30/12/2014

Mas des Abeilles - Défilé de mode sur le thème du cinéma

CEMA (6).jpgLes acteurs d'un jour pour un show très réussi.

Le Cema (Centre d’évaluation et de mobilisation des aptitude) Guillaumet, Adapei 30, a présenté dernièrement, dans une salle de l’IFME de Nîmes comble, son défilé de mode.

Le thème était le recyclage, avec comme fil conducteur le cinéma. « Il a fallu deux ans pour apprivoiser les différents matériaux de récupération à partir desquels ont été imaginées neuf tenues différentes, explique Adeline Charier qui encadre, avec Sophie Martin et Patricia Chambon, l’atelier mode. Ce défilé résulte de l’interaction des différents ateliers du Cema : expression corporelle, couture , accessoire mode et reportage photo, pour le diaporama diffusé en fond de scène. Pour parfaire le spectacle, l’équipe 'son et lumière' du foyer Hubert Pascal, celle d’esthétique de l’IME Areram et la styliste professionnelle Geralda, ont prêté leur concours. »

Sophie Gros, Pierre Liège, Marie-Charlotte Pouillen, Jérémy Pellevoisin, Grégory Gilli, Ornella Sérafino, Cécile Chagniaud et Julien Graille étaient les acteurs principaux de cet événement en tant que mannequins d’un jour et créateurs, ils ont participé à la confection de leurs tenues. Ce défilé représentait l’aboutissement d’un formidable travail d’équipe.

27/12/2014

Saint-Césaire : Publi2M s’installe au cœur du village

DSC03971 (Copier).jpg

Ahlame, commerciale, Eric et Isabelle Leroy, Yseult, commerciale et Richard Tibérino.

Face au bureau de La Poste, à Saint-Césaire, les locaux d’une ancienne boucherie, abandonnés depuis 1989, ont repris vie. Eric Leroy vient d'y installer le siège de Publi2M, société qu’il a créée en 2008 et qui produit de la communication visuelle.« Notre démarche s’adressent à toutes les entreprises qui ont des besoins d’impression, quelle qu’en soit la forme et le support. Cela peut aller de la carte de visite à l’impression d’un catalogue, en passant par la décoration d’un commerce. Nous nous occupons de tout ce qui s’imprime et qui concerne la communication visuelle. Les supports sont très variés et innovants, comme le logo végétal. Nous pouvons faire aussi de la création infographique. »

L’originalité réside dans le concept. « Rien n’est créé chez ici, poursuit Eric Leroy. Lorsqu’un client fait appel à nous, notre rôle est de trouver le partenaire qui aura toutes les compétences et les machines pour réaliser la commande et cela à des prix très compétitifs. Nous avons signé des partenariats avec différents industriels, imprimeurs et autres, qui sont installés en France, pour 95% dont 60% en Languedoc. »

L’entreprise se porte bien, avec cinq personnes et deux embauches prévues en 2015. Le choix de Saint-Césaire n’est pas le fruit du hasard : « Une passion unit mon épouse et moi, à ce quartier. Elle y a passé toute son enfance et nous nous sommes mariés ici. Cela nous tenait à cœur de contribuer  à dynamiser ce lieu.»

Lors de l’inauguration, Richard Tibérino, adjoint délégué au quartier, était tout aussi ravi : «Les PME sont les plus grandes créatrices d’emplois, en voir s’installer, qui plus est à Saint-Césaire, c’est formidable. »

Publi2M, 81 rue du Temple, Nîmes Saint-Césaire, tél 04 48 06 02 00, contact@publi2m.fr

24/12/2014

Saint-Césaire - Les végétaux de la discorde

DSC03963 (Copier).jpgLes végétaux ne sont plus pris en charge par les éboueurs.

Depuis quelques semaines, les riverains de Saint-Césaire et du Mas Roman ne parlent que de ça ! Les déchets verts ne sont plus ramassés. En deux mots, la collecte des déchets résultant de la taille de végétaux ou des feuilles tombées, dans les jardins privatifs, ne s’effectue plus.

