Accueil Nîmes Saint Césaire | Tous les blogs de Nîmes | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami


28/07/2017

Saint-Césaire : la saison se termine pour les aînés, rendez-vous à la rentrée

DSC01156 (Copier).JPGUne fin de saison dans la bonne humeur.

Aînés du club des Violettes de Saint-Césaire ont terminé leur saison par le traditionnel repas. Dans la salle municipale de la rue de Mascard, une soixantaine de convives racontait dans un joyeux brouhaha diverses anecdotes et exploits qui avaient marqué une saison riche en événements. Entre marches, voyages ou parties de pétanque, les sujets ne manquait pas pour les membres de cette association très active.

« Ce club, comme deux ou trois autres sur Saint-Césaire, fait vivre le lien social. Il est vraiment sont formidables », lance Richard Tibérino élu délégué au quartier. Un sentiment partagé par Catherine Jehanno, élue déléguée aux Aînés : « Je viens tous les ans par plaisir car ce club est atypique et, pour reprendre une phrase connue, ses adhérents, jeunes d’esprit, sont toujours prêts ».

Lors du discours de bienvenue, Grégoire Abad, suppléant la présidente Lucie Maire, a remercié la municipalité pour les travaux de rénovation effectués dans la salle municipale. Avec humour il affirmait qu’il n’y avait pas de personnes âgées dans le club, faisant référence à la présence des élues en charge des Aînés. Une remarque que prenait en compte avec un large sourire Marie-Chantal Barbusse, élue déléguée à l’action sociale : « C’est la joie de vivre des aînés, cela fait plaisir. On a toujours lutté contre l’isolement des personnes âgées. Cette association est un bel exemple à suivre ». Rien n’a coupé l’appétit des convives qui se sont délectés d’une blanquette de veau et autres friandises avant quelques pas de danse pour une fête très réussie.

18/07/2017

Mas de Cheylon - Une journée d'amitié dans les jardins ouvriers du bonheur

DSC01276 (Copier).JPGChaude ambiance sous les ombrages.

La saison bat son plein pour les locataires des jardins ouvriers de la route d’Arles et du Mas de Cheylon. C’est dans ce dernier lieu que ce dimanche 9 juillet a eu lieu le traditionnel repas les réunissant pour, comme aime le rappeler le président de l’association Claude Nebecker, « partager une belle journée d’amitié et créer un peu plus de lien entre eux. Je regrette cependant quelques défections ».

DSC01336 (Copier).JPGEt la fête a été belle ! En parfait organisateur, Joseph Locicero, un responsable, a dirigé l’orchestre comme un maestro, assisté notamment de son épouse, de Joël Favre, autre responsable et Robert Atsmane. Aucune fausse note dans l’accueil, l’ambiance ou le menu pour lequel il a fait appel au traiteur Zahard dont le savoir-faire n’est plus à louer.« Pour que la fête soit réussie il faut y mettre tous les ingrédients, reconnaît-t-il. Nous n’avons pas hésité sur le repas qu’on a voulu à la fois festif, simple et bon, avec en particulier brasucade de moules et méchoui. Bien sûr apéro de bienvenue et concours de pétanque pour l’animation restent immuables. Cette manifestation demande des efforts mais elle est indispensable pour créer un lien fort entre jardiniers ».

DSC01307 (Copier).JPGCertains élus n’ont pas hésité à être de la fête et leurs réactions ont été unanimes. « C’est vraiment formidable et fort sympathique de partager un réel moment de convivialité en plein été », a confié Evelyne Bordes, déléguée aux parcs et jardins, tandis que Sophie Roulle, en charge de la redynamisation du centre-ville et des animations commerciales, avouait être heureuse de « faire un retour aux sources. Je possède aussi un jardin et c’est tellement agréable de manger des produits naturels. Il faudrait que la communication auprès des jeunes sur ce thème soit plus importante ». Richard Tibérino élu du quartier, dont beaucoup ont pu découvrir les talents de pétanqueur, était tout aussi ravi : « Je le dis toujours, je suis fier de m’occuper d’un canton en partie rural. Je suis avant tout un homme de terrain, j’aime venir à la rencontre des gens dans leur espace où l’accueil est formidable. C’est vraiment une belle journée ».

Tard dans l’après-midi, les participants, une centaine quand même, se sont séparés dans une ambiance joyeuse pour prendre un repos bien mérité.

