Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


29/06/2015

Plaine du Vistre - Depuis 25 ans, Yves Bonfils exporte son savoir-faire aux Antilles

DSC06273 (Copier).jpgYves Bonfils.

Viticulteur dans l’âme, Yves Bonfils cultive aussi les melons. Sa passion pour le monde agricole et pour les cucurbitacées en particulier, en ont fait un expert auprès de l’Office du développement pour l’agriculture des départements d’Outre-mer (ODAPOM), il est Commandeur du Mérite agricole, fonction qui l’a amené en Guadeloupe et Martinique dès 1990.

« J’ai découvert des lieux formidables, explique-t-il. En 1995, j’adhérais à un groupement qui comprend une trentaine d’exploitants, Caraïbes melonniers et depuis j’y exploite des melonnières sur des terres que je loue. » Avec la Métropole, les saisons ne se chevauchent pas. « On y cultive la même variété de melon qu’en France, le cantalou charentais et dans les mêmes conditions, plein champ et goutte à goutte de rigueur. La différence vient de la saison de production, de décembre à mai, qui est en contre-saison de celle de Nîmes, de juin à mi-août », poursuit-il avant de préciser : « C’est un produit de diversification dans les îles où il y avait principalement de la canne à sucre et des bananes. La production sert à l’approvisionnement local mais aussi européen, sous la marque Philibon ».

Période estivale oblige, loin des Antilles, Yves Bonfils bichonne ses melonnières nîmoises, dans ses terres de Saint-Césaire. Que les clients soient rassurés, ils trouveront un fruit d’excellente qualité, le vendredi au marché du Jean-Jaurès ou directement à la ferme, « Malgré les pluies d’avril, le melon est très sucré et la production est correcte ». Seule ombre au tableau, le problème récurrent de la production espagnole qui a pris du retard et se télescope avec celle locale.

Melons Bonfils, 510 chemin du Mas-Sagnier, ouvert de 9 heures à 12 heures et 15 heures à 18 h 30 du lundi au vendredi et samedi matin, tél. 06 09 98 60 45.

28/06/2015

Saint-Césaire - Lo barrut en concert

Dans le cadre de la 39e Université occitane d'été, Lo Barrut donnera un concert au temple de Saint-Césaire, le samedi 4 juillet, à 21 heures.

Les cinq femmes et hommes qui composent le groupe s’inscrivent dans le mouvement des nouvelles polyphonies languedociennes à travers un répertoire intégralement constitué exclusivement de compositions originales. Leur musique se nourrit de la poésie occitane : le chant en devient la continuité, et sublime le texte par la musique. Ces neuf musiciens puisent dans le chant de quoi raconter le texte, le porter dans leurs corps et l’adresser au public. Rendez-vous est donné à tous les mélomanes.

27/06/2015

Saint-Césaire - Fin de saison pour les aînés des Violettes

DSC06240 (Copier).jpgLucie Maire, une présidente dynamique et souriante.

Le club des aînés de Saint-Césaire, les Violettes, après une année d’activités bien chargée, ferme ses grilles pour la période estivale. Tradition oblige, c’est dans la plus grande joie et autour d’un bon repas que les adhérents se sont dit au revoir, vendredi 19 juin, à la salle municipale de la rue de Mascard.

DSC06246 (Copier).jpg« Nous avons dépensé beaucoup d’énergie avec les nombreuses activités organisées cette saison, dont un voyage en Andorre. Nous allons souffler un peu », expliquait tout sourire Lucie Maire, la présidente. Pas question pour Catherine Jehanno, conseillère municipale déléguée aux aînés, de se soustraire à l’invitation qui lui avait été adressée, bien au contraire : « Je suis stupéfaite car je vois des gens jeunes physiquement et moralement. Venir ici, ce n’est que du bonheur ».

Les seniors saint-césairois  reprendront leurs activités, le vendredi 4 septembre, avec Anne-Marie Talagrand comme secrétaire en remplacement de Denise Caparos.