La décision couperet est tombée, apparemment, sans aucune information auprès des habitants. Ce sont les éboueurs qui, bien malgré eux, font les frais de cette décision, d’autant qu’elle intervient après leur passage pour les étrennes, certains essuyant même des propos déplacés. La majorité des personnes désapprouve la décision, surtout en cette période de taille et de ramassage, mais de façon plus calme. « Je comprends pour les branchages, confie André, un riverain, car il semble que c’était plus une faveur accordée qu’une obligation de ramassage. Par contre, pour les feuilles je ne suis pas d’accord car un arrêté municipal stipule qu’elles sont à classer au même titre que les ordures ménagères. Dans tous les cas, les éboueurs ne sont strictement pour rien dans cette situation ».

Tous espèrent des explications et certains un retour à l’ancienne formule, les personnes âgées en particulier.

19/12/2014

Ecusson - Un étal pour une histoire en famille

DSC03947 (Copier).jpg

Didier Champex (2e en partant de la droite) et son équipe. 

Didier Champex (prononcez Champé) chocolatier de formation, est depuis cinq ans à la tête de la Ferme du Cantal, une boucherie référence dans les halles nîmoises. La belle histoire, atypique, commence à Junhac, près d’Aurillac, où son père y possède une ferme avec un élevage de bœufs de salers.

Ce dernier ne pouvant plus s’occuper seul de l’exploitation, la passion et l’amour de la terre poussent Didier Champex à changer d’orientation et à la reprendre. « Je ne voulais pas voir partir les terres familiales », précise-t-il. Un nouveau challenge s’offre à lui. « J’ai appris à travailler la viande et, avec mon père, nous avons instauré un réseau court de distribution de la viande provenant de notre élevage. »

C’est sa rencontre avec une adorable Nîmoise qui l’amène, voilà cinq ans, à l’ouverture d’un étal aux halles. « Ce lieu a une histoire, il est incontournable. Il me permet de faire connaître et mettre en valeur les produits de ma ferme et ma région natale. A ma connaissance, je suis le seul à proposer de la viande de salers. Cela me fait d’autant plaisir qu’elle provient directement de notre élevage familial de Junhas, la qualité est garantie. »

Pour Didier Champex la qualité ne s’arrête pas là. Il met un point d’honneur à présenter des produits faits maison, comme sa charcuterie, dont un pâté de tête très recherché et le foie gras. Son attention pour les fidèles des halles l’a amené à garder la triperie : « Il n’y en a pratiquement plus sur la ville, nous sommes heureux de satisfaire de nombreux clients. » Ce bonheur se lit sur le visage, tout sourire, de Didier Champex et celui de toute son équipe, la qualité rend heureux.

La Ferme du Cantal, allée du Curry, halles centrales de Nîmes. Tél. 06 09 98 63 62. Ouvert tous les matins sauf le lundi.

18/12/2014

Jean-Bouin - Aimendo soutient tous les talents

DSC03961 (Copier).jpgL’atypisme, souvent, donne de la richesse au monde associatif. Aimando films en est le brillant exemple. Créée en mai 2014, par Chantal Maurin, la présidente, et sa fille Melody Ledirac, l’association a pour but d’aider et promouvoir la création audiovisuelle.

« Des gens ont du talent mais n’ont pas les moyens pour aller au bout de leur création, explique Chantal Maurin. Lorsque nous retenons un dossier, nous mettons tout en œuvre pour son aboutissement : écriture du scénario, recherche des moyens pour faire un clip vidéo, y compris l’équipe de tournage. » L’idée est née grâce à Melody Ledirac, la directrice artistique. Cette professionnelle, diplômée de la Sorbonne, spécialisée dans l’écriture des scénarios, assistante de production, a su faire partager sa passion pour le cinéma et faire entrer tout un panel de passionnés dans son monde et toute la technique qu’il représente.

L’association trouve ses moyens chez les membres actifs et bienfaiteurs, grâce au partenariat avec des écoles de cinéma, mais aussi chez tous les gens du métier, prêts à donner gracieusement de leur temps, et talent, pour la bonne cause. Depuis sa création, Aimando films a réalisé le clip vidéo d’Orlane (lire Midi Libre du 16 octobre), un documentaire sur l’élection de Mademoiselle Nîmes, pour en montrer l’envers du décors, ainsi qu’un court métrage tourné à Paris, sur la condition féminine et le problème de la prostitution.

