Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


27/03/2015

Saint-Césaire : le Patrimoine entretient la mémoire

DSC04442 (Copier).jpgFrancis Brun a présenté les projets de l'association.

Inauguré en 2012 avec la pose de la plaque retraçant l’histoire du lavoir, le circuit historique de Saint-Césaire, s’étoffe. C’est ce qu’a expliqué Francis Brun, président de l’association du Patrimoine, à l'origine du projet, lors de l’assemblée générale, qui s’est tenu mercredi. « Après le puits, le lavoir, le four à chaux et la maison natale d’Emile Bessède, le félibre, nous allons mettre en évidence, avec des plaques d’informations, la draille médiévale, le lieu dit de la Table ronde et la place du Griffe. Sur cette dernière, une borne-fontaine à volant, d’époque, va être remise sur le site qu’elle occupait autrefois, mais elle sera hors fonction. »

Dans ce quartier chargé d’histoire, les sujets d’actions sont aussi divers que nombreux pour l’association. Ainsi, Francis Brun se félicitait de la restauration, et  son classement aux monuments historiques, du tableau trouvé dans l’église, représentant saint Césaire. A propos de l’église, le dégagement de son pourtour est toujours un sujet d'actualité. La restauration du porche médiéval, autre lieu historique, pourrait voir le jour. Quant à la colline du moulin à vent, le Patrimoine poursuit son action pour protéger ce dernier poumon vert du village. Son inscription au Plan local d’urbanisme pourrait en être le bon début d'une sauvegarde définitive.

En fin de séance, Francis Brun annonçait le projet de célébration, en 2016, des quatre-vingts ans de l’école primaire, avec exposition de photos, création d’un livre de souvenirs des anciens élèves et autres idées à définir. Il invite tous ceux qui ont des documents ou anecdotes sur le sujet, à le contacter. On le voit, ce ne sont pas les activités qui manquent à l’association.

Contact : tél. 04 66 23 94 21 – Site internet : http://patrimoine-st-cesaire.blogspot.com

25/03/2015

Clarensac - Une autre façon d’apprendre l’occitan au collège

DSC04465 (Copier).jpgLaurenç Revest, à droite, suit le progression des élèves.

Apprendre l’occitan grâce à la chanson n’est déjà pas courant, mais lorsqu’il s’agit de rap, l’idée, peu évidente au départ, devient tout simplement géniale.

Au collège Théodore-Monod de Clarensac, c’est l’expérience que vivent les élèves de 6e et 5e inscrits aux cours de Laurenç Revest, professeur de cette langue au collège, initiateur du projet. « L’originalité est d’apporter, au milieu de la méthode d’enseignement traditionnelle, des séances musicales qui leur permettent de travailler sur l’imagination, explique-t-il. Le fait d’associer rap et occitan fonctionne à merveille ».

Les élèves créent leur chanson, avec l’appui technique et musical du groupe rap occitan Doctors de Trobar, très connu dans toute la région occitane, pour qui le concept est enrichissant pour l’enfant. « Le rap se prête à merveille au travail du texte. L’élève est obligé de chercher ses mots et apprend ainsi l’occitan sans se rendre compte qu’il travaille », souligne Inti, membre du groupe. 

DSC04461 (Copier).jpgLa plus grande réussite de cette initiative reste l’adhésion totale des élèves. « J’adore  apprendre de cette façon qui met en avant le côté musical des mots et de la langue », explique Camille. Il en est de même pour Lucas, Dana ou Emilie qui avoue : « On n’a pas l’impression d’être en cours ».

Cerise sur le gâteau, grâce au conseil régional qui finance le projet, ils vont, avec Marc Weeger, professeur d’arts plastiques, imaginer et réaliser la couverture du CD de leur enregistrement . « Ce CD sera l’aboutissement de ce projet innovant, conclut Laurenç Revest. Il sera remis aux élèves au début du mois de mai. Les personnes qui le souhaitent pourront l’écouter sur le site du collège, clg-clarensac.ac-montpellier.fr ».

Une idée fort originale qui sera certainement suivie par d’autres écoles.

