Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


25/09/2017

Pissevin - Le relais Saint-Pierre a fêté ses cinquante ans d'existence

DSC01525 (Copier).JPGLe père Cauvas, deuxième à gauche, a présenté l'exposition.

Le Relais Saint-Pierre, qui est pour de nombreux habitants l’église Saint-Pierre, a fêté, dimanche 17 septembre ses cinquante ans d’existence. Pour l’occasion, une très belle exposition de photographies accompagnées d’explications retraçait son histoire. C’est cette histoire que le père Serge Cauvas, curé de la paroisse, nous a racontée : « En 1962, de nombreux rapatriés sont venus augmenter la population en place dans ce quartier. Les membres de l’importante communauté chrétienne qui s’implantait ont voulu avoir un lieu pour se retrouver et échanger. Ils ont bâti un petit hangar, vers l’endroit occupé par la station-service aujourd’hui, qu’ils ont appelé Notre-Dame de la Baraque, lieu bien nommé. En 1967, la municipalité nîmoise leur a attribué l’espace actuel sur lequel ils ont construit le Relais Saint-Pierre ».

Le nom de relais plutôt qu’église surprend les néophytes mais trouve tout son sens dans la volonté essentielle de ces chrétiens. « Ils ont donné le nom de relais et non d’église car ils voulaient un lieu de ressourcement et célébration pour soutenir leur présence active dans ce quartier alors en pleine construction, poursuit le père Cauvas. Ils avaient à cœur de s’impliquer dans les différents organismes sociaux comme parents d’élèves, comité de quartier ou secours catholique et ce relais était là pour montrer qu’ils étaient au service de tous. D’ailleurs, l’architecture de l’église n’est pas neutre, elle ne domine pas et se trouve, au contraire, bien insérée dans le quartier en rappelant aux chrétiens qu’ils ont à être sel de la terre, artisans de fraternité ».

Depuis les choses ont changé : « Il y a eu une évolution démographique, la population est devenue très mobile. En dix ans le quartier est devenu multiracial, il s’est aussi paupérisé. A ce sujet il convient de souligner l’action des associations qui favorisent l’ouverture et le lien social. Nous sommes en très bons termes avec elles ce qui nous permet de créer des actions en commun, avec beaucoup d’échange et de collaboration comme la galette des Rois que nous avons instaurée à l’origine et que nous organisons aujourd’hui avec d’autres, pour réunir les plus démunis et qui sont le plus dans la solitude, conclut le père Cauvas ».

Une messe a été célébrée pour l’événement, avant le partage d’un repas.

20/09/2017

Saint-Césaire - Succès au rendez-vous pour le grand déballage

DSC01494 (Copier).JPGLes chineurs étaient nombreux.

Le 12e grand déballage organisé par le comité de quartier aura marqué les esprit de ses responsables, comme le confie Gérard Elie le président : « Alors que tout était prévu pour occuper les rues du vieux village, comme chaque année, de nouvelles mesures de sécurité nous ont obligés à modifier l’organisation ce qui a pris beaucoup de temps. Le périmètre de la manifestation a été fortement réduit, limitant le nombre d’emplacements. La nouvelle a mis émoi de nombreux riverains auxquels il a fallu expliquer longuement les raisons de ces changements, les habitudes sont difficiles à changer. En plus, Bernis et Caissargues organisaient leur vide-grenier. On a quand même réussi notre manifestation, même si comme chaque année des exposants nous ont fait faux bond, j’en suis très heureux comme tous les membres de l’équipe qui on fait un travail remarquable ».

Exposants et visiteurs, nombreux, étaient ravis de profiter de l’événement animé par la peña de la Vaunage, comme l’a expliqué Gisèle Segrelles, une exposante : « Ici c’est vraiment l’ambiance d’un vide-greniers, à la fois familiale et chaleureuse ». Les organisateurs donnent rendez-vous à tous, le dimanche 8 octobre sur la place Gallieni pour le vide-greniers du Mas Roman.

Jean-Jaurès - La musique, une matière à part entière à l'école primaire

DSC01476 (Copier).JPGLes enseignants ont donné le "la" de la rentrée.