L’association met aussi en place un collectif de scénaristes pour aider les jeunes diplômés, tout cela bénévolement, bien sûr. Pour terminer l’année dans cet esprit, elle organise un réveillon, au C-Suites, en donnant leur chance à de jeunes talents, sur le thème Paris s’invite à Nîmes. Les artistes sont prévenus.

Aimendo films :  06 81 92 97 23 ou aimendofilms@gmail.com

10/12/2014

Rue Emile-Jamais - Andalouse beauté, l’originalité jusqu’au bout des ongles

DSC03917 (Copier).jpgSandrine Manca et Pilie Carrillo devant leur "bar".

« Pratique, convivial, amusant, abordable », les clientes de l’institut Andalouse beauté, situé 23 rue Emile-Jamais, ne manquent pas de mots pour approuver le principe de libre service créé par Pilie Carrillo, l’Andalouse passionnée de tauromachie et flamenco, créatrice de l’institut et Sandrine Manca, venue la rejoindre en octobre.

« Nous avons voulu apporter un plus au salon classique, explique Pilie, spécialisée dans le soin et l’entretien des ongles. Avec le ‘bar à ongle’ et le ‘lift in bar’, chaque cliente qui le désire, dispose, sur le bar, des produits et appareils technologiques hautement performants et faciles d’emploi, nécessaires pour s’occuper elle-même de ses ongles ou son visage. Nous sommes là pour conseiller. C’est à la fois ludique et valorisant, avec des tarifs très abordables. »

DSC03921 (Copier).jpgCe libre service existe aussi pour les soins du corps. Sandrine est spécialisée dans l’amincissement. « Un entretien personnalisé détermine les soins nécessaires et les produits à employer, tous à base de plantes et riches en ingrédients actifs. Les résultats sont spectaculaires pour l’amincissement, mais aussi, il faut le savoir, pour l’acné. Je propose aussi un coaching alimentaire jusqu’à l’obtention de résultats probants. »

Ces concepts s’ajoutent à ceux déjà proposés : modelages californiens, suédois, aux pierre chaudes, lomi lomi, avec  formules adaptées et réflexologie plantaire, épilations et autres. Le tout se passe dans la convivialité, avec café et thé offerts, avec ou sans rendez-vous, dans un cadre entièrement relooké. En décembre, pour éviter tout stress, l’institut offre la place de parking, celui du Jean-Jaurès, le temps de la prestation.

Andalouse beauté, 23 rue Emile-Jamais, Nîmes. Ouvert du lundi au samedi de 9h 30 à 18h 30. Tél. 04 66 36 04 89. Facebook Andalouse beauté.

05/12/2014

Ecusson - Le Bal des créatrices à la Boutique éphémère

DSC03911 (Copier).jpgEmilie Labat, créatrice de bijoux et Karine Desanois, pastelliste.

Le Bal des créatrices a ouvert ses portes dans la Boutique éphémère située 5 rue des Flottes, face à la Maison carrée, jusqu’au 10 janvier 2015. Ici, point de tango, salsa ou cha-cha-cha, mais une formidable ronde de tableaux réalisés au pastel, décorations de table, objets en céramique, photographies, vêtements, sculptures et une valse bien entraînante de bijoux et accessoires.

« L’idée de ce concept est née il y a quatre ans, explique Emilie Labat, qui en est l’initiatrice. Nous sommes dix amies, de Nîmes et la région, artistes dans différents domaines. Chacune exposait individuellement, j’ai pensé qu’on pouvait réunir en un seul lieu cette diversité dans la création et proposer aux visiteurs, au cours d’une même visite, le fruit du travail artisanal de chacune. Depuis, nous organisons au printemps et pour la période de Noël, dans des lieux très divers, un mini-salon de créations d’art ».

Pour cette première au cœur de Nîmes, les dix créatrices, auxquelles s’est associé un sculpteur, ont su parfaire l’accueil des visiteurs. Leur sourire et gentillesse naturels s’épanouissent dans une boutique chaleureuse, mettant en valeur toutes les créations qui rivalisent d'originalité, comme dans un petit monde féérique, avec, en prime, de nombreux moments de convivialité prévus. Afin que personne soit pris au dépourvu pour des idées de cadeaux, jusqu’au 25 décembre, les portes seront ouvertes tous les jours de 10 heures à 19 heures.

La Boutique éphémère, 5 rue des Flottes, Nîmes. Facebook le bal des créatrices.