Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


28/11/2012

Saint-Césaire - Le Secours populaire a ouvert sa première brocante dans la cité des Antonin

brocante,brocante populaire,secours populaireSylvie, Richard et Mahbouba, des bénévoles heureux.

C’est une véritable caverne aux mille et un trésors qui attend les visiteurs, au 822 de l’avenue Fleming, à Saint-Césaire. Depuis le mois de septembre, le Secours Populaire a installé sa première brocante populaire, dans les anciens locaux des établissements Cammas. Bibelots, vaisselle, vêtements, livres, jouets, disques ou autres appareils ménagers, fauteuils et armoires, sont présentés à la vente.

Richard est très heureux de pouvoir diriger cette première brocante et il a fait en sorte, avec son équipe, que les 300 m2 d’exposition soient une vitrine représentative des actions menées par l’association.

« Toute l’équipe est composée de bénévoles. Nous recevons des dons en matériel. Nous remettons en état les objets avant de les nettoyer, afin de les mettre en valeur. Ensuite nous les commercialisons. L’argent obtenu, associé aux recettes de différentes actions ponctuelles, nous permet de financer de nombreuses actions sociales dans divers domaines. Nous aidons les gens pour se nourrir, bien sûr, mais aussi pour se vêtir ou encore pour permettre à leurs enfants d’avoir de véritables vacances. En 2011, nous avons aidé plus de 20 000 familles. D’autres actions sont menées pour aider les étudiants, avec le bibliobus, sorte de mini centrale alimentaire, apporter un soutien scolaire aux plus jeunes ou emmener des personnes âgées faire des découvertes. Il faut savoir que certains n’ont jamais vu la mer, qui est à quelques kilomètres ! »

Cette brocante réserve beaucoup de surprises et l’accueil y est très chaleureux, certainement tout ce qu’il faut pour attirer de nombreuses visites.

La Brocante populaire, 822 avenue Fleming,
ouverte du lundi au vendredi, de 14 heures à 18 heures.
Tél. 04 66 05 63 89

27/11/2012

Mas Roman - Loto des Red Warriors

Le club de supporteurs de Nîmes-Olympique, les Red Warriors, organise son loto le samedi 1er décembre, à 17 heures, à la Marmite du Roman, avenue du maréchal Joffre. De nombreux lots attendent les passionnés. 

15/11/2012

Saint-Césaire - Depuis 1912, la fée electricité veille

DSC05499 (Copier).jpgPlace du Griffe, les candélabres rétro rappellent l'événement.

A l’heure où les arbres de la place du Griffe ont été parés des guirlandes de Noël, combien de personnes savent que la "fée électricité" s’est installée dans les rues de Saint-Césaire il y a cent ans, avant même les rues nîmoises ?

Et pourtant, c’est en 1912 que fut installé l’éclairage public au coin des rues du village, alors que Nîmes continuait à allumer ses becs de gaz et ses lanternes, et cela jusqu’en 1928 ! Pourquoi cette révolution technologique est-elle arrivée en avant-première à Saint-Césaire ?

« La raison semble simple, analyse Francis Brun, le président de l’association du Patrimoine de Saint-Césaire. En 1909, les Saint-Césairois avaient affiché quelques velléités à vouloir ériger le village en commune : une initiative de consultation publique avait vu le jour, laquelle ne fut pas vue d’un bon œil par les édiles nîmois. Conséquence de cette fronde, l’hypothèse est qu’on a certainement voulu calmer les "banlieusards" en leur offrant la primauté de l’équipement public électrique et leur prouver ainsi que le petit hameau ne pouvait se passer des largesses de la ville-mère. Ceci expliquant peut-être cela, c’est également en 1912 que le conseil municipal décida de désigner un adjoint au maire spécial au hameau et c’est Louis Thomas qui a laissé son nom dans l’histoire locale comme étant le premier des "maires de Saint-Césaire". Quelques années plus tard, en 1919, sera ouverte une mairie-annexe. »

En cette fin d’année, la municipalité a décidé de rénover le réseau électrique urbain (lire Midi Libre du 16 octobre), une coïncidence que ne manque pas de faire remarquer Francis Brun : « Qu’il s’agisse de coïncidence ou de décision opportune, l’initiative municipale nous donne l’occasion de souffler symboliquement les 100 bougies de cet anniversaire qui risque de passer inaperçu. » Que Francis Brun se rassure, désormais, tout le monde est au courant.

