Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


18/11/2013

Saint-Césaire - Les première pressions du moulin à huile Brunel

DSC00334 (Copier).jpgPour Kacem, la qualité de l'huile est cette année au rendez-vous, mais pas la quantité.

En 1950, Paul Brunel créait son moulin à huile à Saint-Césaire. A son décès, en 2012, sa fille Anne reprenait l’entreprise, pour perpétuer l’esprit familial des lieux, instauré par son père. Depuis, des investissements ont été faits, pour respecter les normes électriques et avoir du matériel performant avec la rénovation de la vis sans fin et l’arrivée de nouveaux logiciels.

Une nouvelle saison démarre pour le moulin des « petits Nîmois », comme le dénomme avec amour et humour Anne Brunel. En effet, il accueille tout le monde, même le petit particulier, comme Nicole Luce qui vient de Saint-Mamert avec la récolte de ses dix oliviers,  « qui cette année n’a pas dépassé les 40 kg ». 

Kacem, le mari d’Anne, réceptionne les arrivages d’olives et dirige la fabrication et la mise en bouteille de l’huile. La saison s’annonce très faible en quantité. « Le printemps a été pluvieux au moment de la floraison, explique-t-il, la récolte s’en ressent  très fortement. Nous prévoyons, au moins, moitié moins de volume d’apport qu’en 2012. » La qualité de l’huile, sans être un millésime, n’en subira aucune conséquence. « Les olives que nous recevons, ne sont pas véreuses, promet Kacem. Ce sont des négrettes, les premières à mûrir, mais surtout des picholines, qui constituent l’essentiel de notre huile et qui lui apportent une amertume recherchée par les connaisseurs, avec des arômes de verdure et d’artichaut cru. » Pas de doute, l’huile à la couleur verte incomparable aura bonne tenue sur nos tables.

Moulin à huile Brunel, 433 route de Rouquairol (tél. 04 66 84 05 54). Pour l’apport d’olives le moulin est ouvert du lundi au vendredi, de 8h 30 à 12 heures et de 14 heures à 16h 30. A partir du 20 novembre, l’ouverture se fera aussi le samedi de 9 heures à 11 heures.

01/11/2012

Saint-Césaire - L’école maternelle fait sa grande lessive en accrochant ses oeuvres plastiques

DSC05389 (Copier).jpgLes oeuvres réalisées dans l'atelier du Carré d'art.

C’était une grande première, jeudi dernier, l’école maternelle Yvette Panafieu, de Saint-Césaire, faisait sa Grande lessive. C’est Joëlle Gonthier, plasticienne, qui en a proposé le principe, à l’image de ce qui se fait au niveau international. Ici, les cordes à linge servent de cimaises pour présenter les œuvres plastiques, tenues par des épingles.

« L’art doit être à la portée de tout le monde, explique Floriane Le Dœuff, la directrice de l’école. Chaque œuvre mérite un public. Cette exposition met en valeur le travail effectué par les enfants, depuis la rentrée scolaire. Les arts plastiques ont toute leur place en maternelle. » Chaque élève y est allé de son inspiration, avec la réussite au bout, comme en témoigne cette exposition très colorée. Anne-Christine Blachère, enseignante, ouvre le catalogue de l’exposition : « Les classes de moyenne et grande section présentent un travail à partir des œuvres de Miro ou Piet Mondrian, ainsi que des œuvres libres. Une fois par mois les enfants participent à un atelier dans un musée nîmois. De l’atelier du Carré d’art, ils en ont tiré la façon de présenter une photo dans un cadre conçu avec du papier déchiré. Pour les plus petits, c’est une découverte. Ils ont fait une composition souvenir à partir d’une balade au bois des Espeisses. »

L’association des parents d’élèves A Nîmes toi, avec sa très dynamique nouvelle présidente Christine Collin, a apporté le soutien logistique et l’animation à cette manifestation. Les parents, qui avaient eux aussi mis la main à la pâte, ont pu apprécier ce moment de partage avec leurs enfants, dans l’univers de ces derniers : l’école.

