Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


20/04/2013

Saint-Césaire - Insécurité : les industriels sont exaspérés

DSC06741 (Copier).jpgMichel Gabelotaud et Jean-Pierre Pascal.

Pire que l’exaspération ! C’est à la fois l’incompréhension et la révolte qui animent les industriels de la zone de Saint-Césaire. Pourquoi toutes les entreprises situées sur la partie ouest du site, vers les garrigues, sont-elles soumises sans cesse aux cambriolages et aux menaces, sans que quiconque agisse ?

Jean-Pierre Pascal, directeur de Languedoc Industrie Béton, vice-président de l’association des entreprises de la zone industrielle, ne sait plus comment faire. « Comme toutes les entreprises situées sur cette partie de la zone, nous sommes régulièrement confrontés à des vols de matériaux, malgré toutes les mesures que nous avons prises. » Plus graves sont les conséquences de ces vols et les menaces subies par les employés. « On a volé le câble électrique qui alimente la centrale béton », explique encore Jean-Pierre Pascal. « Celle-ci est à l’arrêt et ce sont cinq personnes qui sont au chômage technique. Il y a pire, ce sont les coups de carabine tirés, du campement voisin, sur nos bâtiments. Il y a même des impacts de balles. Nos ouvriers ont peur. »

Pour Michel Gabelotaud, président de l’association, la tension est extrême et les autorités tardent à réagir : « Avec l’appui de la chambre de commerce, nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir : gardiennage, surveillance, etc. Nous avons averti toutes les instances : police nationale, préfecture, médecine du travail, procureur ou municipalité. Seule cette dernière a agit en installant des caméras, ce qui est bien mais pas suffisant. Les autres ne se manifestent pas. On ne va pas créer une milice, ce n’est pas dans nos idées. »

La désespérance et le ras-le-bol s’installent chez ces acteurs de l’économie nîmoise qui souhaitent que des mesures concrètes viennent, enfin, solutionner leurs problèmes.

Les commentaires sont fermés.