25/06/2015

Mas Roman - Le karaté-do au Studio Passion

Stage 13 juin 2015.jpgLe responsable du club Frédéric Lion, en bas à gauche et, au dernier rang, William Geoffray, Denis Agussol e Patrick Rault, respectivement 3e, 5e, 6e, à partir de la gauche.

Samedi 13 juin, pour Sophie Caminade, c’était la grande première d’une longue série de stages de karaté-do organisés dans la salle de Studio Passion, par le club Okinawa karaté do Shorin Ryu Kyudokan Nîmes. « Celle salle, avec son parquet, est très bien adaptée à la pratique de notre discipline, explique Frédéric Lion, professeur et responsable du club. Nous allons y dispenser des cours régulièrement ».

Sous la direction de maître Patrick Rault, expert fédéral 7e dan, ce premier stage rassemblait des pratiquants de tous âges, venus de tout le sud de la France. Ils ont travaillé et approfondi les techniques et katas du karaté Shorin Ryu, un style très traditionnel ancêtre de nombreuses écoles tel le Shotokan. Les débutants ont pu côtoyer William Geoffray, médaillé de bronze aux derniers championnats du monde et multiple champion de France.

Frédéric Lion apporte des précisions sur la discipline : « Notre club, fondé en 2011, propose un art martial trop souvent présenté et connu comme un sport de compétition, alors que le karaté traditionnel de l'école Kyudokan est avant tout de la défense personnelle, les techniques d'attaque n’étant utilisées que dans ce but. Avec Denis Agussol, mon assistant, nous insistons sur le respect de l'autre, car il s'agit d'une philosophie de vie où l'honnêteté, l'intégrité, l'amitié et le scrupuleux respect des règles sont des valeurs essentielles ». Rendez-vous est donné à ceux qui seraient tentés par une pratique ancrée dans les racines du karaté-do, les mardis et jeudis, de 18 heures à 20 heures, au gymnase des Bénédictins, les jeudis, de 20h 30 à 22 heures, à la salle Sophie Caminade.

Contact : Frédéric Lion au 06 16 57 27 19 et via kyudokan-nimes-hotmail.fr.

24/06/2015

Ville - Les cheminots mutualistes à Nîmes pour leur assemblée générale nationale

DSC06207 (Copier).jpgMM. Guichaoua, président national de la MGC et Peyre, président de la section nîmoise.

C’était une grande première pour la section nîmoise de la Mutuelle générale des cheminots (MGC). Elle accueillait l’événement de l’année : l’assemblée générale de leur mutuelle. Sur trois jours, du 11 au 13 juin derniers, se sont 450 mutualistes, représentant les 130 sections que compte la MGC en France, qui se sont retrouvés à l’hôtel Atria de Nîmes. 

Avant cette première, le président de section Pierre Peyre et son équipe avaient quelques craintes sur la météo. « Deux visites sont prévues, au Pont du Gard et en Camargue. Il serait dommage que la météo gâche cet événement important pour nous mais aussi pour Nîmes ». L’événement revêtait en effet une importance particulière pour les commerçants nîmois, comme le confirmait Jean-Claude Valette, responsable logistique au niveau national : « De nombreux participants ayant choisi de prolonger leur séjour, Il a fallu gérer près de 1 000 nuitées, réparties sur six hôtels nîmois et 1 500 repas. Cela demande beaucoup de rigueur ».

DSC06202 (Copier).jpgPour Patrice Guichaoua, le président national, « Le choix de Nîmes comme cadre de la manifestation est légitime. Nous n’y étions jamais venus et Pierre Peyre et son équipe font un travail remarquable. C’est une ville magnifique ». La beauté du site ne lui faisait pas oublier les problèmes que connaissent les mutuelles sur un point en particulier : « Nous sommes dans l’expectative du décret d’application des contrats responsables qui permettent d’offrir une mutuelle à tous, avec un minimum et un maximum de remboursement ».