14/11/2012

Mas Roman - Les Red Warriors se font la voix

DSC04357 (Copier).jpgLes Red Warriors, supporters du Nîmes Olympique, ont décidé d'animer leur nouveau siège, au Mas Roman (lire Midi Libre du 5 septembre). Ils organisent une soirée karaoké à "La Marmite du Roman", le samedi 17 novembre, à partir de 19h 30, avec possibilité de restauration, pour une somme modique. Une bonne façon de s'amuser et repéter les airs d'encouragements dédiés à leur club préféré.
 

Saint-Césaire - L'hommage des écoliers aux soldats

DSC05504 (Copier).jpgLes élèves de l'école primaire ont récité "hymne" de Victor Hugo devant les autorités civiles et militaires.

Les habitants de Saint-Césaire ont assisté à la cérémonie du 11 novembre, au monument aux morts de la rue de Mascard, qui marquait la journée de mémoire à tous les morts pour la France.

C’est devant de très nombreuses personnalités politiques et militaires que les enfants de l’école laïque du village ont lu le poème « hymne », de Victor Hugo.

Jean-Paul Fournier, sénateur-maire, reprenait le message de Kader Arif, ministre délégué en charge des anciens combattants, avant que Jacky Cantareil, président départemental de l’Union française des associations de combattants et victimes de guerre, invite dans son discours, la jeunesse à œuvrer pour un monde de paix plus juste.

Les enfants procédaient, avec Monique Boissière, conseillère municipale, au premier dépôt de gerbe, précédant Jacky Cantareil, Françoise Dumas, députée de la circonscription et Jean-Paul Fournier, accompagné de Richard Tibérino, adjoint délégué à Saint-Césaire. 

07/11/2012

Saint-Césaire - Concert exceptionnel de musique sacrée

DSC05486 (Copier).jpgLes deux artistes : Mireille Démoulin et Georges Gabarel.

 Les amateurs de musique sacrée se sont retrouvés nombreux,  dimanche dernier, pour assister à un concert exceptionnel donné en l’église de Saint-Césaire.

Ce concert réunissait deux artistes de grand talent : Mireille Démoulin, mezzo soprano, soliste à la Croche-Chœur et Georges Gabarel, organiste à l’église Saint-Paul à Nîmes, qui organise depuis seize ans la programmation des chants lyriques et sacrés, dans le cadre des Jeudis de Nîmes.

En première partie, depuis la tribune, Georges Gabarel interprétait à l’orgue des œuvres de Bach et Balbastre. Il accompagnait Mireille Démoulin pour des œuvres de Mozart et Gounod, dont l’Avé Maria. En deuxième partie, les artistes rejoignaient le chœur, pour des œuvres de Haendel Schubert, Pergolesi ou Mozart, l’organiste ayant délaissé l’orgue pour le piano électrique.

DSC05496 (Copier).jpgC’est la première fois qu’ils se produisaient  dans « le bel écrin, autant acoustique qu’artistique qu’est cette église romane, comme le précise Georges Gabarel. Et c’est formidable de jouer sur le magnifique petit instrument construit par Bertyl Soutoul, facteur d’orgues à Saint-Césaire. » Mireille Démoulin a conquis le public par sa voie naturelle et la généreuse émotion qui s’en dégage. Elle connaît l’église pour y avoir répété plusieurs fois, alors qu’elle habitait le quartier. « Le chant me permet de m’épanouir, confie-t-elle. Mon répertoire est dédié à la musique sacrée ou romantique, je ne suis pas une chanteuse lyrique. J’adore partager cette passion avec des amis mais aussi au profit d’associations, de la recherche ou encore de l’insertion. »

DSC05491 (Copier).jpgLe père Serge Cauvas était ravi de voir autant de monde dans son église, assister à un spectacle qu’il a qualifié de magnifique. 

06/11/2012

Saint-Césaire - Grappes mauves de lilas, insolite floraison...

DSC05468 (Copier).jpgInsolite floraison.

Décidément, la nature nous surprendra toujours. Faisant fi de tout calendrier protocolaire, un lilas offre sa floraison en spectacle, route de Rouquairol, à deux pas de la gare Sncf.

Sans doute surpris et déboussolé par les quelques jours de froid qui s’étaient invités au milieu d’une période clémente, ce lilas, croyant le printemps arrivé, égaye de ses grappes fleuries, teintées en mauve, une végétation environnante qui a pris ses couleurs d’automne.