DSC05395 (Copier).jpgDSC05398 (Copier).jpgDSC05382 (Copier).jpg

29/05/2012

Saint-Césaire – L’encierro 2012

DSC03294 (Copier).jpgUn spectacle qui contribue aux poussées d'adrénaline.

A Saint-Césaire, il y a les habitués du lundi de Pentecôte, casquette vissée sur le crane et postés à l’abri derrière les barrières, voir sur l’escalier du bar Le Griffe. Ceux-là sont des séniors qui viennent admirer les bious lâchés dans le ‘‘village’’. Cette année encore, c’est la manade Briaux, de Bouillargues, qui amène ses bious à Saint-Césaire, comme c’est le cas depuis treize ans.

Chez les papets on compare, on analyse, on commente. « C’est mieux maintenant que la place a été refaite et que le parcours est plus court. On voit mieux qu’à l’époque où les taureaux partaient dans les petites rues », note l’un. « Tu te souviens de cette fois où l’un d’eux est entré dans le jardin d’une maison ? », dit l’autre.

Kilyann, Rémi et Romain, respectivement 8 ans, 7 ans et 5 ans, n’ont aucun élément de comparaison, c’est leur premier encierro. Mais côté commentaires, ça ne les gêne pas de faire comme si. « Tout le monde croit que le rouge, ça l’énerve, mais il ne voit pas les couleurs ! Ils sont bêtes ! », s’exclame Rémi. « Oh, mais il bave ce taureau, berk ! », se scandalise Kilyann avant s’asséner que l’animal est probablement « aveuglé par la colère », se qui relativise sans doute ses débordements salivaires. Le petit Romain pense que quand il aura 10 ans, le double de son âge actuel, il pourra lui aussi descedre « jouer au taureau ».

Ils sont pourtant un poil plus âgés ceux qui se faufilent entre le Beaucairoises (ces haute barrière de protection) pour aller narguer l’animal. Plutôt des ados et des jeunes. Devant la pharmacie, il y a Hicham Echaoui, de Garons. Le jeune homme fait carrément le spectacle et se fait applaudir. Ses rasets sont dignes des meilleures courses camarguaises et, dans le public, Laurent, un amateur d’encierro – il était à celui de Caissargues il y a deux jours – apprécie. « Il est fort, c’est super ce qu’il fait. Je trouve que l’encierro, même s’il n’y a pas les chevaux, c’est plus dangereux que les abrivado. Moi j’osais affronter les bious quand j’étais jeune, maintenant je reste derrière. » Ce qui ne l’empêche pas de se faire ratatiner contre le mur par le mouvement de foule quand le taureau vient taquiner la barrière.

Il est presque midi et l’encierro qui – fait exceptionnel – a commencé à l’heure se termine par le lâcher des six bious. « Avant, on en lâchait huit. Six, c’est mieux, ça permet de s’amuser, le parcours est mieux conçu qu’avant », estime un gardian. Pas de doute, l’encierro de Saint-Césaire se bonifie avec les années. Et comme il se termine par l’apéritif offert par la mairie, tout le monde repart avec le sourire !

Edith Lefranc

(Merci Edith ! - Vous pouvez consulter l'album photos sur ce site)

11/05/2012

Saint-Césaire - Cérémonie du 8 mai

DSC02815 (Copier).jpgLes élèves de l'école élémentaire du Mas Roman.

Mardi 8 mai, de nombreux Saint-Césairois s’étaient donné rendez-vous au monument aux morts, pour assister à la cérémonie commémorative de la victoire des armées alliées et de la Résistance sur l’Allemagne nazie.

Les élèves CM2 et CM1 de l’école élémentaire du Mas Roman ont cité le poème « Hymne » de Victor Hugo. Messieurs Duguet, du Souvenir français et Cantareil, de l’Union départementale des anciens combattants, ont précédé Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes, dans la lecture de messages rappelant les horreurs de la guerre et appelant à la paix. Les enfants, accompagnés de Monique Boissière, conseillère municipale déléguée au monde combattant, ont déposé la première gerbe, suivis des personnalités civiles et militaires. Ils ont ensuite chanté la Marseillaise.