24/03/2015

Saint-Césaire - Tournoi de footmotivant pour les étudiants d’IUT

DSC04455 (Copier).jpgQuentin Arnould, Benjamin Gruzelle, Guillaume Landraud et Elodie Mercier. 

Jeudi 19 mars, au stade Marcel-Rouvière, seize équipes universitaires de l’académie de Montpellier s’affrontaient dans un tournoi de football organisé par Fungea, le club de foot universitaire de l’IUT de Nîmes. C’était un nouveau et motivant challenge pour la nouvelle équipe dirigeante de l’association.

« Dans le cadre de notre cursus en gestion entreprise et administration, avec plusieurs camarades nous avons pris, à la rentrée 2014, les rênes de l’association, explique Benjamin Gruzelle le nouveau président. L’organisation d’une telle manifestation demande beaucoup de travail. De plus, tout au long de la saison scolaire, nous devons gérer le championnat universitaire, avec les déplacements que cela implique. C’est un excellent moyen pour nous préparer à la licence professionnelle management des organisations sports et loisirs et nous former à nos futurs métiers. »

Elodie Mercier, largement impliquée en tant que trésorière, ne manifeste aucun stress : « On se partage les tâches ce qui nous permet de connaître le travail en équipe. La recherche de sponsors, peu nombreux hélas, est la tâche la plus difficile. Mais on y gagne en expérience professionnelle. »

Pari réussi pour ces jeunes qui ont mis en place une organisation parfaite. Après la remise des récompenses, trophées offerts par la Ville, la jeune équipe dirigeante, dans laquelle figurent Quentin Arnould, vice-président et Guillaume Landraud, secrétaire, a annoncé son projet d’organiser un futsal, pour lequel elle espère trouver les fonds nécessaires. Elle peut compter sur un soutien sans faille de Virginie Ourtal, dirigeante de leur section et Pierre Lalague, le tuteur sportif de l’IUT.

Le plus dur restera de convaincre les dirigeants d’entreprises, mais ils sont prêts pour ce nouveau challenge.

23/03/2015

Pissevin - Une borne arrachée

20150317 Borne Debussy 2 (Copier).jpgUne borne a été arrachée.

Le comité de Nîmes-Ouest se réjouissait de la pose de bornes interdisant l’accès de la galerie Wagner aux véhicules (lire Midi Libre du 12 mars). La satisfaction aura été de courte durée. A peine dix jours après, une borne a été arrachée. « Dix jours de vie pour un aménagement fait pour sécuriser la galerie Wagner des circulations intempestives de véhicules, Il faut croire que cela dérange. Qui ? », c’est la question que se pose le comité.

19/03/2015

Pissevin - Rénové, le parking fait l'unanimité

DSC04345 (Copier).jpgJaoued Belhaj, au centre, et Halim Belhaj, à droite, devant le parking.

Les commerçants de la galerie Georges-Sand attendaient ce moment depuis longtemps. Depuis mardi, les clients ont à leur disposition, quarante places de stationnement, sur un lieu entièrement refait. Jaoued et Halim Belhaj, les propriétaires de la boulangerie Mona, sont ravis.

« Lorsque le projet de rénovation urbaine de Pissevin a vu le jour, les commerçants des galeries Georges-Sand, Richard-Wagner et Trait d’union, ont créé une association pour discuter avec les élus et émettre des idées sur le sujet », explique Jaoued qui est le secrétaire de cette association, l’Ucapp (Union des commerçants et artisans professionnels de Pissevin).

Avec Ali Karim, le président et d’autres membres, l’association a notamment demandé la réfection de ce parking. « La municipalité était contente d’avoir, pour présenter le projet, un interlocuteur, poursuit Jaoued. Richard Tibérino, adjoint au maire, a été à notre écoute, on l’en remercie. Cette réalisation est la première satisfaction de l’association et la première grosse avancée dans le projet »

Bien que fraîchement « livré », le parking fait déjà l’unanimité. « Avant, ce n’était que trous et gravier , précise Halim. Maintenant le revêtement est parfait et il y a des accès piétons sécurisés, avec rampe pour personnes à mobilité réduite. C’est très bien pour la clientèle. » Le gérant du salon de coiffure est du même avis : « Cette rénovation fait du bien au quartier ».