Malgré quelques épisodes de mauvais temps, les mutualistes ont apprécié leur séjour dans la Rome française et ses environs. Belle réussite pour la section MGC de Nîmes qui a su promouvoir notre cité, avec une organisation parfaite.

23/06/2015

Ville - Les ingénieurs territoriaux ont tenu conseil à Nîmes

Photo BR AITF Nimes.jpgLes ingénieurs territoriaux du Languedoc-Roussillon, en conseil à Nîmes.

La Rome française sait se montrer attirante pour de nombreuses associations. Récemment, le 22 mai, lors de la féria de Pentecôte, la section Languedoc-Roussillon de l’Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF), qui regroupe plus de 4 500 ingénieurs, y a tenu son bureau régional.De nombreux ingénieurs gardois avaient répondu à l’invitation de Fabrice Garcia, président du bureau, qui recevait pour l’occasion, Patrick Berger, le président national.

Les participants ont pu faire le point sur le thème majeur, à savoir l’impact de la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées sur l’ingénierie publique et les évolutions statuaires des ingénieurs territoriaux. La section régionale de l’AITF cherche à conserver un lien territorial de qualité et craint que la constitution de grandes régions ne freine, dans un premier temps, la dynamique de rencontre et d’échange. Pour l’heure, elle n’a pas fusionné avec son homologue.

Autre question récurrente, la réforme des statuts de l’ingénieur territorial est en débat depuis plus de trois ans, dans le cadre de la simplification administrative et du rapprochement avec les statuts des ingénieurs de l’administration centrale. les décisions nécessaires à cette évolution sont toujours en attente. Après de riches échanges, Frédéric Garcia a remercié les participants, en leur donnant le calendrier des prochains rendez-vous.

AITF, contact : Fabrice Garcia, fabrice.garcia@marseillan.com.

19/06/2015

La Bastide - La brasserie passe en mode estival

DSC06230 (Copier).jpgGrégory et Maryline Lambert, François Lambinet et le personnel.

Après trois ans passés à la tête de la brasserie-restaurant du camping de La Bastide, Maryline et son frère Grégory Lambert voient leurs espoirs du début dépasser toutes leurs espérances. Plébiscités par les campeurs et une clientèle gardoise d’habitués, l’établissement est ouvert à tous, ils adaptent leur établissement  à l’évolution du camping.

« FranceLoc, propriétaire du camping, a créé une deuxième piscine et installé cinquante maisons de camping supplémentaires, dont une partie forme une place style far west, explique Maryline. Pour suivre l’évolution, nous avons ajouté des places au restaurant, la terrasse peut accueillir 160 convives, et créé une partie réception. »

Cette réussite est due essentiellement à la recette que frère et sœur appliquent depuis toujours : simplicité, gentillesse et convivialité accompagnent naturellement l’accueil au bar, au restaurant et, l’après-midi, autour des glaces ou cocktails.

Cette saison, ils ont fait appel à un nouveau chef, François Lambinet, qui propose une carte gourmande et créative, basée sur la cuisine méditerranéenne, faisant la part belle aux poissons venus directement du Grau-du-Roi. « Il y a aussi un très grand choix de burgers, pour répondre au thème du far west », précise François Lambinet.

Ce succès a amené une demande inattendue, comme l’explique Maryline : « Des sociétés souhaiteraient organiser des séminaires ici. Nous envisageons la création d’une salle de réunion ».

La saison estivale démarrera le 25 juin et, jusqu’à fin septembre, l’établissement sera ouvert en continu. Maryline et Grégory proposeront des soirées à thème sur la très grande place ombragée, pour la plus grande joie de tous.

Brasserie-restaurant de la Bastide, route de Générac, ouvert midi et soir, menu à 13,50 € (midi), tél 04 66 02 01 30.