En interprétant l’accordéon et le tourbillon, avec Isabelle Dubois, professeur de chant et accordéoniste de l’Atelier musical à Nîmes et Myriam Lanquetin, les enseignants de l’école primaire de Stanislas ont donné le La de la rentrée.

Une rentrée en musique comme l’ont souhaité Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale et Françoise Nissen, ministre de la culture. Brigitte Isseulé, la directrice, ne pouvait que se réjouir d’une telle nouveauté : « Cela fait près de vingt ans que dans notre établissement la musique est une discipline obligatoire et fait partie du temps scolaire dans toutes les classes primaires. Les élèves, à partir de la grande section maternelle, sont en classe orchestre en musique avec professeurs de piano, de violon et de chant, qui est aussi pianiste et accordéoniste. En 6e les élèves se voient proposer une classe « violon ». Nous donnons des concerts réguliers de musique et chants à Nîmes. Aujourd’hui on n’a pas de mal à répondre à la proposition de nos ministres et pour moi c’est une joie et un plaisir de commencer comme ça. La rentrée scolaire est un moment de partage et de cohésion, le point de départ pour une année ambitieuse et réussie ».

Lundi matin, les classes de primaire étaient réunies dans la cour de l’école où ambiance et enthousiasme ont été partagés avec les parents. « C’est la joie d’apprendre basée sur un comportement citoyen », conclut Brigitte Isseulé.

Les élèves, en tenue réglementaire, ont ensuite été appelés, chacun par leur nom, pour rejoindre leur classe tandis qu’un café était proposé aux parents dont certains paraissaient plus stressés que leurs enfants pour qui tout semblait simple, comme confiait Charles : « J’aime bien la rentrée, je vais trouver une nouvelle maîtresse, je suis content ».

08/08/2017

Saint-Césaire - Une entrée ouest du quartier fait peau neuve

DSC01392 (Copier).JPGUne rénovation très attendue.

Le chemin du Mas de Cheylon, dans sa partie comprise entre la RN 133 et la gare SNCF de Saint-Césaire, est une départementale, la RD 613, à vocation communale impliquant de ce fait le département ou la commune suivant la nature des travaux. Cette portion de voie de circulation a souvent fait l’objet de griefs compte tenu de son état qui se dégradait de mois en mois.

Il faut dire que la circulation y est très dense avec la desserte de nombreux commerces et surtout parce qu’il s’agit d’une des rares voies d’accès à l’hôpital Carémeau et la plaine de la Vaunage. Le conseil départemental du Gard a fait procéder, mi-juillet, à des travaux de rénovation, comme l’explique Richard Tibérino, conseiller départemental : « Ces travaux ont été déclenché à la suite du relevé de l'état des chaussées départementales effectué l'an dernier et montrant que cette section avait des notes "structure" et "surface" proches de 0. Il y avait donc nécessité à intervenir rapidement. Le revêtement existant a été raboté sur 6 cm pour refaire une couche de roulement en enrobé (Béton bitumineux semi-grenu (BBSG)). Aucun changement donc sur la géométrie ou l'altimétrie. Ces travaux, d’un coût de 48 140 €, ont fait l'objet d'une coordination avec la ville de Nîmes et ont été réalisés de nuit pour minimiser la gêne à l'usager. » Les usagers apprécient cette rénovation.

30/07/2017

Pissevin - Grâce à "Peinture sur la place", les enfants peuvent exposer

DSC01370 (Copier).JPGEliana Gracia a dirigé les séances de travail.

C’est dans la salle de l’association Paseo, dirigée par Carole Depit, que les enfants de Pissevin exposent les œuvres qu’ils ont peintes durant toute une saison grâce à l’association Peinture sur la place, sous la houlette de sa présidente Eliana Gracia. Lors du vernissage, mardi 18 juillet, elle a expliqué les grandes lignes de cette manifestation : « Cette année, pour notre deuxième exposition, le thème retenu a été "habiter les couleurs". L’habitation est un élément important de la vie. Durant six mois, les enfants ont laissé parler leur imagination sur la façon de voir un balcon, une fenêtre. Ils ont également travaillé sur l’appropriation du noir et blanc en peinture à partir de modèles de peintures murales réalisées avec ces deux tons par les femmes du Burkina Faso. Enfin, ils ont abordé le thème de la maison sous forme d’estampes. »

L’association, créée en 2014, invite les enfants du quartier à s’exprimer dans le domaine de l’expression artistique grâce une pédagogie originale basée sur l’initiative et l’imagination de chacun. Les cours ont lieu tous les samedis, durant la période scolaire, sur l’espace de verdure près de la salle Morise.