DSC01280 (Copier).JPGDSC01267 (Copier).JPGDSC01282 (Copier).JPGDSC01290 (Copier).JPGDSC01258 (Copier).JPGDSC01285 (Copier).JPG

15/07/2017

Saint-Césaire - Le lycée Jules-Raimu veut pérenniser les échanges entre les élèves

DSC01243 (Copier).JPGStagiaires et enseignants ont fêté la fin de stage.

En place depuis quelques années, le programme Erasmus + favorise les projets de mobilité en permettant les échanges entre jeunes européens. C’est dans ce cadre que le lycée Jules-Raimu a accueilli au mois de juin huit stagiaires espagnols en mécanique automobile, du lycée professionnel La Guineuata de Barcelone, en partenariat avec certains concessionnaires automobiles nîmois : Auto 2000 (Opel), Espace RC Automobiles (Seat), Garage Citroën K2, Garage du Globe (Citroën), Garage Veyrunes (Toyota), Renault Retail Group, SN Méditerranée Automobiles (Ford) et Turini Autos (Fiat).

« C’est un échange complet de lycéens bac pro entre les deux établissements, précise Fabrice Barthélémy le proviseur, chaque groupe découvrant un travail et une culture d’un pays différent du leur. Les élèves sont courageux et font preuve d’une mentalité d’ouverture positive sur la mobilité et l’Europe. Les échanges entre enseignants sont aussi très constructifs. Ce projet doit perdurer, nous attendons l’accord de la Maison pour l’Europe. »

L’organisation de tels échanges demande beaucoup d’efforts, « Les professeurs s’investissent énormément, ce serait dommage d’abandonner ce projet », confie Thierry Metens directeur délégué aux formations professionnelles. Céline Vignal, professeure de français, note l’importance de la langue dans ces stages : « La langue parlée peut constituer un barrage pour les jeunes comme pour les entreprises qui les reçoivent et qu’il faut remercier. Nos stagiaires ont une professeure d’espagnol qui assiste celui d’atelier mécanique, dans le cadre de l’Enseignement général lié à la spécialité (EGLS) ».

Du côté des élèves et des entreprises, l’enthousiasme pour le projet est réel. Florian Grevot, chef d’atelier chez Turini-automobiles et François Santos, conseiller technique chez Seat-Skoda Nîmes, avouent de concert que « Chaque année c’est un plaisir d’apprendre la pratique à des jeunes qui sont très motivés et qui s’adaptent très vite », même si le barrage de la langue a été plus important chez Florian Grevot que chez François Santos qui parle l’espagnol. Pour les stagiaires, comme l’explique Wessam, « Le plus dur a été de s’adapter aux horaires français, mais l’ambiance est formidable et on apprend beaucoup ».

Jeudi 29 juin lors du traditionnel apéritif de fin de stage chacun n’espérait qu’une chose : voir l’expérience continuer.

08/07/2017

Une initiative à pérenniser

DSC01215 (Copier).JPGFrançoise Dumas et Benoît Léger, chef de corps.

Françoise Dumas, députée, ne voulait pas manquer le rendez-vous : « Je réponds à toutes les invitations de ce Régiment, je suis colonel de réserve citoyenne, et celle-ci revêt un caractère particulier par deux aspects : la solidarité aux militaires qui donnent leur vie, il y a beaucoup de blessés qui subissent des mutilations physiques et psychologiques, il faut penser à eux et la première chose à obtenir c’est le sang, et la fraternité, donner son sang est un devoir citoyen ».

Benoît Léger, chef de corps, a adopté toute de suite l’idée de collecte de sang proposée par Gwenn Tasteyre dans le cadre des deux jours dédiés aux blessés de l’armée de terre. « Je suis donneur de sang bénévole et cette idée a une forte valeur symbolique, il s’agit de donner son sang au profit de ceux qui le versent pour nous. Il est à noter que le général Durieux, commandant la 6e Brigade légère blindée a tenu à encourager cette initiative. Il est venu donner son sang dès la première heure. Donner son sang est un geste concret et utile car le besoin est très important. »

Saint-Césaire : bel élan de solidarité au 4e Régiment du matériel

DSC01221 (Copier).JPGMilitaires et civils se sont mobilisés.

