux élus sur ce secteur, qui avaient lancé l’invitation.

Saint-Césaire - Les aînés festoient

P1060477.jpgJean-Claude Batte et Catherine Jehanno aux côtés de Lucie Maire.

Pour rien au monde les aînés du club des Violettes ne voudraient manquer leur repas de fin d’année. Chacun d’eux avait  bien pris soin de noter la date du vendredi 11 décembre fixée par leur présidente, Lucie Maire pour fêter la fin d’année dans la salle municipale de la rue de Mascard.

354.jpgPour l’occasion, Jean-Claude Batte, président départemental des Aînés ruraux, était l’invité d’honneur. Richard Tibérino, adjoint délégué au quartier et Catherine Jehanno, conseillère municipale déléguée aux aînés avaient tenu à être présents, affirmant « on adore venir ici tant l’ambiance est formidable ». Entre le foie gras et la bûche de Noël, les solides estomacs ont assimilés à merveille poisson et magret de canard. Les joyeux seniors saint-césairois savent perpétuer les traditions.

15/12/2015

Saint-Césaire - Moulin à huile Brunel : 65 ans à pour sublimer l’olive

DSC06964 (Copier).jpgKacem et Eric, responsable du mécanisme au moulin.

Lorsque qu’il installait en 1950 son moulin à huile à Saint-Césaire, Paul Brunel souhaitait avant tout faire partager sa passion sans commune mesure le fruit emblématique de la région, l’olive. A sa disparition, Anne sa fille et Kacem son gendre ont voulu perpétuer cet esprit familial et chaleureux. Devenu une institution nîmoise, le « moulin des petits nîmois » n’a pas changé depuis 65 ans.

« C’est l’un des plus anciens moulins, explique Kacem et Anne tient à respecter la mémoire de son père. Nous sommes restés sur la ligne voulue par Paul Brunel en appliquant les mêmes méthodes de fabrication, avec les mêmes machines. Nous accueillons de la même façon les petits récolteurs, extrêmement nombreux et les professionnels. Ici, c’est un lieu de rencontre où les gens aiment discuter. La convivialité et la chaleur humaine y sont de mise. Certains sont clients depuis plus de trente ans. »

Il est vrai que le bonheur transpire dans les lieux, grâce aussi à la gentillesse des jeunes saisonniers armés d’un sourire sincère. Autour de la bascule, les discussions vont bon train sur la récolte 2015 : « Ce sera une année moyenne en quantité mais bonne en qualité, poursuit Kacem. Heureusement, car 2014 avait été catastrophique. L’huile est un peu amère, ce qui est un signe de qualité contrairement à ce qu’on pourrait penser et laisse un goût durable. Elle n’est pas acide car nous traitons les olives le plus vite possible. »

Effectivement, sa couleur merveilleusement transparente et son goût ne sont que bonheur. Les apports vont continuer en décembre et janvier, la picholine étant tardive.

Moulin à huile Brunel, 433 route de Rouquairol, tél. 04 66 84 05 54.Ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 heures et de 14 heures à 16 h 30 ; le samedi de  8 h 30 à 12 heures. Boutique sur place.