Il y a beaucoup de fraîcheur dans cette exposition à découvrir jusqu’au 24 août, salle de l’association Paséo, 5 impasse Messager, les mardis et jeudis, de 13 à 19 heures.

29/07/2017

Pissevin - Ils s'initient au numérique en créant un jeu video

DSC01380 (Copier).JPGLes enfants, âgés de 6 à 11 ans, ont créé un jeu video.

Aborder le numérique pour certains et mieux le connaître pour d’autres, l’association des Mille couleurs a réussi une magnifique opération auprès des jeunes et de leurs parents, comme l’explique Raouf Azzouz, le président : « Nous avons été mis en contact avec l’association Eduquer, créer, divertir, cultiver (ECDC) de Montpellier qui nous a proposé d’initier des enfants de Pissevin au numérique afin de les aider à apprivoiser un outil qu’ils possèdent presque tous sans savoir comment il est conçu et qui peut être dangereux. C’est un pari gagnant, les enfants se sont approprié un monde qui leur était inconnu. Cela nous incite à faire plus dans ce domaine. J’ai l’ambition de proposer au département un projet innovant pour le collège Diderot avec la création d’une école du numérique et, pourquoi pas, un centre de start-up ».

Pour Rhariba Lemaioui, animatrice et coordinatrice d’ECDC, le but est clair : « Il s’agit d’initier au numérique les onze très jeunes volontaires du quartier, ils ont entre six et onze ans, à partir de la création d’un jeu vidéo avec pour thème Alien et l’espace. Outre l’aspect éducatif, cette création sert de support pour les sensibiliser, ainsi que leurs parents, sur le côté à la fois ludique mais aussi dangereux des jeux vidéo. »

Durant quatre jours, Sana Atmani, animatrice des Mille couleurs a œuvré pour la réussite du projet : « Nous avons mis à disposition notre espace numérique, ECDC amenant son matériel et son savoir-faire, tout cela pour un excellent résultat ». Benoît Boyer, en préparation de master informatique et développeur pour cette rencontre, fait le même constat : « Les enfants ont été incroyablement réactifs, dynamiques, avec un niveau déjà bien élevé. La surprise a été grande ».

28/07/2017

Saint-Césaire : la saison se termine pour les aînés, rendez-vous à la rentrée

DSC01156 (Copier).JPGUne fin de saison dans la bonne humeur.

Aînés du club des Violettes de Saint-Césaire ont terminé leur saison par le traditionnel repas. Dans la salle municipale de la rue de Mascard, une soixantaine de convives racontait dans un joyeux brouhaha diverses anecdotes et exploits qui avaient marqué une saison riche en événements. Entre marches, voyages ou parties de pétanque, les sujets ne manquait pas pour les membres de cette association très active.

« Ce club, comme deux ou trois autres sur Saint-Césaire, fait vivre le lien social. Il est vraiment sont formidables », lance Richard Tibérino élu délégué au quartier. Un sentiment partagé par Catherine Jehanno, élue déléguée aux Aînés : « Je viens tous les ans par plaisir car ce club est atypique et, pour reprendre une phrase connue, ses adhérents, jeunes d’esprit, sont toujours prêts ».

Lors du discours de bienvenue, Grégoire Abad, suppléant la présidente Lucie Maire, a remercié la municipalité pour les travaux de rénovation effectués dans la salle municipale. Avec humour il affirmait qu’il n’y avait pas de personnes âgées dans le club, faisant référence à la présence des élues en charge des Aînés. Une remarque que prenait en compte avec un large sourire Marie-Chantal Barbusse, élue déléguée à l’action sociale : « C’est la joie de vivre des aînés, cela fait plaisir. On a toujours lutté contre l’isolement des personnes âgées. Cette association est un bel exemple à suivre ». Rien n’a coupé l’appétit des convives qui se sont délectés d’une blanquette de veau et autres friandises avant quelques pas de danse pour une fête très réussie.