A l’occasion de la journée nationale des blessés de l’armée de Terre le 4e Régiment du matériel a organisé les 22 et 23 juin une collecte de sang avec le Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) de Toulon, sur l’initiative de Gwenn Tasteyre présidente de Soutenir toujours, association qui soutien et accompagne tous ceux qui combattent ou ont combattu pour la France. « Nous voulions un événement fort pour marquer ces journées, d’où cette collecte de sang organisée au 4e Régiment du matériel de Saint-Césaire, dont je remercie le soutien sans faille, explique-t-elle. Chaque régiment a porté un regard bienveillant à ce don de sang utile pour les gens déployés en opérations extérieures. Notre association est ouverte à tous, militaires ou civils. Dans le stand que nous avons déployé aujourd’hui, on peut voir une exposition photographique consacrée aux « blessés au combat » avec des œuvres de Jérôme Bujakjevickz. »

Pour le médecin en chef Véronique : « Cette journée est symbolique, elle montre le soutien aux blessés de guerre dont les blessures sont souvent hémorragiques. Elle met en évidence un acte de solidarité très important car une des missions principale est de faire un soutien transfusionnel des militaires en opérations extérieures ».

Le témoignage de Cindy, maréchal-des-logis chef au 4e Rmat, montre toute l’importance de ce qui est fait pour les blessés militaires : « Il y a dix ans, lors d’un accident en service, j’ai perdu l’usage de mon bras droit qui a été arraché. Grâce au soutien de mon régiment, de Terre fraternité et de la Cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre, après une chirurgie reconstructive, j’ai bénéficié d’un système de neurostimulation qui par impulsions électriques stimule le bras qui a retrouvé une mobilité courante. Aujourd’hui, avec un véhicule préparé en fonction de mon handicap, je peux continuer ma passion : le rallye. ».

L’adjudant-chef Thierry, dans un rôle d’organisateur, était très satisfait : « Les donneurs sont venus très nombreux, c’était une première, il est bon de constater que les gens participent aux actes de solidarité et soutiennent leurs soldats ».

Pissevin - L'anniversaire de l'église reporté

L’église Saint-Pierre, à Pissevin, va fêter ses cinquante ans d’existence. La date de cet événement, prévue initialement le 1er juillet comme certains ont pu lire dans le journal de Saint-Césaire l’Echo du moulin, a dû être reportée au dimanche 17 septembre, à partir de 9h 30. D’autres précisions seront apportées au début de mois de septembre.

La Bastide - En 10 ans la brasserie a bien grandi.

DSC01206 (Copier).JPGMarilyne Lambert entourée de François Lambinet (à gauche) et Thibault Aussudre et du personnel de service en salle.

Voilà bientôt dix ans que Marilyne Lambert est à la tête de la brasserie-restaurant de La Bastide. Que de changements durant tout ce temps !

Repris par FranceLoc-CapFun, le camping n’a pas arrêté de grandir et avec lui Marilyne qui a su développer de façon exceptionnelle la brasserie-restaurant grâce à des ingrédients tout simples : activité et joie de vivre débordantes, accueil des clients plus que parfait dans la simplicité et la convivialité et souci de proposer une restauration de qualité adaptée à tous.

Elle a su aussi ajouter à tout cela de l’espace pour le confort de sa clientèle, avec la création de trois terrasses et s’entourer d’une formidable équipe, dont le chef François Lambinet qui règne en cuisine depuis maintenant deux ans. « Ici on trouve la joie de vivre par l’ambiance et par l’assiette », confirme Marilyne avant d’ajouter : « Nous sommes ouverts toute l’année et à toute clientèle, du camping ou de l’extérieur, mais du 1er juillet au 15 septembre nous l’accueillons tous les jours en non-stop de 7 heures à minuit. Que ce soit pour le menu (uniquement à midi) ou pour la carte, nos tarifs sont très abordables. Nous proposerons des soirées à thèmes, paella le vendredi et moules-frites le samedi, tout cela avec animation assurée. »Le lieu a séduit pas mal d’entreprises et les réceptions ou séminaires sont nombreux, « Les clients nous font confiance, c’est une belle reconnaissance de notre travail ».

Côté cuisine, François Lambinet, un chef créateur toujours à la recherche de nouveaux plats, s’attache particulièrement à la fraîcheur des produits proposés : « Ils viennent surtout de la région, comme le poisson qui arrive directement du Grau-du-Roi. Si la cuisine traditionnelle est bien présente, cela n’empêche pas l’imagination de s’installer dans quelques plats. Cependant, parilladas et seiches à la plancha restent des incontournables. »

Le succès obtenu par Marilyne est tel que FranceLoc-CapFun lui a également confié, depuis cette année, la reprise d’un de ses établissements à Vers-Pont-du-Gard où Thibault Aussudre officiera en cuisine. La brasserie-restaurant de la Bastide, route de Générac à Nîmes, une adresse à retenir pour bien manger, sous les ombrages du parc, sans se prendre la tête. Pour le côté pratique, le menu du jour est consultable sur le compte brasserielabastide de facebook.

Contact, tél. 04 66 02 01 30.