(voir album photos)

 

09:44 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

03/05/2012

Mas Roman - Le premier vide-greniers de l’école

affiche.jpgC’est la première année que l’APE de l’école du Mas Roman organise un vide-greniers. Une centaine d’exposants est attendue samedi 12 mai, de 9h à 13h, dans l’enceinte de l’école, 194 rue Charles Perrault.

Cet événement, réservé aux non-professionnels, permettra le financement de projets dont bénéficieront les élèves. Le prix est de 5 € par emplacement, l’entrée étant libre pour les visiteurs. Buvette et restauration sont prévues sur place.

Informations et réservations :  06 60 23 45 03 ou ape.masroman@sfr.fr

site : http://www.ape.masroman.over-blog.com

28/04/2012

Saint-Césaire - Le griffe du village retrouve ses couleurs

DSC02765 (Copier).jpgLe griffe de Saint-Césaire a renoué avec son éclat d'antan..

A Saint-Césaire, le griffe qui donne son nom à la place principale, a retrouvé tout son éclat. Cette fontaine publique a subi les assauts de l’hiver. La canalisation a dû être réparée. Le service municipal en a profité pour redonner des couleurs à la partie en bronze. C’est un griffe tout pimpant qui trône à nouveau sur la place.

Pour les amateurs d’histoire, Francis Brun, intarissable sur le passé du quartier, rappelle l’origine de ce mot : « Il fait son apparition au moyen-âge et a été popularisé, notamment, par la langue d’oc, pour désigner une fontaine publique. Les artisans de fontaines de l’époque se sont inspirés de la statue en bronze du Grifone, ramenée à Pise, au XIIe siècle, par les Croisés qui revenaient d'Egypte. L’installation de bassins abreuvoirs coiffés de cet ornement s‘est ensuite développée dans les villages du Midi. L’appellation « fontaine du griffe » est entrée naturellement dans le langage courant. Le griffe actuel de Saint-Césaire date de 1997. Il a remplacé celui qui avait été posé en 1904, mais rasé en 1960 pour permettre le passage des bus. » 

17:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

04/04/2012

Saint-Césaire - Les enfants des écoles ont défilé sur le thème du développement durable

carnavalLes déguisements, fabriqués par les enfants, étaient très colorés.

Pour ce carnaval annonciateur du printemps, les élèves des écoles primaire et élémentaire de Saint-Césaire, ont relevé un défi peu banal : créer des déguisements à partir de matériaux destinés au recyclage.

Pour Lucie Bayou, directrice de l’école élémentaire, le thème a été vite trouvé. « Nous avons amenés les élèves voir l’exposition sur l’art pauvre, présentée au Carré d’Art en fin d’année. Les deux écoles ont alors travaillé sur un projet commun, coïncidant à merveille avec l’arrivée du printemps : le développement durable. » Avec passion et obstination, les enfants, aidés des parents, ont fait preuve d’une imagination débordante. Les costumes multicolores ont été réalisés avec du carton ou papier d’emballage, des bouchons en plastiques et autres objets destinés normalement aux poubelles bleues.

Floriane Le Dœuff, directrice de l'école maternelle, était ravie : « L’idée est aussi de faire connaître le tri sélectif, de montrer que des choses qu’on jette peuvent resservir. C’est du Récup’Art . Les enfants ont été si heureux de fabriquer leurs déguisements. Ce défilé est la finalisation du projet. » Vendredi dernier était le grand jour, les déguisements allaient être enfin dévoilés aux yeux de tous. C’est un joyeux cortège qui a pris d’assaut les vieilles rues de Saint-Césaire, composé d'enfants fiers et heureux de parader devant un public nombreux et conquis.  

(voir l'album photos) 

10:24 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carnaval |  Facebook | | |