Pour Jaoued Belhaj, elle offre une première belle vitrine à une mise en évidence positive de ce grand quartier.

16/03/2015

Saint-Césaire - "Le Petit Gaston", le journal de Darboux

DSC04423 (Copier).jpgL'équipe de la rédaction, des élèves de TGA2 et Guillaume Coulon, félicitée par le proviseur.

Jeudi, au lycée Gaston-Darboux, Le Petit Gaston, journal de l'établissement, faisait sa première sortie officielle. Au fil des vingt-quatre pages, éditées en couleur, le journal évoque, de façon claire et attrayante, l’actualité du lycée, mais aussi l’actualité en général, laissant les élèves s’exprimer librement.

Le Petit Gaston est réalisé principalement par les élèves de terminale gestion administrative (TGA2), assistés d’une équipe pédagogique, sous la direction de Guillaume Coulon, professeur de français, pour qui cette réussite est sans surprise : « Les élèves sont très motivés et ont beaucoup d’imagination. Ils veulent donner une image positive de leur lycée. Ils s’occupent des articles, du montage et de la communication. Dans le cadre de leur apprentissage à la démarche professionnelle, ils prospectent les entreprises pour financer l’impression de leur journal ».

Florian Hottelet, Imène Dihaj et Océane Tofanelli font partie de l’équipe de rédaction et en expriment leur fierté. « On est tous heureux, confie Imène qui a conçu la page horoscope en espagnol et en anglais, car notre journal est reconnu ». Même réaction chez Océane, responsable de la rubrique high-tech : « On est contents de notre travail, nous espérons que ce journal amène nos camarades à plus de lecture et de participation ».

Guillaume Coulon espère voir se  pérenniser ce journal, à parution trimestrielle, dont le premier tirage a été financé par le lycée. Noël Cabrera, le proviseur, n’a pas manqué de féliciter et récompenser ces journalistes en herbe qui vont participer au prochain concours du Clemi (centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information) à Alès.

En attendant le numéro spécial pour les 30 ans du lycée, la première édition peut se consulter sur fr. calameo.com.

15/03/2015

Saint-Césaire - Jean-Luc Plan est au Rendez-vous

DSC04355 (Copier).jpgSabrina, Sandrine, Emilie, Jean-Luc Plan et Yannick Ricco.

Il fallait un restaurateur de métier pour reprendre le Rendez-vous, restaurant-brasserie de la rue Laennec à Saint-Césaire,  devenu, au fil des ans, une adresse pour de nombreuses personnes travaillant dans ce très grand quartier. Jean-Luc Plan relève le défi, avec l’aide de Bruno Tamani, ancien entrepreneur et véritable passionné de cuisine, qui apporte un support financier.

Fort de son expérience, notamment huit ans de gérance du bar-restaurant de l’aéroport de Nîmes-Garons, il espère ravir les gourmets avec des arguments culinaires de grande qualité, préparés et servis par une équipe irréprochable et souriante. « Avec Yannick Ricco, mon chef, nous proposons une cuisine traditionnelle, avec des produits frais, qui reprend en grande partie des plats oubliés, comme le pot-au-feu, la tête de veau ou l’os à moelle grillé », explique-t-il. Bruno Tamani, son associé, ne tarit pas d’éloges sur son ami : « Cela fait vingt ans que sa cuisine m’enchante. De client je suis devenu ami. Il voulait se faire plaisir en ouvrant son restaurant, je me suis fait un plaisir de l’aider dans ce projet ».

Pour que chacun puisse apprécier ces plats authentiques aux saveurs d’autrefois, Jean-Luc Plan propose son plat du jour à 9 € et des formules plus complètes avec buffet de hors-d’œuvre et desserts maison, dont une tarte aux pommes à l’ancienne qui a déjà séduit de nombreux fins palais. Les lève-tôt ne sont oubliés, il leur propose un café-croissant à 1, 50 €.

Jean-Luc Plan organise des repas événementiels, sur réservation, et propose une location de salle. L’établissement est ouvert du lundi au vendredi, dès 7 heures, fermé le soir. 

Le Rendez-vous, 51 rue Laennec, Nîmes Saint-Césaire, tél. 09 52 91 32 21.